Une aide pour les victimes de violence conjugale jugée insuffisante

Le budget Girard contient par ailleurs une série de mesures pour les personnes les plus vulnérables.
Photo: iStock Le budget Girard contient par ailleurs une série de mesures pour les personnes les plus vulnérables.

Comme promis, Québec a réservé des fonds dans son budget pour rehausser l’aide aux victimes de violence conjugale. Sauf que la somme de 22,5 millions qu’il y consacre sur cinq ans est jugée dérisoire par les partis d’opposition et la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF).

D’ici 2026, les ressources d’aide aux femmes victimes de violence conjugale devront se partager des investissements supplémentaires de 4,5 millions par année. Pour le reste, le budget 2021-2022 s’en remet surtout au Plan d’action sur la violence conjugale de décembre 2020, assorti d’un financement de 180 millions de dollars.

« La situation est extrêmement sérieuse », a déclaré jeudi le ministre des Finances, Eric Girard. « Si des sommes supplémentaires sont nécessaires, nous allons les “allouer” », a-t-il assuré.

À ses côtés, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a annoncé que les sommes destinées aux maisons d’hébergement, qui étaient pour la plupart bloquées depuis un an, étaient finalement arrivées à destination. La veille, Le Devoir avait révélé que seulement 2 des 17 régions administratives du Québec avaient reçu le financement promis dans le budget 2020. « On a fait des démarches et confirmé auprès des p.-d.g. des CIUSSS. Si ce n’est pas déjà fait au moment où on se parle, ça devrait se compléter aujourd’hui [jeudi] », a-t-elle dit.

« Ils sont déjà un an en retard », a rétorqué le libéral André Fortin. « Ce montant-là était prévu pour la dernière année fiscale. On leur demande d’octroyer dès aujourd’hui les montants qui sont dus pour l’année à venir. »

Manon Massé, de Québec solidaire, a rappelé que les besoins n’étaient pas « arrivés avec les féminicides » survenus dans les dernières semaines. « C’est vraiment une insulte », a-t-elle dit. Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a quant à lui qualifié les sommes réservées de « très insuffisantes ».

Quant à la FMHF, elle s’est dite « inquiète », vu la hausse des besoins entraînée par la pandémie. « Le gouvernement prend-il la mesure du problème ? » a demandé sa présidente, Manon Monastesse, en demandant davantage de fonds.

Mesures pour les plus vulnérables

Le budget Girard contient par ailleurs une série de mesures pour les personnes les plus vulnérables. En suivi aux premières recommandations de la commission Laurent, le ministre a réservé 252 millions sur cinq ans pour « renforcer les services pour les jeunes en difficulté ».

En matière de logement social, la plus grande part des investissements vise à faire aboutir des projets qui avaient déjà été annoncés dans les budgets précédents. Le gouvernement investit 250 millions de dollars de plus sur trois ans pour accélérer la livraison de projets déjà annoncés.

Il annonce en outre la création de 500 logements supplémentaires, mais seulement à partir de l’année prochaine, et ce, au compte-gouttes. Malgré le manque de logements abordables dans plusieurs régions du Québec, seulement 841 logements ont été construits en 2020, contre 1759 l’année précédente.

Le budget contient par ailleurs de bonnes nouvelles pour les gens souffrant de handicaps qui souhaitent rester dans leur maison, puisque des sommes de 20 millions de dollars sur deux ans s’ajoutent au programme d’adaptation de domicile de la Société d’habitation du Québec.