Québec vient à la rescousse des hôteliers et du tourisme

En juin, le gouvernement Legault avait déjà annoncé 753 millions en soutien à l’industrie touristique, mais les hôteliers avaient alors exprimé leur insatisfaction.
Photo: Francis Vachon Archives Le Devoir En juin, le gouvernement Legault avait déjà annoncé 753 millions en soutien à l’industrie touristique, mais les hôteliers avaient alors exprimé leur insatisfaction.

Québec vient à la rescousse des hôteliers, mais les établissements de 300 chambres et plus devront attendre.

Les lieux d’hébergement touristiques comptant entre 4 et 299 chambres pourront recevoir jusqu’à 200 000 $ selon l’étendue de leurs pertes par rapport à la même période l’an dernier, a annoncé la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, mercredi. Le gouvernement Legault investira aussi 17 millions de dollars pour sauver les « actifs stratégiques » en tourisme, mais il ignore encore qui recevra les fonds.

Les réactions ont été généralement positives, mais l’association hôtelière de Québec a jugé la nouvelle aide « plutôt légère », tandis que la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) l’a qualifiée d’insuffisante.

Les hôteliers auront ainsi droit à une enveloppe totale de 38 millions de dollars, sur les 65,5 millions qui avaient déjà été prévus pour le secteur du tourisme dans la mise à jour économique du ministre des Finances, Éric Girard, la semaine dernière.

En juin, le gouvernement Legault avait déjà annoncé 753 millions de dollars en soutien à l’industrie touristique, mais les hôteliers avaient alors exprimé leur insatisfaction : une bonne partie de cette aide consistait en des prêts, ce qui était jugé comme étant inadapté dans le contexte.

En conférence de presse mercredi matin, Mme Proulx a indiqué que d’autres mesures étaient en préparation pour les établissements de 300 chambres et plus, en collaboration avec son collègue à l’Économie, Pierre Fitzgibbon. « On comprend que ce sont des besoins spécifiques ; leur modèle d’affaires est très différent. On en discute présentement avec M. Fitzgibbon. »

17 millions pour Montréal, Québec, et l’Outaouais

Le gouvernement réserve par ailleurs 17 millions de dollars aux trois « portes d’entrée touristiques » de la province — Montréal, Québec et l’Outaouais — pour le maintien d’actifs qui sont considérés comme stratégiques.

Mme Proulx n’a pu dire comment ces fonds allaient être distribués. « C’est le milieu qui va déterminer [quels sont ces actifs stratégiques] », a-t-elle répondu. Donc Tourisme Montréal, l’Office du tourisme de Québec et Tourisme Outaouais décideront donc de l’attribution de l’enveloppe. « Ils vont s’assurer qu’on ne perd pas ces actifs qui ont bâti une réputation au fil du temps. »

Le gouvernement accorde aussi cinq millions de dollars à des campagnes promotionnelles touristiques. Elles viseront d’abord la clientèle locale, mais permettront aussi de préparer une offensive publicitaire destinée à l’étranger lorsque la situation sanitaire redeviendra normale.

« Il ne serait pas judicieux de lancer de grandes offensives publicitaires, dans le contexte actuel, on doit toutefois s’assurer que nos campagnes soient prêtes et porteront le bon message. Nous avons le devoir de “reséduire” les Québécois, le reste du Canada et le monde, par la suite. »

Réactions mitigées

La CCMM estime « que les budgets annoncés sont insuffisants pour stabiliser définitivement le secteur hôtelier de la métropole ».

L’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ) a accueilli très tièdement les nouvelles mesures visant les établissements d’hébergement.

Elle se réjouit qu’il s’agisse non plus de prêts, mais de subventions directes. Cependant, l’AHRQ juge la mesure « plutôt légère et espère que le gouvernement provincial poursuivra dans cette veine de manière plus substantielle ».

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) soutient pour sa part que cette formule d’aide en fonction des pertes et des périodes « est une bonne voie à suivre » et incite le gouvernement à l’adopter aussi pour les PME.

À voir en vidéo