La critique a-t-elle sa place en temps de crise?

La chercheuse et enseignante Raphaëlle Corbeil s’inquiète de voir les Québécois tombés en «pâmoison totale» devant François Legault et le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, qu’ils ont «érigés en demi-dieux».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La chercheuse et enseignante Raphaëlle Corbeil s’inquiète de voir les Québécois tombés en «pâmoison totale» devant François Legault et le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, qu’ils ont «érigés en demi-dieux».

Le premier ministre François Legault est parvenu à mobiliser une « armée de 8,5 millions de personnes » contre la COVID-19. Dans les rangs, plusieurs assimilent toute remise en question du « plan de bataille » à un acte de trahison.

Le journaliste Louis Lacroix l’a appris à ses dépens dimanche dernier, lorsqu’il a demandé à M. Legault pourquoi le Conseil des ministres avait étendu l’interdiction de rassemblements sans le dire sur-le-champ. « M. Legault, hier, vous nous avez fait une petite cachette… » a-t-il lancé durant la conférence de presse écoutée par 1,5 million de personnes.

Les insultes à l’endroit du correspondant parlementaire reconnu pour sa pugnacité ont fusé de toutes parts. « Le gouvernement fait tout pour aider. Essayer de planter un premier ministre exemplaire live à la télé est un manque total de professionnalisme », a écrit Sylvain Addison sur Twitter. « Il essaie toujours d’essayer de coincer le PM dans ses questions. Pas le temps de faire ça, me semble », a renchéri un autre caché derrière le pseudonyme Captain Spacebar.

Selon le journaliste Michel Dumais, le reporter de Cogeco nouvelles avait « non seulement le droit, mais le devoir de poser cette question », qui plus est à un moment où le gouvernement décrète une série de mesures exceptionnelles restreignant les droits des Québécois afin de freiner la propagation de la COVID-19. « [Les journalistes] reconnaissent leur rôle dans des situations extrêmes comme nous le vivons actuellement, du service public soit, mais ils ne sont pas des cheerleaders », soutient-il dans un billet sur sa page Facebook.

Le Devoir a aussi reçu une volée de bois vert après qu’il eut demandé au chef du gouvernement s’il regrettait de ne pas avoir découragé les voyages à l’étranger durant les semaines de relâche. « Votre question […] ne sert pas présentement au public selon moi. On n’a aucun contrôle sur ce qui a été fait. L’heure au bilan viendra plus tard », a soutenu Hélène Latour dans un courriel adressé à l’auteur de ces lignes.

Des experts de la santé publique contactés par Le Devoir sont du même avis. « Il serait contre-productif et peut-être irréfléchi, voire criminel d’instiller un doute dans la tête des gens », a répondu un professeur de l’Université de Montréal qui a préféré garder l’anonymat. « La population a besoin d’être rassurée que ce qui lui est demandé comme contraintes nous permettra à tous de voir la lumière au bout du tunnel », a-t-il ajouté.

François Legault incarne la figure apaisante attendue — ou espérée — dans les circonstances, remarque le politologue de l’Université Laval Thierry Giasson. « Les gens ont besoin de repères, les gens ont besoin d’être rassurés en période de crise et la première tâche d’une bonne gestion de crise d’un point de vue communicationnel, c’est de contribuer à cet exercice de réconfort », souligne-t-il.

Mais, y a-t-il une place pour les remises en question en temps de guerre ?

L’historien et sociologue Gérard Bouchard constate en tout cas qu’« il n’y a pas de place pour la critique » actuellement, dans l’« intensité de l’émotion ». « Dans le moment, vous êtes dans la solidarité mur à mur. On ne peut pas égratigner cela sans subir de sanctions, c’est certain », souligne-t-il dans un entretien avec Le Devoir. « M. Legault a réussi à établir la règle de la solidarité. Il en parle beaucoup. Non seulement il a enraciné cette règle, il s’est imposé lui-même comme incarnant la solidarité des Québécois et en inspirant une très grande confiance auprès des Québécois, une très grande transparence et même une sympathie. Formuler des critiques dans ce contexte-là, c’est très mal vu évidemment. C’est considéré comme un bris de solidarité », poursuit le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs.

Les députés d’opposition emmurés dans le silence

Loin du parlement, les députés ne restent pas les bras croisés. Ils attirent régulièrement l’attention des médias sur des situations préoccupantes sur le théâtre des opérations que le gouvernement doit régler. Mais aucun d’entre eux n’a voulu déplorer, publiquement du moins, les ratés déjà constatés dans la lutte contre le nouveau coronavirus — l’engorgement de la ligne Info Santé et la distribution de matériel de protection dans le réseau de la santé, par exemple.

La cote de popularité de François Legault leur a coupé le sifflet. Pas moins de 94 % de la population québécoise est satisfaite des mesures déployées par l’équipe du premier ministre pour combattre la pandémie de la COVID-19, selon un sondage Léger mené la fin de semaine dernière.

C’est fort de cet appui que M. Legault a annoncé dimanche la décision la plus difficile qu’il a prise depuis le début de son mandat, soit la fermeture des établissements d’enseignement jusqu’en mai.

« C’est très risqué de se sortir la tête et de dire “Je ne suis pas d’accord” au Québec présentement », est d’avis M. Giasson. À ses yeux, les partis d’opposition ont avantage, en temps de crise, à « se mettre au service du gouvernement ». « C’est ce que la population veut voir. Elle veut voir l’élite politique parler d’une seule voix », mentionne-t-il.

Rhétorique guerrière

M. Legault a développé cette semaine une rhétorique guerrière. « On vit actuellement la plus grande bataille de notre vie collective au Québec. On est capables. On va gagner cette bataille. Mais pour gagner cette bataille, il faut suivre le plan de bataille », a-t-il déclaré du haut de la colline Parlementaire.

En agissant de la sorte, M. Legault invite tout le monde à se serrer les coudes, ou à tout le moins à rester dans le rang. « Ce n’est pas maladroit de sa part », fait valoir M. Bouchard, qui a publié Les nations savent-elles encore rêver ? l’automne dernier. « Parce que si nous sommes en guerre, ce n’est pas le moment de nous diviser, ce n’est pas le moment de nous disputer. »

Raphaëlle Corbeil s’inquiète toutefois de voir les Québécois tombés en « pâmoison totale » devant François Legault et le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, qu’ils ont « érigés en demi-dieux ». Dans une chronique publiée sur Ricochet, elle s’est demandé « où est passé notre esprit critique ». « J’ai l’impression qu’on gobe tout ce que le pouvoir nous dit, comme engourdis, soulagés de les voir revenir, à chaque point de presse. […] Ce consensus empêche les questionnements, les doutes, et surtout, une place à l’amélioration, des leçons à tirer », fait valoir l’enseignante en sciences sociales.

Malgré la crise sanitaire, les journalistes ne doivent pas oublier leur rôle premier, soit celui « de transmettre de l’information, mais surtout de demander au gouvernement de rendre des comptes », conclut M. Giasson.



À voir en vidéo