Québec bonifie le revenu des responsables de services de garde en milieu familial

«C’est vrai que [les responsables de services de garde] méritaient une augmentation importante de leurs revenus», a convenu le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «C’est vrai que [les responsables de services de garde] méritaient une augmentation importante de leurs revenus», a convenu le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Québec a annoncé lundi matin une bonification supplémentaire de 16 % du revenu des responsables de services de garde en milieu familial. Elle s’ajoute à l’augmentation de 12 % sur trois ans déjà présentée par le gouvernement.

« C’est vrai que les responsables de services de garde en milieu familial ne gagnaient pas assez. C’est vrai qu’elles méritaient une augmentation importante de leurs revenus », a convenu le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, lors d’un point de presse organisé à Montréal.

À ses côtés, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, s’est réjouie de cette bonification salariale qui frôle les 30 %. « Pour une dame qui accueille six enfants dans son milieu familial, on passe [d’un salaire annuel net] d’environ 38 000 $ à plus de 44 000 $ par année, a-t-elle illustré. C’est quand même substantiel. »

La présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon, a dit souhaiter que cette entente « incite de nouvelles personnes à exercer le métier de responsable en service de garde ». À l’heure actuelle, entre 20 000 et 30 000 places ne sont pas créées dans le réseau, faute de main-d’œuvre.

Chaque année, « on perdait en moyenne 4000 places », a rappelé le ministre Lacombe. « C’est cette érosion-là qu’on se devait de freiner », a-t-il affirmé.

La FIPEQ-CSQ, qui a souvent attiré l’attention sur « l’hémorragie » dans le réseau, souhaite que l’annonce de lundi constitue un « nouveau souffle » pour les services de garde. « Nous avons espoir également [que] nos responsables actuelles puissent poursuivre le travail. Certaines attendaient l’entente pour voir si elles continuaient », a souligné sa présidente. De l’avis de Mme Grenon, la hausse salariale constitue « le vrai remerciement nécessaire » pour les travailleuses en service de garde. « Il faut le voir comme un investissement dans l’avenir du Québec », a-t-elle souligné.

À voir en vidéo