Les Québécois sont nombreux à souhaiter une relance économique verte

<p>Selon le sondage, pas moins de quatre répondants sur cinq voudraient que le plan de relance du gouvernement caquiste en fasse au moins autant, sinon plus, dans la lutte aux changements climatiques et la protection de l’environnement.</p>
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Selon le sondage, pas moins de quatre répondants sur cinq voudraient que le plan de relance du gouvernement caquiste en fasse au moins autant, sinon plus, dans la lutte aux changements climatiques et la protection de l’environnement.

Les Québécois veulent une relance verte : c’est du moins ce que laisse entendre un sondage Léger Marketing.

L’enquête réalisée pour le compte de plusieurs organismes écologistes suggère que l’opinion publique veut un plan de relance économique respectueux de l’environnement.

Le dévoilement de ce sondage mercredi arrive en plein débat sur le projet de loi 61, qui assouplit les règles pour réaliser plus rapidement des projets d’infrastructures, ce qui suscite l’inquiétude des partis d’opposition en ce qui a trait à l’enjeu environnemental.

Selon le sondage, pas moins de quatre répondants sur cinq voudraient que le plan de relance du gouvernement caquiste en fasse au moins autant, sinon plus, dans la lutte aux changements climatiques et la protection de l’environnement.

Pas moins de 50 % des citoyens soutiennent que le gouvernement devrait en profiter pour en faire plus pour la lutte aux changements climatiques et la protection de l’environnement, tandis que 33 % affirment qu’il doit en faire autant, pour un total de 83 %.

En outre, un autre bloc de 82 % des interlocuteurs a dit être soit totalement en accord, soit plutôt en accord avec l’urgence d’agir pour lutter contre les changements climatiques et protéger l’environnement.

De même, les trois quarts des répondants affirment se percevoir comme des personnes très préoccupées par les problèmes environnementaux.

Le sondage a été réalisé pour le compte de la Communauté de pratique sur la communication climatique au Québec. L’organisme regroupe notamment Greenpeace Canada, le Pacte pour la transition, la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), la Fondation David Suzuki, Équiterre, le Conseil central du Montréal métropolitain (CSN), etc.

Le sondage a été financé par la communauté de pratique. La communauté de pratique elle-même est financée par le Clean Economy Fund, une fondation.

Le sondage web a été réalisé du 29 mai au 2 juin dernier auprès de 1000 Québécois, avec pondération des résultats selon de nombreux facteurs, âge, sexe, langue, entre autres, afin de rendre l’échantillon représentatif de la population.

La marge d’erreur pour un échantillon d’un sondage probabiliste équivalent serait de plus ou moins 3,1 %, 19 fois 20.

À voir en vidéo