Québec adopte une enveloppe de 500 millions pour lutter contre le coronavirus

Seulement 43 des 125 députés étaient présents au Salon bleu mardi matin, suffisamment pour respecter le quorum.
Photo: Andrew Cribb Getty images Seulement 43 des 125 députés étaient présents au Salon bleu mardi matin, suffisamment pour respecter le quorum.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Un nombre minimal de députés sont réunis au Salon bleu mardi matin pour adopter en vitesse une enveloppe pour lutter contre le coronavirus de même que le budget 2020-2021 et quelques projets de loi incontournables avant de suspendre les travaux parlementaires jusqu’au 21 avril. Le gouvernement concentrera ensuite ses activités à limiter la propagation de la maladie causée par ce nouvel agent pathogène.

Quelques minutes plus tard, le ministre des Finances, Éric Girard, annonçait le report de la date limite pour produire la déclaration de revenus du Québec du 30 avril au 1er juin. Les contribuables qui doivent des sommes pourront les payer au plus tard le 31 juillet sans frais et sans intérêts. Même chose pour les entreprises qui doivent verser des acomptes provisionnels.

« Ça a déjà été fait dans le passé », a indiqué M. Girard en ajoutant qu’il s’agissait d’une mesure efficace pour ajouter des liquidités dans l’économie à court terme. Il s’attend à ce qu’Ottawa emboîte le pas. Le ministre des Finances estime que le Québec n’aura pas à emprunter pour faire face à la crise. Les surplus engrangés au cours des dernières années sont suffisants pour éponger d’éventuels déficits, selon lui. M. Girard n’a pas voulu avancer de chiffres sur l’impact que le coronavirus aura sur les finances publiques. Plus la contraction de l’économie mondiale sera de courte durée, moins l’impact sera grand et prononcé, a-t-il spécifié.

Le premier ministre François Legault devait rencontrer les chefs des trois partis d’opposition mardi avant-midi, avant de tenir son point de presse quotidien en début d’après-midi.

Travaux suspendus

« On s’est entendu aujourd’hui pour suspendre les travaux parlementaires jusqu’au 21 avril, en adoptant certains éléments essentiels pour les prochains jours, notamment l’adoption des crédits supplémentaires à hauteur de 2,6 milliards, a expliqué le leader parlementaire caquiste, Simon Jolin-Barrette, lors de point de presse conjoint avec ses homologues des partis d’opposition. Ça, c’est de l’argent qui va pouvoir être décaissé à court terme pour les différentes mesures du gouvernement d’ici le 31 mars prochain. » Cet argent servira, entre autres, à payer les garderies et les salaires des employés de la santé.

De cette enveloppe, 500 millions seront décaissés spécifiquement pour la lutte contre la COVID-19 « dès le 31 mars prochain » pour répondre « au besoin de liquidité du gouvernement du Québec », a-t-il précisé.

Seulement 43 des 125 députés étaient présents au Salon bleu mardi matin — 31 députés de la Coalition avenir Québec (CAQ), quatre libéraux, quatre solidaires et quatre péquistes — suffisamment pour respecter le quorum. Tous avaient au moins un siège de distance entre eux pour respecter les consignes de la santé publique. La plupart des pages portaient des gants noirs. Les élus ont applaudi à la levée des travaux et se sont félicités pour la collaboration entre le gouvernement et les partis d’opposition.

L’adoption rapide du budget, avec un débat de 30 minutes, vise à maintenir une certaine stabilité économique dans les circonstances. Une mise à jour économique sera présentée au cours des prochains mois, une fois la suspension levée, pour que le gouvernement puisse s’ajuster à la nouvelle réalité financière causée par la pandémie. Les quatre leaders pourraient en consultation décider de prolonger cette suspension des travaux parlementaires si la situation le commande.

Le projet de loi 31 pour élargir les actes que les pharmaciens peuvent poser et le projet de loi 43 qui donne certains pouvoirs aux infirmières praticiennes seront adoptés, deux lois qui seront « utiles lors de la pandémie ». Les pharmaciens pourront prescrire, ajuster et prolonger des ordonnances de même que prescrire et administrer vaccins, un geste « primordial » dans un contexte de pandémie, a souligné la ministre de la Santé, Danielle McCann. Les infirmières praticiennes pourront poser des actes qui étaient réservés aux médecins comme diagnostiquer les maladies courantes, déterminer des traitements médicaux et d’effectuer le suivi de certaines grossesses.

Deux autres projets de loi seront adoptés, soit le projet de loi 41 qui contient des mesures en matière d’investissement et le projet de loi 48 sur les taxes foncières agricoles « qui avait une nécessité d’être adopté avant une certaine date pour que ça puisse rentrer en vigueur ».

M. Jolin-Barrette a rappelé le rôle important que les députés jouent en circonscription. Ceux-ci passeront les prochaines semaines à accompagner, aider et répondre aux questions de leurs concitoyens par téléphone ou par courriel.

Les leaders parlementaires des trois partis d’opposition ont salué la réaction du gouvernement et ont assuré leur entière collaboration. La santé publique doit demeurer la priorité des priorités, mais le gouvernement ne doit pas oublier la sécurité économique des citoyens qui sont touchés, a fait valoir le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois en point de presse.