La deuxième dose du vaccin donnée plus tôt que prévu?

Les deux fabricants des vaccins contre la COVID-19, Pfizer-BioNTech et Moderna, recommandent de donner la deuxième dose dans un intervalle de 21 jours et 28 jours respectivement.
Photo: Laurent Gillieron Associated Press Les deux fabricants des vaccins contre la COVID-19, Pfizer-BioNTech et Moderna, recommandent de donner la deuxième dose dans un intervalle de 21 jours et 28 jours respectivement.

Québec pourrait donner la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 plus tôt que ce qu’il a prévu. Il s’agirait d’une énième volte-face depuis l’annonce initiale de la campagne de vaccination en décembre, provoquée cette fois par le gouvernement fédéral.

« Il y a des discussions avec la Santé publique pour voir avec le fabricant (Pfizer) et avec la Commission nationale si on revient au fameux trois semaines qui était prévu », a révélé le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse lundi. Il faisait référence au Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) du gouvernement fédéral dont le rôle est de formuler des recommandations pour l’utilisation des vaccins homologués.

Les deux fabricants des vaccins contre la COVID-19, Pfizer-BioNTech et Moderna, recommandent de donner la deuxième dose dans un intervalle de 21 jours et 28 jours respectivement. Or, le Québec a décidé de reporter cette deuxième injection à la mi-mars, soit un intervalle de 90 jours.

«C’est une question de solidarité, a affirmé le premier ministre, François Legault. C’est vrai que c’est peut-être un peu moins “sécur” par personne, mais on rejoint plus de personnes. »

« On va donner deux doses, mais on veut utiliser le vaccin de façon la plus optimale pour protéger le maximum de personnes dans un court laps de temps », a fait valoir le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, en soulignant le nombre de décès élevé dans le contexte particulier de la pandémie.

Ottawa considère toutefois que cette stratégie de vaccination pourrait compromettre la livraison plus rapide de nouvelles doses au Canada. « C’est non seulement une considération de santé […], mais aussi une considération d’approvisionnement », avait soutenu la ministre de l’Approvisionnement, Anita Anand, vendredi.

En coulisse à Ottawa, on estime que les 90 jours d’intervalle au Québec détonnent par rapport aux autres provinces qui ont choisi de faire une entorse au protocole des fabricants. La Colombie-Britannique, par exemple, compte administrer la deuxième dose 35 jours après la première. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le délai entre les deux doses de vaccin ne devrait pas excéder 42 jours. Santé Canada, pour sa part, recommande de donner la deuxième dose du vaccin le plus près possible du calendrier recommandé par les fabricants.

Québec veut toutefois pouvoir utiliser les vaccins comme il le souhaite sur recommandation de son propre Comité d’immunisation, et non se faire dicter la procédure par Ottawa. « Est-ce qu’il y a un risque réel qu’une compagnie comme Pfizer cesse de livrer des doses parce qu’on ne respecte pas le délai entre les deux doses ? Évidemment, on va se conformer si c’est pour arrêter l’approvisionnement des nouvelles doses, a indiqué M. Legault lundi. Mais, si on a le choix — et on souhaite que ce soit le gouvernement du Québec qui fasse ce choix-là —, on préfère vacciner plus de personnes. »

Le ministre Dubé a avancé qu’un compromis pourrait être trouvé entre l’approche québécoise et celle préconisée par le gouvernement fédéral et les fabricants. La décision du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) est attendue au cours des prochains jours.

La campagne de vaccination québécoise qui avait connu un départ plutôt lent a atteint une certaine vitesse de croisière. En tout, 8 400 doses de vaccin ont été injectées dimanche, ce qui porte le total dans à 92 452 depuis le début de l’opération le 14 décembre. Plus de la moitié des 40 000 résidents des centres d’hébergement de soin de longue durée (CHSLD) l’ont reçu depuis et un peu plus de 20 % du personnel soignant. Le Québec a reçu au total 115 375 doses des vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna. Quelque 80 800 nouvelles doses sont attendues mardi, mercredi et jeudi.

À voir en vidéo