Diagnostiquer ce qui ne va pas

Le réseau de la santé étant désormais « apaisé », le premier ministre François Legault estime qu’il est mûr pour rendre des comptes à un « gestionnaire » comme Christian Dubé, qu’il a nommé ministre de la Santé lundi.

La décision s’est prise aux dépens de Danielle McCann, qui n’a pas caché sa déception devant les journalistes — elle qui a été écartée après avoir géré le mastodonte de la santé pendant les trois premiers mois de la pandémie de COVID-19.

« C’est sûr que, moi, j’étais venue en politique pour la santé », a-t-elle laissé tomber au micro, après que le chef du gouvernement l’eut confirmée dans ses nouvelles fonctions de ministre responsable de l’Enseignement supérieur.

L’impulsion de François Legault est venue précisément de là : une volonté d’évaluer les processus et les structures du réseau de la santé, qu’il a qualifié de « monstre » vivant à « l’âge de pierre ». Le reste des changements effectués dans le cadre de ce remaniement sont des effets secondaires, juge-t-on en coulisses.

L’un des mandats de la ministre McCann était « d’apaiser les craintes des employés du réseau de la santé », a souligné le premier ministre. Cette étape étant maintenant franchie à son avis, l’entrée d’un gestionnaire « qui n’est pas du réseau » s’est imposée. Christian Dubé étudiait déjà les structures en place au Conseil du trésor ; il s’est donc révélé tout indiqué pour « peaufiner la réponse de la machine », résume-t-on en coulisses.

Il aura pour alliée Dominique Savoie. Cette ex-sous-ministre libérale avait été qualifiée de « mauvaise administratrice » par le caquiste Éric Caire, puis réhabilitée par son parti en avril pour régler les problèmes d’approvisionnement dans le réseau de la santé. Le conseil des ministres a officialisé sa nomination comme sous-ministre à la Santé lundi soir.

« A-t-on déjà vu la ministre ET le sous-ministre en titre déplacés EN MÊME TEMPS ? », a réagi sur Twitter Gaétan Barrette, ex-ministre libéral de la Santé. « Quel signal ! Soulignons, félicitons Mme Dominique Savoie, qui sera passée de persona non grata totalement incompétente aux yeux de la CAQ à rien de moins que sous-ministre en titre à la Santé. »

À lire aussi

Dompter la bête Santé

Mme Savoie devra notamment mettre les p.-d.g. des CISSS et des CIUSSS « au pas ». La tournée des régions qu’a entreprise le premier ministre n’est pas étrangère à cette volonté d’obtenir des « obligations de résultat » de la part de ces gestionnaires, après les avoir évalués.

« Il reste encore beaucoup de choses à faire […] pour que nos p.-d.g. de CISSS et de CIUSSS soient plus imputables », a déclaré François Legault. « C’est difficile d’évaluer la performance des différentes personnes dans le réseau quand on n’a pas toutes les données nécessaires. »

La mobilité du personnel, la configuration de l’hébergement et l’application des mesures de prévention et de contrôle des infections figurent dans la liste des priorités de la nouvelle sous-ministre, perçue comme étant « très opérationnelle ».

Or, est-il trop tôt pour ce genre d’approche ? « Je pense que le système de la santé a tellement besoin d’amour et de soins qu’il aurait peut-être eu besoin encore de l’approche apaisante de Mme McCann », a observé Mireille Lalancette, professeure titulaire et chercheure au groupe de recherche en communication politique de l’Université du Québec à Trois-Rivières. « Un gestionnaire n’est pas nécessairement réputé pour être apaisant. »

L’immigration change de mains

Le jeu de chaises musicales a aussi pour effet de retirer le portefeuille de l’Immigration à Simon Jolin-Barrette, dont la contre-performance lors de la réforme du Programme d’expérience québécoise n’est pas passée inaperçue dans les hautes sphères du pouvoir.

« On en profite pour lui enlever l’Immigration », a confié une source au gouvernement. De là, ce membre de « la relève des jeunes nationalistes » — c’est l’expression de François Legault — migre vers la Justice.

