Préposés aux bénéficiaires: Christian Dubé optimiste dans ses négociations avec les syndicats

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, estime qu’une entente est à portée de main, même s’il reste quelques fils à attacher, notamment quant à la manière d’établir la hausse à accorder aux préposés aux bénéficiaires.
Photo: Simon Clark / Pool / La presse canadienne Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, estime qu’une entente est à portée de main, même s’il reste quelques fils à attacher, notamment quant à la manière d’établir la hausse à accorder aux préposés aux bénéficiaires.

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, est convaincu de pouvoir s’entendre avec les syndicats au cours des prochaines semaines.

Les négociations intensives des derniers mois dans le secteur public ont porté leurs fruits, selon le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, qui a déjà demandé à ses fonctionnaires de mettre par écrit toutes les avancées faites depuis décembre. Il pense avoir trouvé une façon de régler la question de l’augmentation du salaire des préposées aux bénéficiaires à la satisfaction du gouvernement et des syndicats.

« On a trouvé une voie de passage, a-t-il affirmé en entrevue au Devoir. On ne s’entend pas encore sur cette façon de l’attacher et c’est pour ça qu’il faut prendre avec un petit peu de réserve la façon dont est écrit le communiqué de la FTQ, mais moi, je suis conscient que dans les prochaines semaines, on va être capables de trouver une solution pour cette voie de passage là. »

La Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) a déposé une nouvelle offre mardi au Conseil du Trésor qui reconnaît une hausse de salaire plus élevée pour les préposés aux bénéficiaires. Un « règlement gagnant-gagnant », selon le syndicat, qui respecte le souhait du gouvernement de leur offrir une bonification différenciée. La FTQ propose au gouvernement de hausser l’échelon salarial des préposées aux bénéficiaires par l’entremise de la Loi sur l’équité salariale pour qu’elles puissent obtenir 25 $ l’heure, un montant déjà évoqué par le premier ministre François Legault.

Une préposée aux bénéficiaires gagne actuellement entre 20,55 $ l’heure au premier échelon et 22,35 $ au dernier échelon.

Dans les prochaines semaines, on va être capables de trouver une solution pour cette voie de passage là

 

« Bon, d’abord, bonne nouvelle, puis c’est un pas dans la bonne direction, vous avez probablement vu comme moi que la FTQ accepte l’augmentation de 12 % pour les préposées aux bénéficiaires, a réagi M. Legault lors de sa conférence de presse quotidienne. Ça, c’est le bon côté de la nouvelle. Le mauvais côté de la nouvelle, c’est que l’on continue d’exiger qu’il y ait un effet de domino sur d’autres postes, et c’est là qu’il y a le problème. »

Le commentaire du premier ministre a causé une certaine perplexité au sein des syndicats, d’autant plus qu’il venait de remercier les préposées aux bénéficiaires à l’occasion de la journée nationale pour souligner leur travail.

« Nous, on n’en voit pas tant que ça d’effet domino », a réagi le président de la FTQ, Daniel Boyer, en rappelant que son syndicat propose une augmentation de salaire annuelle de 2 % sur trois ans pour l’ensemble des employés et de 0,87 % supplémentaire la troisième année pour les catégories d’emploi où le salaire est le plus bas, comme pour l’entretien ménager, la cuisine, la buanderie, le personnel de bureau et les services auxiliaires. Seulement 10 000 de ses 55 000 membres sont des préposées aux bénéficiaires.

Le gouvernement veut éviter un écart trop grand entre l’échelon salarial actuel des préposées aux bénéficiaires et l’échelon salarial demandé par les syndicats, ce qu’on appelle le rangement selon le jargon des négociations.

« Nous, on a toujours dit qu’une vraie offre différenciée, ça permet de donner la bonne rémunération sur la hauteur sans avoir d’effet d’entraînement sur les autres catégories d’emploi, a expliqué M. Dubé. Si on ne s’entend pas sur le nombre de rangements que ça prend, si le nombre de rangements est tellement grand que ça change la relativité [des emplois], je ne suis pas prêt à aller là parce que je vais avoir un effet de centaines de millions de dollars sur d’autres catégories d’emplois qui sont non justifiées. »

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) qui représente également des préposées aux bénéficiaires s’apprête à son tour à faire une proposition mercredi. « On va présenter des choses à la table de négociation demain qui, à notre avis, vont nous permettre de cheminer, mais la vitesse du cheminement ne dépend pas juste d’une partie », a indiqué la vice-présidente de la CSN, Caroline Senneville. La centrale syndicale a déjà proposé par l’entremise de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) d’augmenter l’échelon salarial des préposés pour qu’ils atteignent 25 $ l’heure.

Le Conseil du Trésor remettra par écrit aux centrales syndicales les avancées faites à la table de négociation depuis le mois de décembre. « On a averti les centrales, la première rencontre est demain », a indiqué M. Dubé en se gardant d’en révéler davantage sur sa fameuse « voie de passage ».



Avec 51 décès supplémentaires et 570 cas diagnostiqués de plus, la COVID-19 continue de progresser, mais elle le fait moins rapidement. « C’est le plus bas total de nouveaux cas depuis le 11 avril », a souligné en point de presse le premier ministre François Legault, qui s’est réjoui en outre que les décès « continuent d’être en baisse ».