Québec solidaire propose un «pacte» pour aider les premiers acheteurs

Le député de Gouin souhaite que le rêve de devenir propriétaires redevienne possible pour sa génération.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le député de Gouin souhaite que le rêve de devenir propriétaires redevienne possible pour sa génération.

Pour « calmer la folie de la spéculation immobilière », Québec solidaire souhaite l’adoption d’une série de mesures pour protéger les jeunes familles souhaitant devenir propriétaires.

En marge de leur réunion afin de préparer la prochaine rentrée parlementaire, le parti a annoncé jeudi vouloir présenter cet automne « un pacte pour les premiers acheteurs ».

Ce plan propose une limite sur la commission des courtiers immobiliers, un délai minimum pour le dépôt d’une offre d’achat et l’obligation de procéder à une inspection avant achat. QS suggère aussi des offres d’achat transparentes pour contrer la surenchère et l’obligation de la garantie légale sauf dans les cas de succession.

« Ces mesures, c’est le strict minimum. Ce sont des mesures d’urgence pour calmer la folie de la spéculation. À terme pour régler la crise du logement, ce qu’il va falloir, c’est bien plus que ça ; il va falloir changer de gouvernement. La CAQ a livré les jeunes familles aux spéculateurs et aux requins de la finance », a soutenu le nouveau chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, à Sherbrooke.

M. Nadeau-Dubois a par ailleurs reconnu que la solution à terme était une bonification de l’offre. Mais selon lui, « tous les marchés doivent être encadrés pour éviter les abus et les dérapages ».

L’imposition d’un délai minimum avant le dépôt d’une offre d’achat permettrait d’éviter de mettre les gens sous pression et qu’ils prennent de mauvaises décisions avant d’avoir fait des vérifications, a-t-il donné en exemple.

En juin, le ministre des Finances, Éric Girard, a lancé une consultation sur l’encadrement des courtiers immobiliers, qui s’est terminée mercredi. L’objectif de cet exercice vise à « déterminer si certaines pratiques en vigueur ont pour effet d’exacerber » la surchauffe immobilière actuelle « et, le cas échéant, de déterminer les ajustements que nous pourrions apporter à l’encadrement du courtage immobilier », expliquait le cabinet du ministre dans un communiqué.

Le député de Gouin souhaite que le rêve de devenir propriétaires redevienne possible pour sa génération, comme cela a été possible pour ses grands-parents et parents.

« Pour ma génération, le rêve de la propriété, c’est le cauchemar de l’endettement », a-t-il affirmé, citant que sur l’île de Montréal un couple devait gagner un revenu de plus de 212 000 $ pour acheter une maison unifamiliale.

M. Nadeau-Dubois a précisé que les propositions de son parti n’empêcheraient personne de vendre sa maison. « Elles vont mettre des balises pour que personne ne se fasse avoir et qu’avoir accès à une première maison ne soit plus un truc réservé aux jeunes médecins, mais que tous les gens qui ont des salaires normaux dans ma génération puissent au moins entretenir ce rêve d’avoir une première propriété », a-t-il fait valoir.

Les 10 députés solidaires se sont réunis mercredi et jeudi dans un hôtel de la capitale estrienne pour discuter de la prochaine session parlementaire qui commence le 14 septembre à l’Assemblée nationale.

Le deuxième parti d’opposition aura comme priorité l’environnement. Il a annoncé mercredi son intention de déposer un projet de loi « anti-pipeline » pour interdire toute nouvelle construction en matière de gaz et de pétrole.

À voir en vidéo