Presque 7000 cas de COVID-19 au Québec

Le Québec est plongé dans cette crise depuis la mi-mars.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le Québec est plongé dans cette crise depuis la mi-mars.

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a confirmé samedi que l'on dénombre désormais 6997 cas de COVID-19 au Québec, soit 896 de plus qu'hier. 14 nouvelles personnes en sont décédées, portant le bilan à 75 décès.

Le gouvernement du Québec ajoute aussi Charlevoix et la ville de Rouyn-Noranda à ses territoires contrôlées par la police.

La région de Montréal demeure de loin la plus touchée avec 3261 cas dépistés, suivie de la Montérégie avec 683 cas, de Laval avec 569 cas et de l'Estrie avec 499 cas.

Le portrait de la situation, en date de samedi 13 h, fait également état de 3879 personnes sous investigation.

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, affirme que la transmission communautaire de la COVID-19 s'installe dorénavant «un peu partout au Québec».

Le nouveau coronavirus n'affecte plus principalement les personnes qui reviennent d'un voyage à l'étranger et quiconque peut être considéré comme porteur, a-t-il expliqué.

En remplacement du premier ministre François Legault lors de la mise à jour quotidienne sur la crise sanitaire, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a aussi annoncé que la région de Charlevoix et la ville de Rouyn-Noranda s'ajoutent à la liste de territoires frappés d'une interdiction des déplacements non essentiels.

Des policiers doivent mettre en place de nouveaux points de contrôle routiers à partir de 16 h 00, samedi, pour faire appliquer ces nouvelles directives.

Mme Guilbault, également ministre de la Sécurité publique, a saisi l'occasion pour livrer un plaidoyer sur l'importance de se conformer aux consignes de santé publique, rappelant que celles-ci ont «force de loi».

«On peut encore moins accepter à ce stade-ci que des personnes et des groupes de personnes continuent de miner les efforts collectifs», a-t-elle déclaré.

«J'en appelle au sens des responsabilités et au civisme de tous les Québécois», a-t-elle ajouté.

Elle exhorte les personnes présentant des symptômes à faire preuve de transparence et invite les citoyens  à signaler toute infraction aux forces de l'ordre, disant toutefois ne pas vouloir sombrer dans un «climat de sur-suspicion».