Une pierre lancée aux centrales syndicales

Le premier ministre, François Legault, a fait son mea culpa vendredi, disant regretter de ne pas avoir amélioré les conditions de travail des préposés aux bénéficiaires dès son arrivée aux commandes de l’État, il y a un an et demi.

« Si c’était à refaire, j’aurais augmenté plus vite le salaire des préposés aux bénéficiaires même sans l’accord des syndicats », a-t-il précisé lors d’un point de presse vendredi après-midi. « Je prends toute la responsabilité », a-t-il ajouté.

Les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) connaissent une grave pénurie de personnel, en raison notamment de l’absence de majoration salariale substantielle accordée aux préposés aux bénéficiaires au fil des dernières années.

Aux yeux du premier ministre, « on est rentrés dans cette crise [sanitaire causée par la COVID-19] mal équipés et, évidemment, la situation s’est détériorée pour toutes sortes de raisons ».

Cela fait des années que nous sonnons l’alarme quant aux conditions intenables dans le réseau de la santé et des services sociaux

M. Legault a accusé à mots couverts les centrales syndicales de faire barrage à la volonté de la Coalition avenir Québec de hausser davantage le salaire des préposées aux bénéficiaires — et des enseignants — que celui des autres employés de l’État québécois.

« On veut augmenter plus les préposés, puis plus les enseignants. Il n’y a pas eu, nécessairement, une réaction très positive de la part des syndicats parce que, dans l’histoire du Québec, que ce soient les libéraux ou les péquistes, bien, ça se négocie dans une nuit, dans le bureau du premier ministre. Puis, là, on décide que c’est 2 %, 2 %, 1,5 %, les augmentations. Tout le monde, la même augmentation », a-t-il expliqué à la presse.

Piquées au vif, les centrales syndicales n’ont pas tardé à réagir.

Les préposés aux bénéficiaires et les auxiliaires aux services de santé et sociaux « devraient déjà avoir un salaire d’environ 25 $ l’heure, au sommet de l’échelle », a souligné le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Jeff Begley, avant d’ajouter : « Cela fait des années que nous sonnons l’alarme quant aux conditions intenables dans le réseau de la santé et des services sociaux ».

125
À Ottawa, le premier ministre Justin Trudeau a confirmé le déploiement de 125 membres des Forces armées « dans les jours à venir » dans les CHSLD du Québec. Il n’a pas mentionné combien de médecins, d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires font partie du lot. Le gouvernement québécois a obtenu l’assurance que toutes ces personnes « sont qualifiées en santé ». « Ça, c’est une bonne nouvelle. Je veux remercier Justin Trudeau pour ça », a dit M. Legault vendredi.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) décrie aussi depuis belle lurette les conditions de travail des préposés aux bénéficiaires, a insisté le président, Daniel Boyer. « Nous disons aux élus que c’est tout le système qui va éclater si rien n’est fait. Eh bien, on est rendus là », a-t-il déclaré.

« Il n’y a pas que les salaires, il faut ajouter des bras dans nos établissements, créer de nouveaux postes et améliorer les conditions d’exercice d’emploi. Pas seulement pour les préposées, mais aussi pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses, dont les bas salariés du secteur public, comme celles et ceux de l’entretien ménager ou qui travaillent en cuisine, pour ne nommer que ceux-là », a-t-il ajouté.

La Centrale des syndicats du Québec(CSQ) déplore également la « maltraitance organisationnelle qui perdure » depuis plusieurs années, a mentionnéla présidente de la CSQ, Sonia Ethier, dans un nouveau « cri à l’aide pour mieux protéger les aînés, les malades et pour rehausser les conditions de travail des employés en santé et en éducation ».

 

Les faits saillants du jour


941 nouvelles personnes déclarées positives à la COVID-19 ont été recensées au Québec vendredi. Par ailleurs, le bilan des personnes mortes des suites du nouveau coronavirus s’est grandement alourdi au fil des dernières heures, passant de 630 à 688 en 24 heures (+58 décès).

Un nouveau « tour de roue »

Le premier ministre a dit vendredi faire des pieds et des mains pour résorber la pénurie de personnel dans les CHSLD, qui s’est aggravée par l’absence de quelque 1800 préposés aux bénéficiaires depuis le début de la crise sanitaire.

Pour y arriver, il a demandé vendredi après-midi aux centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) de « recontacter » les milliers de personnes ayant offert leur aide aux infirmières et aux préposées aux bénéficiaires par le biais du site Web Jecontribue!, mais qui n’ont pas été retenues. « Je veux être bien sûr qu’on fasse un tour de roue », a déclaré M. Legault.

Au total, 51 957 personnes s’étaient inscrites sur le site Web Jecontribue!. Parmi elles, 29 345 personnes (57 %) ont été contactées et 6773 personnes ont été embauchées (13 %). Mais 2097 recrues se sont désistées. « On a aujourd’hui 4676 personnes qui se sont inscrites sur Je contribue ! (9 %) qui travaillent actuellement dans notre réseau », a résumé M. Legault.

Cinq semaines après avoir déclaré l’état d’urgence sanitaire, l'« urgence nationale » tient en alerte les autorités dans les CHSLD, et, plus généralement, au sein des populations des régions de Montréal, de Laval, de la Montérégie, de la Mauricie et de l’Estrie.

À voir en vidéo