Éric Duhaime tend la main aux anglophones

«Je veux m’assurer que vous ayez une alternative, que vous ne soyez plus les otages du Parti libéral», a lancé Éric Duhaime.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Je veux m’assurer que vous ayez une alternative, que vous ne soyez plus les otages du Parti libéral», a lancé Éric Duhaime.

Dans la foulée de la crise qui ébranle le Parti libéral du Québec, le chef du Parti conservateur, Éric Duhaime, a lancé mardi un appel aux anglophones pour qu’ils se joignent à son parti.

« Si vous croyez aux libertés individuelles, qu’il faut passer à autre chose, si vous croyez en l’économie, si vous croyez au libre marché, le Parti conservateur du Québec est votre nouvelle maison », a-t-il déclaré en anglais mardi soir, lors de la rencontre qu’il tient chaque semaine avec ses partisans sur le Web.

« Si vous croyez que ce que nous avons subi depuis 20 mois, c’était trop. Si vous croyez que les mesures étaient exagérées, le Parti conservateur est votre nouvelle maison. »

« Je veux m’assurer que vous ayez une option, que vous ne soyez plus les otages du Parti libéral », a-t-il aussi lancé.

Il leur a rappelé qu’il était « nationaliste », mais fait valoir que ce ne serait pas « l’enjeu central de la prochaine campagne ».

« Bouée politique »

Plus de 3000 personnes ont visionné en direct l’intervention de M. Duhaime. Depuis son élection à la chefferie du Parti conservateur, il s’adresse chaque semaine sur Twitter à ses partisans par vidéo sur un ton rappelant beaucoup celui des émissions de radio qu’il animait dans le passé.

« Pendant longtemps, les anglophones ont vu le Parti libéral comme leur espèce de bouée politique et devant ce qui se passe au Parti libéral, qu’il est en train de disparaître du Québec francophone, je pense que c’est important ce soir de commencer à tendre la main à nos amis anglophones », avait-il dit auparavant en français.

Le chef du Parti conservateur s’est par ailleurs engagé à tenir de nouvelles rencontres en ligne uniquement en anglais pour les anglophones du Québec et à concevoir « une plateforme pour eux » sur le site Web du parti.

À voir en vidéo