Les Verts refusent de rejoindre Françoise David

Québec — L'unification de l'ensemble de la gauche québécoise sous une seule et même bannière politique n'aura pas lieu. Le Parti Vert du Québec refuse de se joindre au mouvement Option citoyenne de Françoise David qui cherche à réunir la gauche au sein d'un parti unitaire.

«Ça ne nous convient pas», a tranché le chef du Parti Vert, Richard Savignac, en entrevue téléphonique au Devoir, hier. Lors de son congrès qui s'est tenu plus tôt ce mois-ci, le Parti Vert a adopté à l'unanimité une résolution qui rejette toute association avec un parti de gauche.

D'après Richard Savignac, les 500 membres du parti refusent que leur formation politique soit réduite à un courant à l'intérieur d'une coalition arc-en-ciel. «Des gens se reconnaissent en nous, et il faut les représenter», a-t-il dit.

Option citoyenne entend créer, d'ici à l'automne 2005, un parti progressiste, altermondialiste, environnementaliste et féministe. Aux yeux de Richard Savignac, la vision écologiste du Parti Vert risque d'être marginalisée dans la définition des priorités de ce nouveau parti de gauche. Le Parti Vert ne peut devenir une «plate-forme environnementale», a-t-il dit. Bref, selon lui, «le Parti Vert ne gagne rien» à fusionner à un autre parti.

Option citoyenne regrette la décision du Parti Vert. «Je trouve ça dommage qu'il y ait une telle fermeture à simplement explorer la possibilité d'un processus d'unité», a lancé François David, en entrevue téléphonique, hier. Selon elle, «l'écologie n'est pas une question marginale» au sein d'Option citoyenne mais bien une «question centrale».

«Le fait d'avoir une vision écologique du monde est important dès qu'on discute d'économie, d'agriculture, de développement local et régional, de modes de vie, etc. Mais on n'est pas qu'écologiste à Option citoyenne. On ne peut pas qu'être écologiste si on veut regarder la réalité du monde qui nous entoure sous tous ses aspects. Je veux aussi qu'on parle de lutte contre la pauvreté, par exemple», a expliqué Françoise David.

La porte-parole d'Option citoyenne déplore que le Parti Vert ait pris une décision alors que peu de discussions avaient encore eu lieu entre les deux formations sur un projet d'unification. «Je ne m'attendais absolument pas à ce que, de but en blanc, le Parti vert ou qui que ce soit d'autre dise: parfait, on se saborde, et tous à Option citoyenne! J'aurais souhaité à tout le moins qu'on puisse discuter pour envisager un éventuel processus d'unité», a-t-elle souligné, déçue.

Richard Savignac estime que le Parti Vert préfère conclure des «pactes de non-agression» avec d'autres partis de gauche. Par exemple, aux dernières élections générales, le Parti Vert s'était entendu avec l'Union des forces progressistes (UFP) pour que leurs candidats respectifs ne se lancent pas d'attaques et concentrent leurs efforts sur des adversaires communs.

Le congrès national d'Option citoyenne se tiendra les 12, 13 et 14 novembre à Québec.