Québec solidaire demande un projet de loi distinct pour la ligne bleue

«Le problème de la ligne bleue, ce n’est pas l’ingénierie, ce n’est pas la construction et ce n’est certainement pas le besoin, le problème c’est la politique», a affirmé le député solidaire Vincent Marissal.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Le problème de la ligne bleue, ce n’est pas l’ingénierie, ce n’est pas la construction et ce n’est certainement pas le besoin, le problème c’est la politique», a affirmé le député solidaire Vincent Marissal.

Québec solidaire demande au gouvernement de la CAQ un projet de loi distinct pour lancer les travaux de construction de la ligne bleue du métro à Montréal. Ce projet de loi distinct permettrait d’accélérer la procédure d’expropriations nécessaire pour commencer les travaux.

Le projet de loi 61, déposé au printemps par la CAQ, visait à accélérer 202 projets d’infrastructures dans le but de relancer l’économie.

Parmi ces projets, il y avait la construction en accéléré d’écoles, de routes et de réseaux de transport collectif comme la ligne bleue.

En réponse aux nombreuses critiques, le gouvernement Legault avait abandonné ce projet de loi, mais il compte maintenant déposer une nouvelle mouture.

Mais pour Québec solidaire (QS), le prolongement de la ligne bleue était « le plus gros morceau du projet de loi 61 » et il est « le seul qui a besoin d’expropriations », il doit donc faire l’objet d’un projet de loi distinct.

« Ce qu’on veut c’est un projet de loi distinct, amendé très rapidement, là-dessus je pense que tous les partis vont s’entendre parce que tout le monde dit vouloir en finir avec ce projet. Il faut qu’on sorte de la politicaillerie, parce que le problème de la ligne bleue, ce n’est pas l’ingénierie, ce n’est pas la construction et ce n’est certainement pas le besoin, le problème c’est la politique », a indiqué Vincent Marissal, député solidaire de Rosemont et porte-parole du parti en matière d’économie.

Selon lui, « les élus peuvent adopter ça dans les premiers jours de la nouvelle session la semaine prochaine, c’est aussi simple que ça. »

Déjà demandé par Valérie Plante

Une demande semblable avait été faite par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, il y a une dizaine de jours.

« On a besoin d’une loi spéciale pour accélérer le processus d’expropriation et planifier le plus rapidement possible le développement aux abords des stations », avait écrit sur Twitter la mairesse de Montréal.

« Il est plus que temps que le projet de la ligne bleue soit réalisé. Ça fait depuis 1988 que la population de l’Est [de l’île de Montréal] l’attend. Suite à l’échec du projet de loi 61, on s’attend à ce qu’il y en ait un sur la table pour la rentrée parlementaire », avait également écrit Valérie Plante.

Le prolongement de la ligne bleue de 5,8 km permettrait d’ajouter cinq stations, à partir de la station Saint-Michel, jusqu’à Anjou.

À voir en vidéo