Les festivals font leur retour

Sur le site d'un évènement, il pourra pas y avoir plus de 250 personnes.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Sur le site d'un évènement, il pourra pas y avoir plus de 250 personnes.

Après avoir été annulés en raison de la COVID-19, les festivals et événements pourront désormais reprendre leurs activités, à certaines conditions. Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi après-midi qu’il levait l’interdiction pour les organisateurs, mais ceux-ci devront se conformer aux conditions énoncées par la Santé publique.

L’annonce a pris de court le milieu culturel qui a accueilli la nouvelle avec un soupir de soulagement. Le REFRAIN, ce regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants né pendant la pandémie, avait dénoncé l’iniquité des mesures de déconfinement, réclamant le droit d’avoir accès aux mêmes conditions que les producteurs privés et les municipalités.

« Nous sommes contents d’avoir été écoutés et entendus, a expliqué le porte-parole du REFRAIN, Patrick Kearney. « Les festivals sont responsables et respecteront les mesures sanitaires demandées par la ministre Caroline Proulx », a-t-il promis non sans se réjouir de cette « bonne nouvelle pour la continuité des événements ».

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) s’est réjoui de son côté de cette directive qui vient donner « une plus grande cohérence aux règles applicables, qui seront désormais les mêmes pour tous les types de rassemblements, qu’il s’agisse ou non d’un festival ». Elle sera spécialement la bienvenue « là où des formules hybrides ont déjà été développées (en virtuel et en “présentiel”), dans les festivals de cinéma comme le FNC et Fantasia, ou encore dans des plus petits événements en région, comme chez le membre affilié qu’est le FME en Abitibi-Témiscamingue. »

Le REMI espère surtout que le dialogue avec le gouvernement du Québec et la Santé publique ne s’arrêtera pas là et se poursuivra « afin de rediscuter des plans sanitaires et de solutions innovantes, en gardant au cœur des préoccupations la santé des festivaliers, des employés et contractuels de l’industrie ».

Il faut dire que le cahier des charges à respecter pour être conformes aux normes établies par Québec est étoffé. Les festivals devront notamment suivre les allées et venues sur leur site pour ne pas dépasser le maximum de 250 personnes. Ils devront aussi veiller à ce que les participants ne résidant pas à une même adresse se tiennent à deux mètres les uns des autres.

La limite de 250 personnes ne concerne pas les organisateurs de l’événement ou ceux qui offrent une performance. Si un festival possède plus d’un site, ils devront être éloignés et avoir une zone d’accès et une zone d’attente distinctes.

Les festivals pourront d’ailleurs tenir des événements à l’intérieur comme cela est permis depuis lundi dernier. Dans ce contexte, les participants devront porter un masque et ils devront se tenir à deux mètres les uns des autres, sauf s’ils sont assis — dans ce cas la distance pourra être réduite à 1,5 mètre.

« Les organisateurs de festivals et d’événements sont des professionnels de la gestion de rassemblements, et je suis convaincue que cette reprise se fera de façon responsable », a déclaré dans un communiqué Caroline Proulx.

Avec cette annonce, les festivals culturels seront de nouveau autorisés, tout comme les événements de nature sociale, commerciale et religieuse. La pratique du sport professionnel devant public est aussi permise « [y compris] dans des lieux extérieurs publics ».

Dans la foulée de la pandémie, le gouvernement du Québec avait demandé en avril dernier l’annulation de tous les festivals et événements sportifs et culturels. Cette interdiction devait à l’origine se prolonger jusqu’au 31 août.

Avec Le Devoir

À voir en vidéo

 

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.