La Coalition québécoise presse l'État d'élargir l'interdiction de fumer

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac demande au ministre de la Santé, Philippe Couillard, de modifier la Loi sur le tabac pour que les travailleurs des restaurants, des bars, des casinos et des hôtels puissent eux aussi travailler dans un environnement sans fumée.

Lors d'une conférence de presse hier, l'ex-serveuse ontarienne de restaurant Heather Crowe, qui s'est retrouvée atteinte d'un cancer du poumon sans avoir jamais fumé de sa vie, a demandé pour quelle raison ceux qui gagnent leur vie dans des bureaux, notamment, sont protégés contre la fumée secondaire alors que ceux qui oeuvrent dans le secteur de la restauration et des bars ne le sont pas.

La coalition a prié le ministre Couillard de voir à profiter de la révision de la Loi sur le tabac, en 2005, pour changer cette situation.

Elle réclame également que la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) considère dorénavant la fumée secondaire comme un contaminant, ce qui permettrait aux travailleurs qui ont des problèmes de santé liés à une telle exposition d'être indemnisés.

Indemnisée

Après une bataille serrée, Mme Crowe a été indemnisée par la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents de travail de l'Ontario, jumelle de la CSST. Flory Doucas, porte-parole de la coalition, a signalé la vague de changements qui se sont opérés partout dans le monde au cours des dernières années et qui ont fait qu'en Californie plus personne ne fume dans les bars et les restaurants, comme dans l'État de New York, celui du Maine et celui du Massachusetts, dans la ville d'Ottawa, en Norvège, et bientôt en Islande et en Nouvelle-Zélande.

En Ontario, des centaines de municipalités ont adopté des règlements interdisant de fumer dans les bars et les restaurants. Au Québec, les municipalités ne peuvent emprunter cette direction sans avoir obtenu l'aval du gouvernement.

Dans l'ensemble canadien, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et les Territoires du Nord-Ouest ont adopté des lois sans fumée.

Pendant que Mme Crowe poursuivra sa tournée pancanadienne pour alerter les gens sur le danger de la fumée secondaire, la coalition poursuivra son travail de lobbying.

«On a plus d'un an devant nous pour faire en sorte que le rapport du ministre contienne des recommandations qui vont effectivement protéger des travailleurs et travailleuses comme Mme Crowe», a soutenu Louis Gauvin, de la coalition.

Le Québec compte pas moins de 160 000 travailleurs dans le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et des bars.