Pierre Fitzgibbon appelle les commerçants à faire preuve de patience

Le passeport vaccinal irrite les commerçants, mais le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, leur demande de patienter afin de contribuer à l’effort collectif pour réduire la contagion et éviter d’aggraver la situation dans les hôpitaux débordés.

« Je pense que le passeport vaccinal, c’est un outil que la santé publique a mis [en place] pour s’assurer que l’on contrôle le plus possible la contamination », a dit le ministre, lundi matin, lors d’une conférence de presse portant sur un investissement dans la transformation numérique.

Les consommateurs doivent désormais présenter leur passeport vaccinal pour accéder aux magasins à grande surface, soit ceux dont la superficie est supérieure à 1500 mètres carrés. La mesure ne touche pas les épiceries ni les pharmacies.

La décision crée du mécontentement chez les commerçants qui doivent appliquer la mesure. L’obligation d’affecter des employés à la vérification de la preuve vaccinale dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, les craintes pour la sécurité des employés qui doivent refuser des clients et la perte de clients font partie des conséquences décriées.

M. Fitzgibbon partage les frustrations des commerçants. « J’ai hâte que ça finisse. J’ai hâte d’aller au restaurant. »

Il croit cependant que la décision de son gouvernement est la bonne pour éviter que la situation critique s’aggrave dans les hôpitaux débordés. « On écoute ce qui se passe du côté de l’OMS, ajoute-t-il. Il y a un petit sacrifice à faire pour tout le monde. Je pense qu’on devrait le faire. »

Retard de l’aide aux restaurateurs

M. Fitzgibbon a aussi assuré que l’aide d’urgence promise aux restaurateurs devrait être versée rapidement. Des restaurateurs se sont plaints de ne pas avoir reçu l’aide promise, plusieurs subissant les contrecoups de cette nouvelle vague depuis l’ordre de fermeture en vigueur depuis le 31 décembre.

L’aide est versée par les fonds locaux d’investissement (FLI). M. Fitzgibbon a expliqué que les vacances des Fêtes pouvaient avoir retardé le travail dans certains FLI. Il précise cependant que plusieurs restaurateurs ont déjà reçu leur chèque. « Les instructions du ministère de l’Économie, c’est : “on fait les chèques”. Si les chèques ne sont pas encore faits, ils vont se faire bientôt. »

Le ministre juge que l’aide d’urgence apportée aux restaurateurs est « un bon programme ».

« L’argent est là. On va débourser. Le programme n’est pas complexe. On a jusqu’à 15 000 $ pour les frais fixes. Le fédéral est là pour les loyers et salaires. On a aussi les 10 000 $ pour la perte d’aliments périssables. »

Transformation numérique

Le gouvernement Legault annonçait lundi matin un financement de 24,6 millions de dollars supplémentaires pour soutenir huit nouveaux projets d’accompagnement des entreprises qui veulent numériser une partie de leurs activités.

Cette aide fait partie d’une enveloppe totale de 130 millions de dollars consacrée à l’offensive de transformation numérique. Une somme de 56,8 millions de dollars avait déjà été octroyée. Le gouvernement prévoit faire d’autres annonces d’ici au 31 mars. Les entreprises qui reçoivent l’aide doivent financer la moitié du service offert.

Les sommes annoncées seront réparties entre huit associations, qui accompagneront les entreprises dans leur secteur respectif. Parmi elles, on compte notamment les secteurs du tourisme et des festivals, qui recevront 2,8 millions de dollars pour accélérer le virage numérique. Les entreprises intéressées auront droit à un accompagnement pour dresser la liste de leurs besoins en matière d’informatisation puis pour trouver les bonnes solutions technologiques et les fournisseurs adéquats.

L’aide inclut également une enveloppe destinée à créer puis à adopter massivement des outils commerciaux numériques, y compris des technologies d’achat et de réservation en ligne, de billetterie puis de diffusion numérique, entre autres. Les représentants du milieu ont plutôt bien reçu la nouvelle.

« Cet investissement aura un impact important, car il contribuera à accroître [notre] capacité d’accueillir des clients, d’optimiser les revenus de billetterie et de rayonner de façon numérique », a indiqué par communiqué François-G. Chevrier, directeur général d’Événements Attractions Québec. « Les attractions et les événements sont le cœur de l’offre touristique et stimulent les déplacements, les visites et les retombées. Il nous est apparu important de les soutenir afin qu’ils soient en mesure de répondre aux besoins et aux attentes des consommateurs. »

Le Réseau des centres d’expertise industrielle, Sensation Mode, le Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec et le Conseil de la transformation alimentaire du Québec sont également ciblés par ce nouveau financement.

« Notre action va faire en sorte que près de 49 000 entreprises seront maintenant sensibilisées à l’importance d’effectuer une transition numérique et que 11 000 d’entre elles seront accompagnées dans leur démarche », affirme le ministre.

Avec Le Devoir

À voir en vidéo