« Simon Jolin-Barrette devient le plus jeune ministre de la Justice de l’histoire du Québec », s’est réjoui le premier ministre. Ses adversaires politiques qui espéraient voir un « changement de ton » au Salon bleu se sont montrés déçus : l’élu de Borduas conserve le poste de leader parlementaire. Cette double fonction, de procureur général du Québec et de leader parlementaire, a été occupée par le libéral Jean-Marc Fournier de 2010 à 2012. Le choc entre la neutralité et l’esprit de parti imposé par l’un et l’autre de ces rôles avait amené les libéraux à ne plus répéter cette expérience.

Le remaniement permet en revanche au premier ministre de souligner la « grande confiance » qu’il a en Sonia LeBel, qui obtient le Conseil du trésor. S’il était « tombé en amour » avec Danielle McCann lors de la campagne électorale de 2018, voilà maintenant qu’il témoigne de son affection pour la ministre LeBel, qu’il a appelée « mon trésor » en se retournant vers elle, tout sourire.

L’ex-procureure hérite des délicats dossiers des négociations dans le secteur public et du projet de loi omnibus sur la relance économique (projet de loi 61).

La ministre Nadine Girault obtient quant à elle le ministère de l’Immigration et conserve ses fonctions aux Relations internationales. Il s’agirait de mettre l’élue au « défi », de voir de quel bois elle se chauffe dans des fonctions plus délicates que celles qu’elle occupait auparavant, dit-on en coulisses.

Ceci n’est pas un remaniement

François Legault, qui avait nié la semaine dernière les rumeurs de remaniement, s’est gardé d’utiliser cette expression. Il a dit souhaiter « avoir une nouvelle équipe pour donner un nouveau souffle » au réseau de la santé.

Or, « c’est un remaniement ministériel important, très important », a jugé l’expert en communication politique Thierry Giasson, de l’Université Laval.

Le choix de mots relève peut-être d’un souci de « ne pas affoler la population », a-t-il suggéré. « De remplacer la ministre alors que la crise n’est pas terminée, ça peut amener des gens à ressentir de l’incertitude. […] Pourquoi c’est le président du Conseil du trésor qui va se retrouver à gérer le ministère de la Santé ? Est-ce que c’est annonciateur de coupures ? » a-t-il illustré.

Le remaniement « est l’admission explicite du premier ministre du manque de préparation de son gouvernement », a réagi la cheffe libérale, Dominique Anglade. « Le premier ministre aura quand même à répondre à tous les Québécois du fait que nous détenons l’un des pires bilans au monde de cette crise. »

« Quel message le gouvernement envoie-t-il en nommant un financier à la tête du ministère de la Santé alors qu’il vient d’annoncer sa volonté de revenir à l’équilibre budgétaire d’ici cinq ans ? » a demandé l’élue solidaire Manon Massé de son côté.

« Le changement de ministre et de sous-ministre de la Santé en pleine pandémie nous indique que le gouvernement reconnaît l’échec de ses préparatifs en CHSLD », a aussi réagi le chef péquiste, Pascal Bérubé.

Dans les couloirs du parlement, des stratèges ont déjà ouvert les paris sur le sort qui sera réservé au directeur national de santé publique, Horacio Arruda, dont le contrat arrive à échéance le 31 juillet. Mais s’il avait fallu le remplacer, « ç’aurait déjà été fait », a souligné une source dans le milieu de la santé.

En résumé

La pandémie de coronavirus n’a fait aucune nouvelle victime au Québec au cours des 24 dernières heures, a annoncé lundi le gouvernement. Le bilan s’établit toujours à 5417 victimes. On recense 54 835 cas confirmés dans la province, soit 69 de plus que la veille. Le nombre de patients hospitalisés a chuté de 1, à 520, tandis que 57 personnes se trouvaient aux soins intensifs, soit 4 de moins que dimanche. Seulement 15 nouvelles infections s’étaient ajoutées dans la région de Montréal, pour un total de 27 057. Le bilan était de 5750 cas à Laval et de 7750 en Montérégie.

À voir en vidéo

7 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 23 juin 2020 06 h 23

    … quelque-chose à faire !

