L'heure juste: le retour du Bloc

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le chef bloquiste Yves-François Blanchet

Le 28 janvier dernier, le gouvernement Trudeau a eu droit à tout un avertissement de la part du Bloc québécois. Au moment du premier vote devant mener à la ratification du nouvel Accord Canada–États-Unis–Mexique, tous les députés bloquistes présents se sont prononcés contre, malgré leur appui au libre-échange. Ils voulaient ainsi protester contre le refus du gouvernement de prendre au sérieux les pistes de solution qu’ils voulaient lui soumettre pour rassurer les travailleurs québécois du secteur de l’aluminium.

Les jours précédents, le chef bloquiste Yves-François Blanchet en avait fait la demande plus d’une fois en Chambre, mais s’était fait répondre de façon plutôt nonchalante que le gouvernement était prêt à écouter tout le monde. C’était ignorer la ténacité de l’homme et de son caucus.

En gardant le cap, M. Blanchet a fini par forcer la responsable du dossier, la vice-première ministre Chrystia Freeland, à reconnaître que l’acier et l’aluminium ne bénéficiaient pas de la même protection. Les discussions qui ont suivi ont amené le gouvernement à s’engager publiquement à inciter le Mexique à surveiller ses importations d’aluminium qui proviennent de plus en plus de Chine et de Russie. En le transformant juste assez, le Mexique pourrait bénéficier des privilèges de l’ACEUM, ce qui contreviendrait à son esprit. Si cela se confirme, la ministre ajoute que le Canada travaillera à faire modifier l’accord afin d’offrir explicitement à l’aluminium la même protection qu’à l’acier.

Rien n’est gagné, malgré ce que prétend M. Blanchet qui y trouve une porte de sortie pour appuyer un accord souhaité par Québec. Il a toutefois obtenu du gouvernement la reconnaissance du fait que ce double standard devra être corrigé, si nécessaire, à la première occasion. Et ses députés et lui y sont arrivés en documentant leur position et en mobilisant leurs commettants.

Cette façon de faire est conforme à l’engagement des bloquistes au lendemain de l’élection du gouvernement minoritaire libéral. Leur but, disait-on, n’était pas de défaire le gouvernement à la première occasion, mais de se prononcer sur chaque dossier au mérite et en fonction des intérêts du Québec. Du coup, pas question de se livrer à un théâtre inutile au moment de l’adoption du discours du Trône. Le Bloc voterait pour s’il n’y trouvait aucune pilule empoisonnée, ce qu’il a fait. M. Blanchet se moquait bien de la décision inverse des conservateurs et du NPD, pas plus tentés que lui par de nouvelles élections. Pince-sans-rire, il a ainsi décrit la réalité : « tout le monde veut aller au ciel mais personne ne veut mourir », comme le dit la chanson.

Sous la direction d’Yves-François Blanchet, le Bloc a fait plus que gagner 32 sièges en octobre dernier. Il a remis à l’honneur ce qui faisait la marque de commerce du Bloc aux Communes durant ses meilleures années : la rigueur, la hauteur de vue, la capacité de défendre les intérêts du Québec tout en contribuant à la recherche de solutions à des problèmes que partagent Québécois et Canadiens. Ces qualités n’avaient pas disparu durant la traversée du désert, mais les disputes au sommet sous Mario Beaulieu et Martine Ouellet éclipsaient le reste et minaient la crédibilité du parti.

Depuis la reprise des travaux parlementaires en janvier, le constat de beaucoup d’observateurs de la scène fédérale est que le Bloc se démarque aux Communes, et pour le mieux, quand on le compare aux autres formations, en particulier aux conservateurs qui affichent une partisanerie débridée. Qu’il soit question de logement abordable, d’infrastructures ou de gestion de l’offre, les questions et discours du chef et des députés sont pointus, documentés et dépourvus d’insultes.

Cela a été particulièrement évident au cours des deux dernières semaines, au moment où le trafic ferroviaire était perturbé en appui aux revendications des chefs héréditaires wet’suwet’en opposés au passage d’un gazoduc sur leur territoire du nord de la Colombie-Britannique. Le chef bloquiste a dominé ses rivaux durant les échanges, évitant d’enflammer les passions et s’insurgeant contre ces discours opposant les Autochtones et l’économie. Sans minimiser la gravité de la situation immédiate ni l’urgence d’y remédier, il a su reconnaître la complexité des enjeux et l’importance de faire preuve de compréhension à l’endroit des Autochtones.

Il a critiqué le premier ministre pour le manque de clarté de sa démarche, tout en comprenant la nécessité d’établir des canaux de communication et en soulignant l’impossibilité de négocier sur la place publique. Partisan du dialogue, il a toutefois insisté sur l’importance d’une résolution rapide. Ce pour quoi il a aussitôt fait des suggestions concrètes, réalistes et mesurées, dont la suspension temporaire des travaux, ce qui a finalement eu lieu cette semaine.

Le chef bloquiste a toujours dit qu’il n’allait pas à Ottawa pour empêcher le Parlement de fonctionner, mais pour y défendre avec sérieux les intérêts du Québec en attendant la réalisation de l’indépendance. Ses députés et lui ont jusqu’à présent tenu parole, ce qui ne pouvait qu’être remarqué dans cette Chambre où les conservateurs, eux, débordent d’agressivité.



À voir en vidéo