Legault exclut un gel des dépenses

«On va maintenir tous les engagements qu’on avait en santé, en éducation, en environnement, donc on va continuer les dépenses qui étaient prévues», affirmé M. Legault. Il n’envisage pas de retour à l’équilibre budgétaire avant «quelques années».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «On va maintenir tous les engagements qu’on avait en santé, en éducation, en environnement, donc on va continuer les dépenses qui étaient prévues», affirmé M. Legault. Il n’envisage pas de retour à l’équilibre budgétaire avant «quelques années».

Le premier ministre François Legault a exclu mardi de geler les dépenses de l’État pour revenir à l’équilibre budgétaire. Son ministre des Finances, Éric Girard, doit faire le point sur l’état des finances publiques vendredi pour la première fois depuis le début de la pandémie.

« Je pense que quand il y a un ralentissement du secteur privé, c’est le temps que le secteur public intervienne, a rappelé le premier ministre. On aurait aimé que le projet de loi 61 soit adopté pour qu’on puisse accélérer plusieurs travaux d’infrastructure. »

« On va maintenir tous les engagements qu’on avait en santé, en éducation, en environnement, donc on va continuer les dépenses qui étaient prévues », a-t-il ajouté. M. Legault n’envisage pas de retour à l’équilibre budgétaire avant « quelques années ». Le ministre Éric Girard avait déjà indiqué qu’il prévoyait l’atteindre sur un horizon de cinq ans.

Le gouvernement québécois anticipe toujours un déficit qui oscillerait entre 12 et 15 milliards de dollars. Le ralentissement économique causé par la pandémie a eu un impact important sur les revenus et les dépenses de l’État. « On parle de plus de 3 milliards de dollars de dépenses additionnelles en santé, souligné M. Legault. On a aussi, quand on regarde l’aide qu’on a donné aux individus et aux entreprises, un autre 3 milliards de dépenses additionnelles pour relancer l’économie. »

La situation contraste avec celle qui prévalait au dépôt du budget pour l’année 2020-2021, soit quelques jours avant l’Organisation mondiale de la santé ne déclare officiellement la pandémie. Le ministre Girard avait alors présenté un budget équilibré, après un versement de 2,7 milliards au Fonds des générations, et prévoyait une hausse des dépenses de 5,1 %.

Projet de loi 61 : pas de modifications en vue

Le premier ministre François Legault, qui était en tournée à Saint-Georges-de-Beauce, a défendu à plusieurs reprises son projet de loi sur la relance économique que les partis d’opposition et le député indépendant Guy Ouellette ont réussi à bloquer vendredi.

« On est tous pour la défense de l’environnement, mais les délais sont vraiment inacceptables et puis ça a été le sujet le plus mentionné par les maires de revoir les délais pour la réalisation de petits comme de grands projets », a affirmé M. Legault. Il a donné en exemple la voie de contournement de l’autoroute 73 que le gouvernement souhaitait accélérer pour stimuler l’économie.

Ce projet de loi omnibus, qui donnait au gouvernement des pouvoirs extraordinaires durant deux ans, a fait l’objet de vives critiques, notamment sur le plan de l’intégrité. Plusieurs groupes craignaient qu’il ne permette un retour de la corruption et de la collusion.

Pour l’instant, M. Legault ne semble pas envisager de nouvelles modifications au projet de loi 61 pour apaiser ces craintes, mais il entend revenir à la charge cet automne pour mieux l’expliquer. « Les projets en transport, que ce soit les routes ou les transports en commun, il faut que ça se fasse plus rapidement. Ce n’est pas normal que ça quatre, cinq, sept ans à réaliser le moindre projet », a-t-il fait valoir.

« Il y a un processus, par exemple, en environnement où il y a une série de questions qui sont posées, [ensuite] il y a des réponses, ça peut prendre quelques mois, a-t-il expliqué. Après, il y a une autre série de questions, donc un autre deux mois de réponses et là une autre série de question ! Ça s’étire comme ça sur des années. Est-ce qu’il y a possibilité de trouver moyen de faire ça plus rapidement tout en respectant les exigences ? »

Le projet de loi 61 vise à accélérer 202 projets d’infrastructure un peu partout au Québec — Maisons des aînés, CHSLD, hôpitaux, écoles primaires ou secondaires, réfection de routes et projets de transports en commun — pour stimuler l’économie québécoise durement touchée par la pandémie.

À voir en vidéo