En bref - Garderies: des économies sur le dos des employés, selon le PQ

Le critique du Parti québécois en matière de services de garde, Jonathan Valois, déplore la décision du gouvernement d'attendre la fin de la négociation avec les employées syndiquées des CPE avant d'accorder une indexation des conditions de travail des éducatrices en milieu familial.

«Les craintes anticipées se concrétisent. La véritable intention qui se cachait derrière le projet de loi 8 [interdisant la syndicalisation des éducatrices en milieu familial] n'était pas d'offrir de meilleures conditions de travail aux responsables de services de garde, mais plutôt de faire des économies sur le dos de celles qui ont contribué au développement du réseau», fait valoir M. Valois. Pour le porte-parole péquiste, le gouvernement n'a de cesse de remettre en question l'une «des plus grandes réussites du gouvernement du Parti québécois».