Don de Claire Samson au PCQ: «Je ne pense pas qu’il essaie de me manipuler»

La députée Claire Samson a fait un don de 100$ au Parti conservateur du Québec alors qu’elle a été élue sous la bannière de la Coalition avenir Québec.
Photo: Francis Vachon La Presse canadienne La députée Claire Samson a fait un don de 100$ au Parti conservateur du Québec alors qu’elle a été élue sous la bannière de la Coalition avenir Québec.

La députée Claire Samson voit dans le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, un « homme intelligent, qui est de bonne foi » et dont la motivation est « noble », loin de la parité de façade de la Coalition avenir Québec (CAQ) ou du glissement éthique qu’elle dit avoir perçus dans le parti de François Legault.

L’élue d’Iberville a été exclue du caucus de la CAQ mardi, après que son ancien parti eut appris qu’elle a fait un don de 100 $ au PCQ. En entrevue au Devoir mercredi, elle a affirmé qu’elle n’était pas encore prête à faire le saut dans le parti de M. Duhaime, pour qui elle n’a que de bons mots.

« C’est un homme qui, fondamentalement, veut servir, pour faire preuve de gros bon sens », a déclaré la femme de 66 ans. Celle qui prévoyait de prendre sa retraite à la fin de son mandat songe désormais à faire grossir les rangs conservateurs. Mme Samson se donne « quelques jours » pour faire son choix, qui pourrait avoir des répercussions majeures sur la visibilité du chef Duhaime.

« Je sais bien que si je rejoins les rangs du Parti conservateur, il est évident qu’il [Éric Duhaime] se retrouve dans la même situation que Paul St-Pierre Plamondon, dans le sens où il peut avoir accès aux conférences de presse, il peut entrer à l’Assemblée nationale, utiliser les tribunes et tout ça », a-t-elle détaillé. « Donc je comprends tout ça très bien, mais je ne pense pas qu’il essaie de me manipuler », a-t-elle insisté.

Le PCQ n’a pour le moment aucun représentant au Salon bleu. Un sondage Léger mené du 30 avril au 2 mai accorde 14 % des intentions de vote à ce parti dans la région de la Capitale-Nationale, où la CAQ domine tout de même les sondages avec 52 % d’appuis.

Selon Claire Samson, l’arrivée du PCQ sur la scène politique est saine pour le débat public. « Je suis d’avis que les citoyens doivent avoir le plus d’options possibles, c’est ça la démocratie », a-t-elle fait valoir. À la CAQ, « ils font pas mal ce qu’ils veulent depuis la pandémie », juge-t-elle. « Les gens qui sont capables d’articuler une pensée devraient la partager avec les citoyens et à ce chapitre-là, moi je pense que le Parti conservateur a sa place, comme [les autres partis]. »

Des critiques contre la CAQ

Bien que Claire Samson ait dit ne pas « nourrir d’amertume et de regrets », elle s’est permis de critiquer certaines des décisions de la CAQ, qu’elles soient plus récentes ou plus anciennes. Elle a rappelé que M. Duhaime a récemment déclaré à La Presse canadienne que l’ambition de parité homme-femme en politique était une « parure », et qu’il ne souhaitait pas se fixer d’objectif en ce sens. En revanche, « la CAQ se vante d’être paritaire, mais les femmes sortent pas mal plus vite que les hommes, hein ? C’est agaçant », a-t-elle lancé.

La décision récente de la CAQ de voter contre le rapport de la commissaire à l’éthique et la sanction qu’elle réclamait contre l’ex-ministre Pierre Fitzgibbon l’a aussi dérangée. « Vous savez que la gardienne de l’éthique, c’est une institution. Alors voter contre son rapport, j’avais un petit malaise, on aurait pu se garder une petite gêne », a-t-elle suggéré.

L’élue, désormais indépendante, n’a par ailleurs jamais caché sa déception de ne pas être nommée au conseil des ministres. « J’ai été critique en matière de communication, de culture et de langue pendant toute notre période dans l’opposition. Pendant la campagne électorale, le parti m’a fait faire tous les débats sur la culture, donc quand il a été élu majoritaire, c’était légitime pour moi d’envisager avoir un portefeuille », a-t-elle dit. « Donc j’ai été très déçue de ne pas avoir été retenue, mais c’est son choix [au premier ministre]. Ils vivent avec. »

Pas « complotiste »

Pour justifier la décision d’exclure Claire Samson de ses rangs, la CAQ a dit ne pas pouvoir « tolérer qu’une députée de notre caucus appuie financièrement une autre formation politique qui conteste et rejette la science et les mesures sanitaires en place ».

Dans une publication Facebook mercredi, Éric Duhaime a écrit ne pas avoir l’intention de commenter « plus en détail cette situation avant que Mme Samson ait pu exprimer publiquement sa version des faits ».

Une heure plus tard, il s’est défendu de « conteste[r] et rejet[er] la science », pour plutôt expliquer qu’il conteste et rejette « la “science de la CAQ” », « qui refuse aux nouveaux mariés de célébrer avec plus de 50 convives, mais permet à 3500 fans du Canadien d’entrer au Centre Bell », par exemple. Éric Duhaime a auparavant contesté les mesures sanitaires imposées pendant le temps des Fêtes et il s’est opposé au masque obligatoire pour les élèves du primaire.

Quant à Mme Samson, elle dit avoir « suivi les mesures sanitaires », bien qu’elle y ait trouvé « des incohérences » à certains moments. « Je ne suis pas dans la gang anti-mesures sanitaires », a-t-elle précisé.

À voir en vidéo