    « C’est sûr que, moi, j’étais venue en politique pour la santé » (Danielle McCann, vers le nouveau ministère de l’Éducation supérieure, CAQ)

    De ce « j’étais » et compte-tenu du « faire » admirable pendant la gestion du Covid-19, il est comme étonnant d’observer, avec consternation, la « Volonté » du PM se réaliser : étonnant !

    Quant au reste dudit Remaniement, on-dirait que, de cette « Volonté », le PM, se déclarant « nationaliste », cherche …

    … quelque-chose à faire ! - 21 juin 2020 -

  • Jean Thibaudeau - Abonné 23 juin 2020 07 h 50

    Qui a matière à s'en faire...?

    Je ne pense pas que Dubé soit nommer là pour faire des coupures budgétaires. Ce ne sont pas les acteurs sur le terrain non plus qui ont matière à s'inquiéter. Dubé est là pour mettre au pas les hauts-gestionnaires dans les bureaux et leur faire avaler un "changement de culture". Avec l'aide d'une Savoie réputée pour sa main de fer... Si quelqu'un a matière à s'inquiéter, présentement, ce aont eux. Leur mauvaise performance depuis la pandémie et l'avalanche d'enquêtes qui s'annonce les placent en position de grande vulnérabilité.

    • Gabriel Normandeau - Abonné 23 juin 2020 08 h 55

      Moi, ce qui m'inquiète, c'est que les gens sur le terrain social vont devoir faire plus de stats pour avoir des gestionnaires imputables...

    • Clermont Domingue - Abonné 23 juin 2020 09 h 54

      Vous avez raison. Les gestionnaires doivent organiser et ils doivent aussi évaler. Évaluer n'est pas facile avec les conventions collectives. C'est un problème vieux de 40 ans. Souhaitons bonne chance à mme Savoie et m Dubé.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 23 juin 2020 08 h 03

    … quelque-chose à faire !


    « C’est sûr que, moi, j’étais venue en politique pour la santé » (Danielle McCann, vers le nouveau ministère de l’Éducation supérieure, CAQ)

    De ce « j’étais » et compte-tenu du « faire » admirable pendant la gestion du Covid-19, il est comme étonnant d’observer, avec consternation, la « Volonté » du PM se réaliser : étonnant !

    Quant au reste dudit Remaniement, on-dirait que, de cette « Volonté », le PM, se déclarant « nationaliste », cherche …

    … quelque-chose à faire ! - 23 juin 2020 –

  • Gilles Théberge - Abonné 23 juin 2020 10 h 18

    C'est curieux, l'article ne parle pas de la responsabilité de la langue, comme si cette responsabilité pourtant très importante était évacuée. Où passait hors des préoccupations du gouvernement...

    "Mon oncle" Legault parle de la "relève" des jeunes nationalistes en parlant du ministre Jolin Barrette. Comment parler de relève des jeunes nationalistes sans parler de la langue ?

    Là langue française n'est-elle pas en danger au pays du Québec ?

  • Marc Davignon - Abonné 24 juin 2020 11 h 10

    Un gestionnaire pour régler un problème de gestion ?

    Le problème ne sera toujours pas un problème de gestion! Comme cela pourrait-il être possible? Ce serait de reconnaître que la gestion est un problème!

    Mais la <Gestion> est, depuis plus de trente ans, la Solution. Une kyrielle de méthodes pseudo-scientifiques ont été créés pour <optimiser> l'opérationnalisation!

    Le <<juste-à-temps>>, le <<rendre-maigre>>, la <<responsabilisation>> (et bien d'autres), tout ça pour donnée du <panache> à la <Gestion>. Mais qu'est-ce donc, la <Gestion>?

    Peuvent-ils prétendre d'être un domaine de recherche? Une science? Vraiment!

    Il y en a qui aimerait tellement que cela soit vrai!

    Mais aucune de ces méthodes n’a démontré leurs efficacités. Bref, la gestion est plus proche de <l'art culinaire> que d'une science quelconque!

    Il est temps que la gestion retourne ou elle se soit d'être le plus utile : sur le plancher!