Une loterie envisagée pour encourager les jeunes adultes à se faire vacciner

C’est Régine Laurent qui a administré la deuxième dose du vaccin Pfizer au premier ministre François Legault, lundi matin, au centre de vaccination du Stade olympique de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir C’est Régine Laurent qui a administré la deuxième dose du vaccin Pfizer au premier ministre François Legault, lundi matin, au centre de vaccination du Stade olympique de Montréal.

Pour convaincre les jeunes encore réticents d’aller se faire vacciner contre la COVID-19, le premier ministre François Legault n’exclut aucun incitatif. Après avoir reçu lui-même sa seconde dose lundi, il a même évoqué l’idée d’une loterie.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, l’avait souligné déjà la semaine dernière : la vaccination progresse bien au Québec, dans tous les groupes d’âge, sauf chez les 18 à 39 ans.

Dans ce groupe, une personne sur trois n’était pas vaccinée en date du 15 juin. Les deux tiers d’entre elles habitent à Montréal et à Laval.

Il y a un « défi spécial » dans ces deux régions, a reconnu M. Legault lundi matin.

Quand on lui a demandé si l’heure n’était pas venue d’offrir une quelconque récompense avec la vaccination, pour le bien de tous, M. Legault a opiné. « Oui, absolument. On n’exclut rien à ce moment-ci, incluant des loteries ou des récompenses de toutes sortes. »

Pressé d’en dire davantage sur une possible « loterie COVID », il n’a pas voulu préciser sa pensée. « Christian [Dubé] travaille là-dessus. Quand il sera prêt, il va vous l’annoncer. »

On n’exclut rien à ce moment-ci, incluant des loteries ou des récompenses de toutes sortes.

 

Loto-Québec a confirmé lundi être « à une première étape de discussions » avec le gouvernement, qui considère toutefois plusieurs options, a indiqué un porte-parole de la société d’État, Renaud Dugas.

Actuellement, si plus de 75 % des Québécois ont reçu leur première dose, le pourcentage de ceux en ayant obtenu deux est beaucoup plus bas : 17 %, a indiqué le premier ministre.

Pour atteindre les jeunes, il rappelle aussi que les équipes de la santé publique se rendent « là où ils se trouvent », notamment avec le « VacciVan », un véhicule aménagé pour administrer des doses dans les parcs durant l’été.

Une deuxième dose

M. Legault a reçu sa seconde dose du vaccin Pfizer lundi matin au centre de vaccination du Stade olympique de Montréal.

C’est Régine Laurent qui lui a inséré l’aiguille dans le bras. L’ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) est une infirmière à la retraite.

« J’ai la meilleure avec Régine ! » s’est exclamé, tout sourire, M. Legault quand il l’a vue. Il a commencé à bavarder, mais elle l’a interrompu : le vaccin d’abord, la discussion ensuite. « Pour les prochaines minutes, c’est moi le boss », lui a-t-elle lancé.

Le premier ministre a relevé la manche de son t-shirt noir et s’est exécuté.

Après ses 15 minutes d’attente post-vaccin, M. Legault s’est dit très content d’avoir eu sa deuxième dose, après avoir remercié tout le personnel qui participe à la grande campagne de vaccination.

Il a invité tous les Québécois à recevoir leur seconde dose de vaccin le plus rapidement possible, pour augmenter la protection vaccinale.

« C’est important pour soi-même et pour les personnes vulnérables autour de nous autres », a-t-il souligné, rappelant que les deux doses permettront à tous de voyager à l’étranger en plus de contribuer « à notre immunité collective pour revenir à une vie normale ».



À voir en vidéo