Legault appelle à démanteler les barricades, «si possible» avec la police mohawk

François Legault a souligné mardi matin «l’urgence» de lever les barricades érigées partout au Québec, y compris en territoire mohawk.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne François Legault a souligné mardi matin «l’urgence» de lever les barricades érigées partout au Québec, y compris en territoire mohawk.

Le premier ministre François Legault s’attend à ce que la Sûreté du Québec (SQ) prenne « toutes les mesures possibles » pour démanteler la barricade en territoire mohawk de Kahnawake, « si possible » avec la police autochtone sur place.

Le chef du gouvernement a souligné mardi matin « l’urgence » de lever les barricades érigées partout au Québec, y compris en territoire mohawk. « On perd plus de 100 millions de dollars par jour actuellement, juste pour l’économie du Québec. Il y a des personnes qui souffrent, et trois semaines, c’est très long », a déclaré François Legault lors d’un point de presse à Montréal.

« Oui, les barrières doivent être levées maintenant. […] On souhaite que ça se fasse de façon correcte, sans violence. »

Le premier ministre a évoqué le souvenir douloureux de la crise d’Oka en 1990, qui avait donné lieu à de la violence. « On sait qu’il y a des Mohawks qui sont armés, on est très prudents, mais j’ai confiance que la Sûreté du Québec va réussir à démanteler les barricades un peu partout au Québec », a-t-il dit.

Le premier ministre a reconnu que la situation est différente à Saint-Lambert ou à Belleville, en Ontario, où des barricades ont été démantelées, par rapport à Kahnawake, un territoire sous juridiction des Mohawks.

« On est dans une situation où il faut être prudents, parce qu’actuellement les policiers à Kahnawake ce sont les Peacekeepers. On parle avec Joe Norton, de qui relèvent les Peacekeepers, la Sûreté du Québec est très consciente de ça aussi, […] mais je fais confiance à la Sûreté du Québec pour prendre toutes les mesures possibles puis d’essayer d’agir, si c’est possible, avec les Peacekeepers », a-t-il précisé.

À Kahnawake, les Mohawks ont confirmé avoir pris connaissance de l’injonction obtenue mardi par le Canadien Pacifique afin de faire dégager les rails traversant le territoire autochtone. Toutefois, cela ne change rien aux yeux des militants, qui tiennent la barricade pour une 16e journée.

« Pour l’instant, rien n’a changé de notre côté. Nous sommes ici en soutien aux chefs wet’suwet’en en Colombie-Britannique, et si la GRC fait une entente avec eux, que les chefs sont satisfaits et qu’ils nous le laissent savoir, à ce moment la barricade sera démantelée », a déclaré Kenneth Deer, le secrétaire de Kahnawake de la Nation mohawk qui agit comme porte-parole de la communauté dans ce dossier.

M. Deer a assuré qu’il n’y avait aucune arme sur le site du barrage. « Je crois que M. Legault devrait cesser la rhétorique, a-t-il indiqué. Comme premier ministre du Québec, il devrait encourager une résolution pacifique en mettant plus de pression sur le gouvernement fédéral pour mettre un terme au conflit avec les Wet’suwet’en. »

En début d’après-midi, aucun huissier ne s’était encore présenté sur le site du blocus pour remettre l’injonction aux personnes concernées.