Le «payeur de taxes» subventionne la CAQ, accusent les libéraux

Selon M. Tanguay, les règles de l’Assemblée nationale empêchent pourtant tout «mélange des genres».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Selon M. Tanguay, les règles de l’Assemblée nationale empêchent pourtant tout «mélange des genres».

S’appuyant sur de nouveaux documents, l’opposition libérale soutient maintenant que l’aile parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ) a formé ses employés, au printemps dernier, à accomplir des tâches partisanes en prévision de la prochaine campagne électorale, en les payant avec des fonds publics, a appris Le Devoir.

Mardi, le député libéral Marc Tanguay a demandé à la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet, d’élargir une enquête ouverte la semaine dernière pour inclure de nouveaux éléments portant sur une formation donnée en juin à des employés rémunérés par l’Assemblée nationale travaillant pour des députés caquistes.

« Ils n’étaient pas là pour servir la population et le payeur de taxes, mais ils étaient là pour servir la Coalition avenir Québec et ça, c’est illégal », a soutenu le député libéral Marc Tanguay.

Cette formation, qui a eu lieu les 10 et 11 juin, portait sur l’organisation préélectorale des caquistes, en prévision du scrutin d’octobre 2022. Elle a été donnée par la directrice générale et organisatrice en chef de la CAQ, Brigitte Legault, qui est rémunérée par la formation politique.

Selon M. Tanguay, les règles de l’Assemblée nationale empêchent pourtant tout « mélange des genres ».

« La seule façon de se comporter là-dedans, c’est que le travail partisan soit fait par des employés du parti et que le travail non partisan se fasse sur les heures de bureau par ceux qui sont payés par l’Assemblée nationale », a-t-il soutenu.

Préparation électorale

Des documents obtenus par les libéraux d’une source non identifiée, et transmis au Devoir, montrent que la formation établissait un calendrier préélectoral ainsi que des objectifs financiers à atteindre, qui sont de 40 000 $ par circonscription. Chaque comté doit également viser plus de 2000 « amis » sur Facebook, 10 000 sympathisants et 400 membres.

Le document montre aussi comment organiser le travail préélectoral sur le terrain. Il est notamment suggéré de « découper le comté en parties de six ou huit » en vue du porte-à-porte.

Des détails sur le processus de candidature montrent que les candidats de 2018 et les députés devaient être contactés en vue de l’ouverture du comité de sélection en août 2021.

Une capture d’écran révèle un échange de courriels, daté du 14 juin dernier, entre un attaché politique de l’aile parlementaire de la CAQ à l’Assemblée nationale, Jacques Morand, et Caroline Dussault, conseillère à la recherche au même endroit. Ce jour-là, M. Morand a transmis à sa collègue un document intitulé « Calendrier préélectoral 2021-2022 ».

« Voici le document de présentation de Brigitte de vendredi dernier, la liste de présence et le lien [Internet] pour l’inscription au conseil général de Trois-Rivières à envoyer aux bureaux de comté », écrit-il.

Photo: Capture d'écran

Mme Dussault a ensuite transmis le document à un groupe identifié dans le champ du destinataire comme « Pers. parl. comtés ».

« Vous avez été plusieurs à nous écrire pour avoir le lien pour la présentation de vendredi dernier. Afin de faciliter sa consultation, la voici en pièce jointe. N’hésitez pas à vous référer à nous en cas de besoin », écrivait-elle en juin dernier.

Un mur

Mme Dussault référait à une formation donnée le jeudi 10 juin, de 18 h 30 à 20 h, et le vendredi 11 juin, de 10 h 30 à 11 h 30 par Mme Legault, a expliqué le porte-parole de l’aile parlementaire caquiste Marc Danis.

« Aucune ressource de l’aile parlementaire de la CAQ ne sert à des fins partisanes, a-t-il assuré dans une déclaration écrite. Au cabinet du whip en chef du gouvernement, la directive aux employés a toujours été claire : il doit y avoir un mur entre nos fonctions à l’Assemblée nationale et les activités partisanes. »

Le porte-parole caquiste assure que les deux séances de formation ont été suivies par les employés de circonscription durant leurs temps libres.

La séance du vendredi avait été prévue « pour certains membres qui n’avaient pas pu y assister la veille et qui étaient sur un horaire atypique, ou en congé ».

« Il est important de noter que la quasi-totalité de nos employés en circonscription étaient en télétravail à cette époque, et que nous leur rappelons régulièrement que les formations partisanes doivent être suivies en dehors des heures de travail » a dit M. Danis.

La semaine dernière, les libéraux ont obtenu l’ouverture d’une enquête par Mme Mignolet, au sujet d’une formation sur le placement publicitaire donnée le 10 novembre par deux employés payés par la CAQ à des employés de circonscription. Les libéraux affirmaient déjà que cette formation constituerait une utilisation de fonds publics à des fins partisanes.

En fin de semaine, le premier ministre François Legault a dû se défendre à la suite d’une première plainte formulée par le PLQ et de l’ouverture de l’enquête par Mme Mignolet.

M. Legault a soutenu samedi que cette formation visait à montrer aux employés des députés à faire la distinction entre les publicités partisanes et celles qui peuvent être payées avec des fonds publics.

À voir en vidéo