120 nouveaux cas de COVID-19 au Québec

Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne

Les faits saillants du jour

  • Le Québec déplore 42 nouveaux décès liés à la COVID-19. Onze décès sont survenus de mercredi à jeudi et 31 avant le 10 juin.
  • Le nombre total de personnes infectées passe à 54 383 (+120)
  • 637 personnes sont hospitalisées (-53), dont 65 aux soins intensifs (-7).


Il y avait 58 cas de plus dans la région de Montréal, pour un total de 26 873. Le bilan était de 5702 cas à Laval et de 7670 en Montérégie.

Les autres développements de la journée
Le déficit fédéral de cette année pourrait atteindre 256 milliards en raison de la pandémie de COVID-19, selon le directeur parlementaire du budget. Ce résultat, publié dans un rapport rendu public jeudi matin, est la combinaison d'un total de dépenses fédérales en aide d'urgence estimé à 169 milliards et d'une baisse historique de la production économique.

Une importante étape du déconfinement du commerce au détail de la région de Montréal sera franchie dans quelques heures avec la réouverture des centres commerciaux, vendredi. Cette permission accordée par les autorités sanitaires québécoises concerne les dizaines de centres commerciaux situés sur les territoires de la communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et de la MRC de Joliette, dans Lanaudière.

Le port du couvre-visage sera obligatoire pour les usagers du transport en commun de Toronto à compter du 2 juillet prochain. Les onze administrateurs de la Toronto Transit Commission ont voté mercredi en faveur de l'entrée en vigueur prochaine de cette mesure.

Après s'être adaptés pendant des mois aux difficultés liées à la crise du coronavirus, de nombreux employés revoient ce qui compte le plus pour eux sur le plan de leur carrière, selon une nouvelle étude de Robert Half, une firme internationale de recrutement de personnel. Près de la moitié des professionnels Å“uvrant dans des bureaux qui ont été interrogés (47 %) ont déclaré qu'ils ne ressentent plus la même chose à l'égard du travail en raison de la pandémie.

Un Québécois sur deux (46 %) serait mieux préparé financièrement si une autre crise majeure survenait d'ici 5 ans, 48 % le seraient aussi bien et seulement 6 % moins bien, indique un sondage Question Retraite réalisé en collaboration avec SOM.