Les masques des écoles réquisitionnés

Les masques N95 sont couramment utilisés par le personnel soignant pour éviter d'attraper des maladies qui se transmettent par goutelettes, comme la COVID-19.
Photo: Justin Sullivan Getty Images / AFP Les masques N95 sont couramment utilisés par le personnel soignant pour éviter d'attraper des maladies qui se transmettent par goutelettes, comme la COVID-19.

Québec se tourne vers le réseau de l’éducation pour récupérer le matériel de protection, notamment des masques, nécessaire au personnel soignant dans les établissements de santé. L’appel a été lancé à la mi-mars, a confirmé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Gants, masques chirurgicaux, blouses, visières ou encore écouvillons : toute fourniture pouvant aider à effectuer les tests de dépistage du coronavirus ou encore à protéger le personnel de la santé s’occupant des malades est la bienvenue.

« La réponse que nous avons eue est très bonne, pratiquement tous les établissements d’enseignement ayant des équipements de protection personnelle ont annoncé des stocks disponibles », a indiqué le ministère au Devoir, sans pouvoir préciser quelle quantité exacte sera récupérée. « Les quantités que nous y trouvons sont moins importantes en regard de ce qui se consomme actuellement dans le réseau. Toutefois, toutes les quantités sont importantes en cette situation. »

   

Le ramassage sera effectué « dès que possible » par les établissements de santé situés près des établissements d’enseignement concernés.

Du côté des cégeps, tous ceux offrant des techniques en soins ont déjà offert leur collaboration aux CIUSSS ou GMF de leur région, indique la Fédération des cégeps, qui regroupe 48 collèges publics. Sans pouvoir indiquer la quantité recueillie, la fédération précise que 46 cégeps offrent le programme technique en soins infirmiers et possèdent donc le matériel tant recherché.

La plupart des universités contactées par Le Devoir ont expliqué être en train de rassembler les stocks disponibles pour en faire l’inventaire. Il était toutefois « trop tôt » pour connaître la quantité de matériel en leur possession.

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) a pour sa part indiqué avoir 50 600 paires de gants, 345 masques N95, ainsi que des réactifs pour les analyses en laboratoire. Le tout devrait être récupéré d’ici quelques jours par les autorités de santé.

Bauer appelée en renfort

Dimanche, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, ont en outre annoncé avoir passé une commande de 300 000 visières auprès de Bauer, qui se spécialise dans l’équipement de hockey, dans le but d’éviter une pénurie d’équipement de protection pour les travailleurs de la santé.

L’usine de Blainville doit lancer la production la semaine prochaine et prévoit produire jusqu’entre 40 000 à 50 000 visières par semaine.

Avec La Presse canadienne