Vers la vaccination obligatoire du personnel de la santé

C’est environ 50 000 personnes qui sont ciblées par cette mesure du côté du réseau public. Sont également concernés les employés non vaccinés des résidences privées pour aînés et des ressources intermédiaires, où les taux de vaccination sont moins élevés.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir C’est environ 50 000 personnes qui sont ciblées par cette mesure du côté du réseau public. Sont également concernés les employés non vaccinés des résidences privées pour aînés et des ressources intermédiaires, où les taux de vaccination sont moins élevés.

Le gouvernement Legault souhaite imposer la vaccination à l’ensemble des travailleurs de la santé, mais cette fois-ci la question sera d’abord débattue au Parlement.

« Ce n’est pas banal [comme décision], a dit le premier ministre François Legault mardi après-midi. Et c’est pour ça qu’on a parlé avec les partis d’opposition. »

Une commission parlementaire sur le sujet aura donc lieu à l’Assemblée nationale afin que les élus puissent entendre les groupes concernés, notamment les syndicats.

À l’heure actuelle, 91 % du personnel de la santé est vacciné contre la COVID-19, mais le gouvernement estime que les autres, quoique peu nombreux, pourraient contaminer des patients, même en portant le masque. « On ne peut pas se permettre de laisser du personnel être en contact avec les patients si [ces employés] ne sont pas vaccinés », a soutenu M. Legault.

On ne peut pas se permettre de laisser du personnel être en contact avec les patients si [ces employés] ne sont pas vaccinés. 

Avec 500 000 travailleurs dans le système public de santé, c’est environ 50 000 personnes qui sont ciblées par cette mesure du côté du réseau public. Sont également concernés les employés non vaccinés des résidences privées pour aînés (RPA) et des ressources intermédiaires (RI), où les taux de vaccination sont encore moins élevés.

« Ça s’applique à toute personne qui est en contact avec des personnes malades 15 minutes ou plus », a précisé mardi le directeur national de santé publique, Horacio Arruda. En plus des infirmières, des préposés et des médecins, cela touche, par exemple, les ambulanciers ou encore le personnel d’hygiène et salubrité qui désinfecte les chambres quand les patients sont présents.

Au sein des partis d’opposition, on a salué la décision de tenir une commission parlementaire sur le sujet. Le député solidaire Vincent Marissal juge d’emblée que l’imposition du vaccin dans le réseau de la santé est « légitime », mais s’inquiète de ses effets sur la pénurie de main-d’œuvre et souligne qu’il faudra tenir compte des « contre-indications médicales de certains ».

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) invite, quant à elle, le gouvernement à procéder autrement, craignant qu’une telle mesure ne « génère de l’opposition et de la méfiance au sein du personnel ». « La réalité, c’est que le milieu de la santé est confronté depuis longtemps à la précarité du personnel et ne peut absolument pas se permettre de perdre du monde. »

Question plus délicate

Cette annonce survient une semaine après les propos critiqués du premier ministre sur l’imposition du passeport vaccinal. Questionné à propos de l’absence de consultation publique sur cette décision, il avait déclaré la semaine dernière ne pas vouloir tenir de commission parlementaire par crainte que certains n’y propagent de fausses informations.

Or s’il annonce maintenant la tenue d’une commission parlementaire sur le vaccin, il devrait faire la même chose à propos du passeport vaccinal, affirment le Parti libéral et Québec solidaire. « Ce serait l’occasion pour le gouvernement de répondre à toutes les questions sans réponse », a fait valoir la porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit.

Ces deux dossiers n’ont pas les mêmes implications, a dit François Legault mardi. « Il y a une grande différence entre le passeport vaccinal, où on parle d’activités non essentielles, puis la vaccination obligatoire, où on dit à quelqu’un : “Tu es obligé de te faire vacciner, puis, en plus, sinon, tu ne peux pas travailler.” »

 

Le gouvernement souhaite que la consultation parlementaire puisse se tenir la semaine prochaine, mais il n’a pas précisé à compter de quand la mesure deviendrait obligatoire.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a néanmoins indiqué que les travailleurs de la santé non immunisés auraient jusqu’au 1er septembre pour recevoir une première dose et jusqu’au 1er octobre pour la seconde.

Qu’adviendrait-il de ceux qui s’y refuseraient ? Pourraient-ils être congédiés ou sanctionnés ? Ces questions seront discutées en commission, a-t-on répondu.

Décision à venir sur les écoles

Pendant ce temps, dans le milieu de l’éducation, plusieurs questions sont restées sans réponse mardi. Pour l’heure, il n’est pas question d’imposer la vaccination aux enseignants et au personnel de la fonction publique. 

Par ailleurs, une décision reste à prendre sur un possible retour du masque dans les services de garde, les écoles primaires et les écoles secondaires. Avec la montée du variant Delta, certains médecins se demandent s’il ne faudrait pas rétablir le système des « bulles-classes » dans les écoles en plus d’imposer le port du masque aux enfants dans les classes. Le plan de la rentrée scolaire dévoilé par le ministre de l’Éducation la semaine dernière n’allait pas du tout dans ce sens et n’imposait le masque que dans les corridors. Ce sera toutefois le cas aux niveaux collégial et universitaire.

L’Union étudiante du Québec a qualifié cette décision de « nécessaire », tandis que la Fédération étudiante collégiale du Québec a dit souhaiter que cela permette « d’éviter un va-et-vient entre l’enseignement en présence et l’enseignement à distance ».
 

Avec la montée du variant Delta, certains médecins se demandent s’il ne faudrait pas rétablir le système des « bulles-classes » dans les écoles en plus d’imposer le port du masque aux enfants dans les classes.

Le plan de la rentrée scolaire dévoilé par le ministre de l’Éducation la semaine dernière n’allait pas du tout dans ce sens et n’imposait le masque que dans les corridors.

Mardi, on recensait 323 nouveaux cas au Québec et six nouvelles hospitalisations liées à la COVID-19. Quelque 85 % de la population admissible à être vaccinée avait reçu au moins une dose du vaccin, mais il restait encore 600 000 Québécois à vacciner pour que 80 % de la population soit pleinement immunisée.

Quant à savoir quel taux vaccinal sera suffisant pour lever les diverses mesures de distanciation en vigueur, le Dr Arruda a dit viser une immunisation complète, entre 90 et 95 %.

Avec Marco Fortier


Une version précédente de ce texte, qui pouvait porter à croire que la vaccination sera obligatoire aux niveaux collégial et universitaire, a été corrigée. Plusieurs phrases ont été ajoutées pour plus de clarté.



À voir en vidéo