Québec envisage de refermer les bars

La clinique de l’Hôtel-Dieu, prise d’assaut par les clients de bars depuis dimanche, est désormais ouverte de 8 h à 20 h, tout comme celle de la rue Chauveau. Le nombre de cliniques de dépistage a aussi été augmenté.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne La clinique de l’Hôtel-Dieu, prise d’assaut par les clients de bars depuis dimanche, est désormais ouverte de 8 h à 20 h, tout comme celle de la rue Chauveau. Le nombre de cliniques de dépistage a aussi été augmenté.

Inquiet de la hausse des cas de COVID-19, notamment dans le Grand Montréal, le gouvernement de François Legault n’écarte pas l’idée d’ordonner la fermeture des bars. Mais avant de prendre une telle décision, il a demandé au directeur national de santé publique, Horacio Arruda, de dresser un portrait plus précis des éclosions dans ces établissements. L’offre de dépistage a aussi été bonifiée pour réduire les longues files d’attente.

De passage au site de dépistage mobile Louvain jeudi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, n’a pas caché sa préoccupation à l’égard de l’augmentation de cas de COVID-19 observée au cours des derniers jours.

Jeudi, 142 nouveaux cas de contamination ont été recensés au Québec, contre 129 la veille. Jusqu’à maintenant, la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal a dénombré 45 cas liés aux bars, qui s’ajoutent aux cinq cas reliés au Mile Public House, en Montérégie. En fait, 14 bars ont été aux prises avec au moins un cas de contamination. Un établissement en a même eu 12.

Selon le ministre Dubé, il importe toutefois de déterminer si une part importante de ces cas est attribuable aux bars avant d’agir, c’est pourquoi il a demandé au Dr Horacio Arruda de faire un examen minutieux des nouvelles éclosions afin de prendre une décision éclairée.

Le 25 juin dernier, le gouvernement a autorisé la réouverture des bars. Deux semaines plus tard, il a resserré les règles en exigeant que la vente d’alcool cesse à minuit et que les établissements se limitent à la moitié de leur capacité. Québec envisage sérieusement de fermer les bars et une décision sera prise rapidement, a promis le ministre. « On n’attendra pas, si on est capables d’être convaincus que la tendance qu’on voit est à la hausse. »

« J’avais averti les associations de bars qu’on ne tolérerait aucun danger qui viendrait des bars. Mais en même temps, je dois donner la chance au coureur. Il y en a qui ont fait du bon travail dans la dernière semaine », a ajouté le ministre.

Horacio Arruda devait d’ailleurs rencontrer les directeurs régionaux de santé publique jeudi après-midi afin d’évaluer la situation et faire des recommandations au gouvernement. « Si on ferme tous les bars, on peut transférer le problème dans des partys privés, a prévenu le Dr Arruda. Il ne faut pas attendre trop longtemps pour qu’il soit trop tard, mais il ne faut pas non plus agir trop tôt et pénaliser un secteur qui n’est pas nécessairement la seule source du problème. »

J’avais averti les associations de bars qu’on ne tolérerait aucun danger qui viendrait des bars

 

Plusieurs scénarios sont envisagés, comme des mesures supplémentaires à imposer aux établissements ou la fermeture des bars dans certaines régions ou dans l’ensemble du Québec.

Cafouillage

En ce qui concerne récent cafouillage entourant le dépistage à Montréal à la suite de l’appel lancé par la DRSP de Montréal auprès des clients de bars, le ministre Christian Dubé a expliqué que, compte tenu de la réduction du nombre de tests effectués au cours des dernières semaines, l’accent avait été mis sur les employés du réseau et les travailleurs étrangers : « Mais là, on a besoin de [réexaminer] notre stratégie parce que les gens veulent du sans-rendez-vous. On en a une preuve vivante depuis quelques jours. »

« On est un peu victimes de l’excellent taux de réponse qu’on a de la population. Est-ce que je suis content de voir les files d’attente ? La réponse est non », a-t-il dit.

Des employés ont été appelés en renfort et les heures d’ouverture de certaines cliniques de dépistage ont été prolongées. La clinique de l’Hôtel-Dieu, prise d’assaut par les clients de bars depuis dimanche, est désormais ouverte de 8 h à 20 h, tout comme celle de la rue Chauveau. Le nombre de cliniques de dépistage a aussi été augmenté. Jeudi, huit cliniques sans rendez-vous étaient accessibles. D’autres s’ajouteront la semaine prochaine.

Masque obligatoire dans les lieux publics fermés dès samedi

Le port du masque sera obligatoire à compter de samedi dans les lieux publics fermés, tels que les commerces, les restaurants et les lieux de culte. Québec avait déjà annoncé que des amendes allant de 400 à 6000 $ pourraient être imposées aux propriétaires qui admettent des clients sans couvre-visage. Or, les clients pourraient aussi recevoir des amendes similaires, a fait savoir jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé : « On a mis la charge initiale sur les propriétaires, mais l’amende serait la même pour les individus si on la met en application, comme on a dit, au 1er août. » Le décret publié jeudi ne fait d’ailleurs pas la distinction entre les propriétaires et les clients.

Dix nouveaux décès au Québec

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a bondi de 142 jeudi au Québec, pour atteindre 57 001. Le bilan s’est alourdi de dix nouveaux décès, dont un survenu avant le 8 juillet, pour un total de 5646. Huit personnes de moins étaient hospitalisées, soit 277, et le nombre de patients aux soins intensifs est demeuré inchangé à 20. On comptait 54 cas de plus dans la région de Montréal, pour un total de 27 787. On recensait 5886 infections dans la région de Laval et 8278 en Montérégie.

La Presse canadienne


À voir en vidéo


 
1 commentaire
  • Hélène Gervais - Abonnée 17 juillet 2020 07 h 15

    Fermer les bras...

    Serait un moindre mal.