Les amalgames entre la loi 21 et le drame de London sont ignobles, selon Legault

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Le premier ministre François Legault a fermement dénoncé jeudi les chroniques et les éditoriaux qui ont tiré des liens entre le drame de London, en Ontario, et la loi sur la laïcité de l’État, au Québec.

« Je pense que c’est ignoble et c’est totalement inacceptable », a-t-il affirmé en marge d’une conférence de presse. « Ce n’est pas vrai qu’on va laisser des journalistes du reste du Canada venir casser du sucre et puis traiter les Québécois de racistes. »

Quatre membres d’une famille musulmane ont été fauchés dimanche soir par une camionnette noire. Un suspect de 20 ans, Nathaniel Veltman a brièvement comparu jeudi. Des commentateurs politiques du Canada anglais

Contrairement au Bloc québécois, M. Legault ne va pas jusqu’à réclamer des excuses du premier ministre Justin Trudeau. « Je ne sais pas exactement ce que M. Trudeau a dit, a-t-il avoué. Je sais qu’il a parlé des masques et je me suis déjà exprimé sur les masques et ça, je me suis déjà exprimé en disant que les Québécois sont capables de faire la différence entre un masque pour des raisons sanitaires et un masque pour des raisons religieuses. »

M. Trudeau avait laissé entendre mardi que l’appui à l’obligation du visage découvert lors de la prestation et de la réception de services publics au Québec s’est effrité depuis le début de la pandémie de COVID-19. « Ça ne me surprendrait pas que, dans les semaines et les mois à venir, il y ait des réflexions à avoir sur le but et sur l’importance de la loi 21, en partie parce que ça fait un an qu’on passe beaucoup de temps avec des masques couvrant notre visage en obtenant des services de l’État », avait-il déclaré.

Les députés de l’Assemblée nationale ont adopté jeudi à l’unanimité une motion du Parti québécois pour dénoncer « fortement toutes les formes de haine et de crimes violents » et « les amalgames faits par certains politiciens et médias du reste du Canada entre la tragédie de London en Ontario et une loi québécoise ». Tous les partis d’opposition la veille s’étaient dits choqués par les propos de certains commentateurs politiques du Canada anglais.

À voir en vidéo