Québec exclut pour l'instant de fermer les bars

Le premier ministre François Legault
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Les autorités auront à l’œil les barbecues durant les vacances de la construction, a averti le premier ministre, François Legault, après été avisé que davantage de personnes ont été infectées récemment dans des rassemblements privés plutôt que dans un bar.

Pour s’assurer que les rassemblements ne comptent pas plus de 10 personnes, « il va y avoir une surveillance accrue, partout », a-t-il affirmé lors d’un arrêt à Baie-Comeau. « On va avoir les policiers. On va avoir des inspecteurs. On va avoir des gens. On va avoir des amendes qui vont être données », a-t-il ajouté.

M. Legault a brandi le spectre d’un reconfinement afin d’inciter les milliers de Québécois, qui s’apprêtent à voir du pays, à se plier à toutes les consignes en vigueur visant à freiner la progression du coronavirus. « Je fais un appel spécial aux Québécois. On commence les vacances de la construction, c’est le fun d’être une grosse gang à fêter, mais ce n’est pas le temps de faire ça. Il faut être très, très, très prudents pour ne pas être obligés de se reconfiner », a-t-il lancé lors d’une conférence de presse. « Si tout le monde respecte les deux mètres, puis porte un masque, il n’y en aura pas de problème », a-t-il poursuivi.

Les bars restent ouverts

Après réflexion, le gouvernement a tranché le débat : les bars resteront ouverts, et ce, jusqu’à nouvel ordre. « La Santé publique nous dit : le problème principal, ce n’est pas dans les bars, c’est dans les rassemblements privés. […] La Santé publique ne nous suggère toujours pas, ne nous recommande pas de fermer les bars », a souligné M. Legault.

Le chef du gouvernement a toutefois pris soin de rappeler que les serveurs doivent porter le masque et la visière, et que les établissements doivent avoir réduit de moitié leur capacité d’accueil. Les clients pourront retirer leur masque, mais seulement après s’être assis, a-t-il ajouté.

Copropriétaire du bar Les Torchés, Christian Morin accueille la décision du gouvernement avec un certain soulagement. « Ça fait longtemps qu’on leur dit que les rassemblements privés sont bien plus dangereux que les bars », lance-t-il en montrant les parois de plexiglas installées un peu partout dans son établissement pour séparer les clients et en évoquant le nettoyage régulier des comptoirs et des tables. « Les gens ont bien moins de chances d’attraper le virus ici que dans les campings, les partys à la maison ou au chalet », croit-il.

Depuis le 9 juillet dernier, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a visité plus de 260 établissements. Selon les informations fournies par le SPVM, un seul rapport d’infraction général a été rédigé. « De façon générale, les bars sont conformes. Évidemment, il y en a toujours qui essaient d’étirer la sauce un peu en dépassant minuit, mais il n’y a pas de résistance comme telle », explique l’inspecteur André Durocher, du SPVM. Les inspections se poursuivront en fin de semaine.

Recrudescence

À Ottawa, le sous-administrateur en chef de la santé publique, Howard Njoo, s’est dit très inquiet de l’accroissement du nombre de cas de COVID. Il a montré du doigt les jeunes Canadiens fréquentant les fêtes privées et les bars. « Il y a raison de s’inquiéter. Après une période de déclin constant, le nombre de cas quotidiens a commencé à augmenter. […] Hier seulement, plus de 430 cas ont été signalés au Canada. Cela coïncide avec les rapports qui font état de l’augmentation des personnes qui ont contracté la COVID-19 en allant dans des fêtes, des boîtes de nuit et des bars, ainsi que l’augmentation de transmission chez les jeunes Canadiens », a expliqué le fonctionnaire fédéral vendredi.

Les jeunes sont plus susceptibles de transmettre la COVID-19, car ils sont plus actifs au sein de la société et peuvent contaminer leur lieu de travail et leur famille en ne souffrant que d’une forme légère de la maladie ou encore en n’ayant aucun symptôme. « Ce qui est très préoccupant. […] C’est un problème important », observe-t-il.

Le Dr Njoo s’est toutefois abstenu de dire vendredi si les restaurants et les bars devraient être à nouveau fermés, préférant laisser le soin aux autorités provinciales et locales de prendre une telle décision. Personnellement, le médecin ne mettra les pieds ni dans un restaurant ni dans un bar.

Avec Marie Vastel

141 nouveaux cas au Québec

Cent quarante-et-un nouveaux cas se sont ajoutés au bilan québécois vendredi, pour un bilan total de 57 142 infections. On déplore un décès au cours des 24 dernières heures, ce qui porte le bilan à 5647 pertes de vie. Dix-sept personnes de moins étaient hospitalisées, soit 260, et le nombre de patients aux soins intensifs avait reculé de quatre, à 16. On comptait 76 cas de plus dans la région de Montréal, pour un total de 27 863. On recensait 5895 infections dans la région de Laval et 8311 en Montérégie. Le nombre de prélèvements réalisés le 15 juillet s’élève à 14 952.  

La Presse canadienne


À voir en vidéo