Le Québec vire un peu plus au rouge

Malgré la récente tendance à la baisse des cas de COVID-19 au Québec, le gouvernement fait basculer en zone rouge la totalité de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Capitale-Nationale, incluant la région de Charlevoix. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean passe, lui, à l’orange.

« Le virus se propage dans d’autres régions que Montréal et Québec », a fait savoir en point de presse mardi le premier ministre, François Legault.

Dans les régions nouvellement en rouge, les salles de restaurants, les bars et les casinos devront fermer leurs portes. Idem pour les salles de spectacle, les cinémas, les théâtres et les musées. Les rassemblements privés, à l’intérieur comme à l’extérieur, seront aussi interdits.

Les mesures propres à ces paliers d’alerte entreront en vigueur vendredi. Les écoles auront jusqu’à lundi prochain pour se conformer aux exigences qui les concernent.

Selon M. Legault, le « plus important » pour freiner le virus est d’éviter à tout prix les rassemblements à l’intérieur. Car ceux-ci posent particulièrement problème en ce moment, « surtout quand on est plus de 15 minutes dans la même salle ».

« Une minorité de personnes » bafouant cette consigne « infectent une majorité de personnes », a-t-il déploré.

Une courbe « stable »

Le Québec se maintient depuis samedi sous la barre du millier de cas. Le plus récent bilan fait état de 815 nouvelles contaminations à la COVID-19, portant le total de personnes infectées à 87 791 depuis le début de la pandémie.

5 décès se sont également ajoutés : 3 survenus dans les 24 dernières heures et 2, entre le 6 et le 11 octobre. Le cumul des morts liés à la maladie est maintenant de 5970.

S’il « est encore trop tôt pour se réjouir » le nombre de nouveaux cas « semble s’être stabilisé », a soutenu M. Legault. « II y a lieu de croire que les efforts qu’on fait sont en train de donner des résultats ». Il a d’ailleurs remercié les Québécois d’avoir « fait attention aux rassemblements » pendant le long congé de l’Action de grâce.

« On sent qu’on a atteint un certain plateau », a renchéri le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda. Mais selon lui, pas question de « revenir à la liberté de cet été […] tant et aussi longtemps qu’on n’aura pas stabilisé la situation de façon intensive. »

Or, le nombre d’hospitalisations continue de croître. Le bilan de mardi recense 10 nouveaux patients aux soins intensifs, pour un total de 85. Le nombre d’hospitalisations atteint désormais 468.

Les Québécois doivent « continuer de faire des sacrifices », a répété François Legault, afin de « sauver des vies chez les personnes vulnérables », garder les écoles ouvertes et ménager le personnel soignant. « Si vous tombez malade dans un mois, il faut être capable de vous soigner. »

Ils devront également s’armer de patience, a-t-il averti : un certain nombre de règles sanitaires sont là pour « plusieurs mois » encore, dont l’interdiction de se rassembler à l’intérieur. Le masque obligatoire et la distanciation physique font aussi partie des « nouvelles habitudes » à prendre.

Le premier ministre n’a pas voulu s’avancer sur la forme que prendra Noël cette année, estimant qu’il est encore « trop tôt » pour se prononcer. Son gouvernement n’a toujours pas statué sur le sort réservé à la traditionnelle cueillette de friandises de l’Halloween.

10 000 préposés

Questionné sur l’ajout de 10 000 préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a assuré que l’objectif reste le même et sera atteint. Actuellement, « on est juste un petit peu en bas de 7000, parce qu’il y a eu des ajustements, mais ça a fait tellement un bon baume dans le réseau », s’est-il félicité.

À ces 7000, a-t-il poursuivi, il faut ajouter « un peu plus de 1500 qui sont en formation en ce moment », soit la deuxième cohorte qui suit la formation accélérée pour devenir préposé.

Quant au salaire à temps plein de ces nouveaux acteurs, il sera bel et bien de 49 000 $ par année, a une fois de plus rappelé le premier ministre Legault, en dépit des témoignages de préposés affirmant le contraire rapportés dans les médias. Si une partie du salaire provient en ce moment d’une prime COVID, a-t-il concédé, Québec poursuit ses négociations à ce sujet avec les syndicats.

Avec La Presse canadienne  

Legault se défend sur la taille des classes

Le gouvernement Legault a été sur la défensive, mardi, pour avoir ignoré un avis de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui prône la présence en classe de la moitié des élèves de 4e et de 5e secondaire dans les écoles situées en zone rouge. François Legault a fait valoir que le gouvernement a plutôt suivi les recommandations du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda. Le ministre Jean-François Roberge a ainsi décrété l’école en alternance pour les élèves de 4e et de 5e secondaire en zone rouge — une journée en classe, l’autre en enseignement à distance — sans limiter la présence des élèves à des demi-groupes. M. Legault a soutenu que la solution des groupes réduits serait « impossible à appliquer », à cause de la pénurie d’enseignants et de locaux. C’est pourtant la solution mise en place au Nouveau-Brunswick, rappelle Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l’enseignement.

Marco Fortier 

En données

Le nombre de nouveaux cas au Québec a encore diminué lundi, à 815, tandis qu’on recensait 5 nouveaux décès, dont trois survenus dans les dernières 24 heures, pour un grand total de 5970. Les hospitalisations ont augmenté de 11, à 468, dont 85 patients aux soins intensifs, en hausse de 10.

La Presse canadienne