Québec ferme la porte au salaire à 20$

Augmenter le salaire minimum à 20 $ l’heure créerait un « choc économique important », a prévenu mercredi le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Le gouvernement Legault ferme ainsi la porte à une proposition du président du conseil d’administration de Cogeco, Louis Audet. Ce dernier prône cette mesure de « justice sociale » pour réduire les disparités de revenus. En mêlée de presse au parlement, Jean Boulet a écarté une hausse qui ferait passer le taux horaire actuel de 13,50 $ à 20 $, soit un bond de près de 50 %. Le premier ministre, François Legault, se fixe pourtant l’objectif de réduire l’écart salarial avec la moyenne en Ontario, mais ce ne sera pas par l’augmentation du salaire minimum.

« Il faut y aller de manière progressive », a affirmé M. Boulet. Si le taux horaire passait d’un seul coup à 20 $, « il y aurait vraisemblablement des mises à pied, peut-être des licenciements », dit-il, faisant référence à la capacité de payer des entreprises. En outre, il pourrait y avoir une hausse du taux de décrochage chez les étudiants qui seraient attirés par le marché du travail, a ajouté le ministre. « Il faut être prudent », a-t-il indiqué.

M. Boulet a néanmoins laissé entrevoir une « hausse importante » du salaire minimum en mai prochain en raison de la pression à la hausse des salaires actuellement.

Il a rappelé que le mécanisme de calcul actuel pour fixer le salaire minimum prévoit qu’il doit équivaloir à 50 % du taux horaire moyen au Québec, qui est actuellemenet autour de 26-27 $, selon lui. Il n’a pas voulu ouvrir davantage son jeu. « Je n’ai pas d’ordre de grandeur » sur l’augmentation à venir, a-t-il conclu.

Selon l’Institut du Québec, le salaire moyen en Ontario est de 6 % plus élevé que celui du Québec. Le taux horaire moyen au Québec est de 24,94 $, comparativement à 26,43 $ en Ontario. Le Québec « compte proportionnellement plus de salariés dont le salaire horaire se situe entre 12 $ et 26 $ et moins dont le salaire horaire excède 40 $», indique l’Institut.

Le gouvernement Legault a également eu à défendre mercredi un investissement de 25 millions d’Investissement Québec (IQ) dans White Star Capital, une plateforme d’investissement technologique qui fait des affaires à Guernesey, une île reconnue comme un paradis fiscal.

« Investissement Québec prend des décisions pour le bienfait des Québécois », a dit le ministre responsable d’IQ, Pierre Fitzgibbon, après la séance du Conseil des ministres, ajoutant que le placement a été fait au Québec. « C’est un investissement qui est approprié », a soutenu le ministre des Finances, Eric Girard, en mêlée de presse, ajoutant qu’IQ a fait toutes les vérifications requises. IQ transige par une société en commandite canadienne et toutes les obligations fiscales sont remplies, a-t-il assuré.

Dénonçant le fait que M. Girard a défendu cet investissement à la période de questions plutôt que M. Fitzgibbon, la députée libérale Marwah Rizqy a demandé si c’était « parce qu’il est gêné aujourd’hui ». Le ministre de l’Économie « n’a pas été impliqué », a rétorqué M. Girard.

À voir en vidéo