Le PQ en tête dans Marie-Victorin selon un sondage

Le Parti québécois (PQ) part avec une longueur d’avance dans la circonscription de Marie-Victorin, selon un sondage Segma Recherche. Le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, reconnaît toutefois que la course devrait se resserrer d’ici l’élection partielle.

Le Devoir a mis la main sur un coup de sonde effectué la semaine dernière pour le compte du PQ afin de « mesurer l’impact de la nomination de Pierre Nantel en tant que candidat ». Le questionnaire, soumis par téléphone à 300 électeurs de la circonscription longueuilloise, donne 33 % des intentions de vote au candidat péquiste, 15 points devant la Coalition avenir Québec (CAQ), à 18 %.

« À la lumière de ces chiffres-là, on s’attend à une lutte serrée, a convenu Paul St-Pierre Plamondon dans un entretien avec Le Devoir. C’est certain que, quand la CAQ va annoncer une candidature, ça va resserrer les résultats. »

Pierre Nantel, qui a occupé pendant huit ans le poste de député fédéral de Longueuil–Pierre-Boucher, puis de Longueuil–Saint-Hubert, a récemment annoncé qu’il représenterait le PQ dans l’élection complémentaire de Marie-Victorin. Le sondage, commandé par l’équipe péquiste, se voulait une prise de température, d’après M. St-Pierre Plamondon.

« On voulait mesurer l’impact d’une candidature ancrée localement. De toute évidence, ç’a un impact », a observé le chef péquiste au téléphone.

En raison de l’échantillon sélectionné par Segma, la marge d’erreur du sondage se situe à +/- 5,6 %. « L’étude ne mesure pas l’appui à chaque parti de façon équivalente », précise par ailleurs la firme. « C’est évident que, nous, ce qu’on mesurait, c’est la notoriété d’un candidat », a précisé Yves Déziel, consultant principal chez Segma.

Joint par Le Devoir, le créateur du site d’agrégation des sondages Qc125.com, Philippe J. Fournier, a affirmé que l’échantillon se situe « dans la norme ». « Moi, ce que je remarque, c’est la firme. Ils ont peu de sondages politiques », a observé celui qui est aussi chroniqueur à L’actualité.

« Ce n’est pas qu’on fait rarement de sondages politiques, mais on en fait peu au niveau national », a rétorqué M. Déziel.

L’effet Nantel ?

Selon le coup de sonde, 13 % des électeurs accorderaient leur confiance au candidat de Québec solidaire, qui n’a pas encore été nommé. Émilie Nollet, la candidate libérale, obtiendrait 10 % du vote. Un cinquième de l’échantillon ne sait pas encore pour qui voter ou sait qu’il ne votera pas.

Philippe J. Fournier évoque la possibilité que le sondage « ne [fasse] que hausser les attentes » avant la campagne. La candidature de Pierre Nantel, connu dans le secteur, pèsera toutefois lourd dans la balance. « Il pourrait y avoir un effet local. Mais est-ce que c’est suffisant ? » s’est-il interrogé.

M. Nantel affirme avoir reçu « du bon feedback » sur le terrain depuis l’annonce de sa candidature. « Ça me donne l’impression que les gens ont apprécié comment je les ai représentés à Ottawa », a soutenu celui qui habite la circonscription.

L’ex-député néodémocrate espère une campagne « le plus vite possible ». Il en profitera pour parler d’environnement et de culture. « Le sondage fait en sorte qu’on va travailler sur le terrain tout de suite pour une lutte qui s’annonce très intéressante, a indiqué Paul St-Pierre Plamondon. On ne tient absolument rien pour acquis. »

M. Fournier émet quant à lui une « énorme pincette ». « C’est rare que les partis politiques, quels qu’ils soient, coulent des sondages qui ne leur sont pas favorables », a-t-il signifié.

Une élection l’an prochain

C’est le gouvernement de François Legault qui déterminera quand les électeurs de Marie-Victorin éliront leur prochain représentant. La loi électorale oblige Québec à déclencher un scrutin partiel dans les six mois suivant la vacance d’un poste de député. L’ancienne élue de Marie-Victorin, Catherine Fournier, a quitté son siège lorsqu’elle est devenue mairesse de Longueuil en novembre.

En congrès, le mois dernier, le premier ministre Legault avait confirmé son intention d’envoyer une candidature dans la circonscription du Vieux-Longueuil. « Québec solidaire a annoncé qu’ils présenteront un candidat. On a décidé qu’on va présenter un candidat ou une candidate, probablement une candidate », avait-il dit aux journalistes.

En entrevue avec La Presse, à la fin de ce rassemblement partisan, la présidente de la CAQ, Sarah Beaumier, n’avait pas exclu de se lancer dans la course. Vendredi, M. Legault a confirmé qu’il était « en train » de choisir.

33%

Ce sont les intentions de vote pour le candidat du Parti québécois, Pierre Nantel, en vue de l’élection partielle dans la circonscription provinciale de Marie-Victorin, selon un sondage.



À voir en vidéo