L’exécutif de Marie Montpetit claque la porte du PLQ

Mme Montpetit a été exclue du caucus libéral la semaine dernière en raison de son comportement.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Mme Montpetit a été exclue du caucus libéral la semaine dernière en raison de son comportement.

Confrontée à la démission en bloc de l’exécutif local de Marie Montpetit, l’aile parlementaire libérale a répété que l’exclusion de la députée, décidée la semaine dernière, était la seule option.

L’exécutif de l’association libérale de la circonscription montréalaise de Maurice-Richard était présidé par Jonathan Boursier, un employé de Mme Montpetit. M. Boursier et les autres membres ont écrit lundi au Parti libéral du Québec (PLQ) pour signifier leur démission en bloc, à la suite de l’exclusion de Mme Montpetit.

Le directeur des communications de l’aile parlementaire libérale, Jérémy Ghio, a confirmé mercredi ces démissions. « Nous respectons la décision des militants et nous comprenons qu’ils entretenaient une relation de proximité avec la députée », a dit M. Ghio.

La cheffe libérale, Dominique Anglade, a exigé le départ de Mme Montpetit la semaine dernière en raison de la multiplication des allégations d’intimidation et de harcèlement psychologique formulées contre elle.

Huit employés ont notamment témoigné au Devoir du climat de travail délétère qui régnait au sein des équipes affectées au service de Mme Montpetit quand elle était ministre, puis députée dans l’opposition.

Mme Anglade a expliqué la semaine dernière que le retour de Mme Montpetit au sein du caucus était très peu probable en raison de ces allégations.

Suite à préciser

Mercredi, M. Ghio a affirmé que Mme Anglade n’avait pas eu d’autre choix que d’expulser Mme Montpetit. « La décision d’exclure la députée de Maurice-Richard du caucus demeure toutefois la seule possibilité dans le contexte actuel et en tout respect de la politique tolérance zéro de la cheffe. »

Au siège montréalais du PLQ, Maxime Roy a également confirmé que l’exécutif de Maurice-Richard, qui comptait environ sept personnes, avait annoncé son départ en bloc.

« Il y a eu des démissions lundi qui ont été faites par courriel », a-t-il dit en précisant qu’en plus de M. Boursier, d’autres employés de Mme Montpetit étaient aussi dans son exécutif de circonscription.

M. Roy n’était pas en mesure de préciser quelle sera la suite pour les activités du PLQ dans Maurice-Richard. « L’exécutif a démissionné en bloc, il est peut-être trop tôt pour parler de la suite, a-t-il convenu. On va commencer par respecter la décision des militants on verra en temps et lieu. »

À voir en vidéo