Le PLQ amorce un «virage vers le progrès» dans ses propositions économiques

La cheffe libérale Dominique Anglade a présenté vendredi sa nouvelle vision économique.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne

La cheffe libérale Dominique Anglade a présenté vendredi sa nouvelle vision économique.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) dit vouloir effectuer un virage vers le progrès en économie et mettre fin au chantage de certaines entreprises.

Dans sa nouvelle approche économique, Dominique Anglade propose notamment d’encourager davantage les entreprises qui redistribuent les profits à leurs employés, ou qui embauchent des personnes handicapées.

À un journaliste qui lui demandait si le PLQ était en train de virer à gauche, elle a répondu que c’est un « virage vers le progrès ».

L’ancien ministre des Finances, Carlos Leitão, qu’on a longtemps associé à l’austérité budgétaire, dit avoir changé ses conceptions économiques depuis la pandémie.

Selon lui, le Québec ne s’expose pas à une fuite des capitaux s’il impose de nouvelles règles sociales et environnementales. Et il a un message pour les compagnies qui veulent résister et menacer de partir.

« Dominique et moi avons subi des pressions quand nous étions au gouvernement : “Donne-moi ça, sinon je m’en vais.” Je pense qu’on devrait dire alors : “Tu veux t’en aller ? Good-bye !”»

Le PLQ propose notamment d’intégrer des critères d’impacts environnementaux et sociaux dans les appels d’offres du gouvernement.

Il suggère aussi d’instaurer une nouvelle catégorie d’entreprise, les entreprises à mission, qui viseraient le progrès social et environnemental, en plus de la rentabilité financière.

L’État s’engagerait à favoriser le développement de ces entreprises, notamment par des incitatifs fiscaux et l’accès aux marchés publics, en leur donnant automatiquement accès à une qualification accélérée.

À voir en vidéo