La CAQ refuse de dévoiler les conseils de la firme McKinsey

Le premier ministre François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault

Les conseils de déconfinement donnés par la firme McKinsey au gouvernement du Québec resteront secrets… Du moins pour l’instant. La Coalition avenir Québec a bloqué mercredi une motion qui demandait que soient publiés tous les « avis et documents » produits par l’entreprise privée.

Le Parti québécois avait obtenu le soutien des libéraux de Dominique Anglade (qui a longtemps travaillé pour McKinsey) et de Québec solidaire pour déposer cette motion sans préavis. En refusant le consentement au dépôt, le gouvernement a de facto rejeté la motion.

« La motion du PQ demandait la transmission de tous les avis et documents, actuels et à venir, produits par la firme : elle visait très large », a défendu en fin de journée l’attaché de presse du premier ministre Legault, Ewan Sauves. « Le mandat de la firme est en cours et plusieurs documents sont des documents de travail, qui contiennent des renseignements fournis par un tiers et des informations de nature fiscale que le gouvernement ne juge pas opportun de transmettre pour le moment. »

Le Devoir avait dévoilé le 13 mai les détails du contrat de 1,7 million obtenu de gré à gré par McKinsey. Les services de la firme de consultants ont été retenus par le ministère du Conseil exécutif (MCE — qui est le ministère du premier ministre) pour aider à la « mise en place de méthodologie pour opérationnaliser les décisions entourant la levée des mesures de ralentissement de la pandémie COVID-19 ».

Pour justifier le contrat, le MCE écrivait qu’il était « urgent de disposer d’une modélisation qui permet de comprendre les différentes trajectoires possibles pour équilibrer l’évolution de la COVID-19 et la capacité du système de santé à traiter les cas ».

Transparence

« Le gouvernement a maintenant déposé son plan de déconfinement », notait mercredi le leader parlementaire du Parti québécois, Martin Ouellet. « Si on avait eu les avis de McKinsey, on aurait pu apprécier la justesse de la proposition. »

M. Ouellet dit ne pas comprendre « ce qui fait que ce n’est pas du domaine public. Le gouvernement ne cesse de dire qu’il est transparent, mais il refuse cette motion qui demande de la transparence. »

À cela, le cabinet Legault rétorque que « depuis le début de la crise, les Québécois ont pu constater que nous faisons preuve d’une grande transparence et nous allons continuer de l’être. »

McKinsey & Compagnie Canada, qui a obtenu le contrat, est la branche locale d’une gigantesque firme qui compte près de 30 000 partenaires à travers le monde.

Dans le contexte de la crise de la COVID-19, l’entreprise dit travailler avec « plusieurs agences fédérales et États américains », à qui on offre notamment des services d’analyse de données visant une « prise de décision éclairée » au sujet du dépistage, de l’approvisionnement ou de l’évaluation de la capacité des réseaux de la santé.