Québec n’exclut pas une nouvelle fermeture des bars

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le premier ministre du Québec, François Legault

Le premier ministre François Legault s’abstient d’ordonner la fermeture des bars après l’éclosion d’une cinquantaine de cas de COVID-19 dans la foulée d’une soirée karaoké à l’intérieur du bar Kirouac, à Québec.

« On n’est pas à l’étape de dire qu’on va tout fermer les karaokés ou qu’on va tout fermer les bars parce qu’il y en a quelques-uns qui ne suivent pas les consignes », a-t-il déclaré lors d’une mêlée de presse à Saint-Raymond jeudi midi. « Mais, éventuellement, il ne faut pas l’exclure », a-t-il ajouté.

Le gouvernement québécois observe une hausse notable du nombre de personnes déclarées positives à la COVID-19 depuis deux semaines, et ce, particulièrement dans les régions de la Capitale-Nationale, de l’Estrie et du Grand Montréal. Pas moins de 187 nouveaux cas ont été recensés seulement entre mercredi et jeudi, du jamais vu depuis juin.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a récemment dit chercher à tout prix à contenir le nombre de nouveaux cas confirmés sous la barre des 20 cas par million d’habitants, soit 170 cas par jour. « On s’approche d’un seuil qui est, peut-être, critique », a reconnu M. Legault jeudi.

Cependant, « il n’est pas prévu, à court terme, de mesures additionnelles » pour freiner la propagation de la COVID-19, a-t-il précisé. Si la situation se détériore, son gouvernement pourrait toutefois décréter le confinement de zones dites chaudes. « Si jamais on se rendait là, oui ce serait par région, même par sous-régions », a souligné le premier ministre.

Cela dit, le gouvernement entend sévir contre les personnes atteintes de la COVID-19 qui refusent obstinément de rester à l’écart du reste de la population. « Il en va de la santé de l’ensemble de la population. Donc, on va prendre les mesures nécessaires afin que ces personnes-là soient isolées », a expliqué M. Legault.

 

5767 personnes sont décédées des suites de la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Les données des écoles, « d’ici quelques jours »

La situation dans les écoles du Québec est toujours « sous contrôle », a indiqué François Legault jeudi, tout en soulignant l’importance de respecter les règles de distanciation sociale.

Les éclosions observées dans certains établissements scolaires, qui se sont traduites par la mise en isolement préventif de dizaines d’élèves à travers le Québec, sont la preuve que la décision de créer une bulle par classe était la bonne, selon M. Legault. « Comme ça, on a juste à fermer une classe plutôt que de fermer une école », a-t-il affirmé.

Les activités d’apprentissage de près de 200 élèves répartis dans sept écoles primaires et secondaires de la région de la Capitale-Nationale se sont pourtant arrêtées net en raison de la COVID-19.

Des données officielles sur les éclosions en milieux scolaires traitées par les centres de services scolaires et la Santé publique seront rendues publiques dans quelques jours, a assuré le premier ministre. « J’invite les Québécois à être patients. D’ici quelques jours, ils vont avoir toutes les données. »

Mardi, le ministère de la Santé a indiqué n’avoir aucune donnée officielle sur les cas de coronavirus dans les écoles. Face à ce manque d’informations, Olivier Drouin, un père de Montréal, a créé un site Internet qui recense les établissements scolaires où ont eu lieu des éclosions. Le chef du gouvernement a jeté le doute la fiabilité des données colligées par M. Drouin.

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo