Nantel se jette dans la mêlée du Parti québécois

Guy Nantel a publié un livre en 2017, qui porte sur l’indépendance du Québec et son histoire.
Photo: Groupe Entourage Guy Nantel a publié un livre en 2017, qui porte sur l’indépendance du Québec et son histoire.

Tout indique que l’humoriste Guy Nantel se lancera dans la course pour devenir le prochain chef du Parti québécois (PQ). Il en fera l’annonce jeudi avant-midi à la permanence de la formation politique à Montréal, après s’être procuré sa carte de membre. Lors d’une entrevue à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) le 2 février, il avait indiqué que ce serait un geste qu’il poserait s’il choisissait de devenir candidat dans la course à la direction.

« Je ne suis pas membre du PQ encore, avait dit l’humoriste à l’animateur Guy A. Lepage. Je n’ai jamais été membre d’un parti politique. […] Je le deviendrai si je me présente. »

Une rencontre est prévue samedi pour organiser la campagne de Guy Nantel, qui sera présent. Un courriel a été envoyé aux bénévoles intéressés. Il est signé par le militant péquiste Christian Généreux, qui a épaulé l’humoriste durant ses quelques mois de réflexion. « En cas de réponse positive, espérons-le, il est crucial de nous rencontrer très rapidement pour la suite des choses », écrit-il en indiquant aux militants qu’il « serait judicieux » qu’ils réservent leur samedi après-midi. Le lieu de la rencontre n’est pas encore connu.

L’humoriste est en réflexion depuis décembre. Le groupe Facebook qui avait été créé par M. Généreux à titre personnel pour inciter Guy Nantel à se lancer dans la course compte aujourd’hui plus de 1500 membres. Le militant, qui est également président de l’association de circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques, a profité de ses relations au sein du parti pour mettre l’humoriste en contact avec une quinzaine d’élus, d’ex-élus et d’employés politiques pour alimenter sa réflexion. L’un de ces rendez-vous a eu lieu samedi dernier. « Il a rencontré beaucoup de personnes influentes en politique au plus haut niveau de l’État », a indiqué l’une des sources contactées par Le Devoir, qui a requis l’anonymat parce qu’elle n’était pas autorisée à parler publiquement.

Le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé, a confirmé que M. Nantel l’avait contacté récemment et qu’il avait pris le temps de converser avec lui comme il l’a fait avec les autres candidats. « J’ai parlé à tous les candidats pour leur expliquer ce qu’on fait et leur souhaiter la bienvenue », a-t-il dit. Il les a également invités à le contacter « s’ils ont envie d’échanger sur les enjeux d’actualité sur lesquels il serait appelé » à faire des commentaires comme chef intérimaire et leur a expliqué « son rôle de neutralité ».

Connu pour ses blagues à saveur politique et sociale, Guy Nantel a publié un livre documenté, en 2017, qui porte sur l’indépendance du Québec et son histoire. Dans cet ouvrage intitulé Je me souviens… de rien, il plaide pour la souveraineté. Lors de sa récente entrevue à TLMEP, il avait révélé qu’il n’avait jamais songé auparavant à devenir chef d’un parti politique. « J’aimerais beaucoup ça parce que j’ai ça dans le sang, avait-il ajouté. J’aime ça. Moi, j’aime le débat, j’aime la joute, j’aime le combat. Je suis la politique, j’aime le Québec, j’adore faire de la tournée, faire le tour, rencontrer des gens, tout ça, alors il y a beaucoup de points en commun avec le métier qu’on fait. »

Guy Nantel deviendrait donc l’un des trois candidats à la course à la direction péquiste, avec l’avocat Paul St-Pierre Plamondon et le député Sylvain Gaudreault, à prôner la tenue d’un référendum dans un premier mandat majoritaire. L’humoriste n’avait pas laissé de doute sur sa position référendaire dans cette entrevue en proposant de tenir un référendum dans la première moitié d’un premier mandat. L’historien Frédéric Bastien, qui a lancé sa campagne dimanche, propose plutôt une négociation constitutionnelle dans un premier mandat, suivie d’un référendum sur la souveraineté du Québec dans un second mandat majoritaire en 2022.

11 commentaires
  • Brigitte Garneau - Abonnée 13 février 2020 06 h 47

    Ce sera tout un combat !

    Bien hâte de voir la suite...en tout cas, c'est beaucoup plus inspirant que pour un autre parti que je n'ai point besoin de nommer.

  • Lise Bélanger - Abonnée 13 février 2020 07 h 28

    Bonne chance à M. Nantel!

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 13 février 2020 08 h 25

    Cette course à la chefferie du PQ

    permettera surement à réveiller les québécois qui dorment depuis 25 ans aux chants des sirènes maléfiques fédéralistes autant au

    Québec qu'à Ottawa avec comme but de nous diriger droit sur des récifs dangeureux pour notre langue,culture.et fierté.

    Ai-je besoin de nommer beaucoup de ces sirènes ?

  • Pierre François Gagnon - Inscrit 13 février 2020 09 h 16

    Sans blague?

    Ça va être le running gag du siècle au Québec, pas de doute!

  • Martin Bouchard - Abonné 13 février 2020 10 h 11

    Stimulant!

    J'ai écouté ses propos à Tout le monde en parle. Ses idées sont claires, il s'exprime très bien et il a le sens de la répartie bien évidemment, de part son métier, ce qui promet des débats intéressants. Et la preuve qu'il est intelligent , c'est qu'il a le sens de l'humour ultra développé, le signe d'un bon état d'esprit.

    • Hélène Paulette - Abonnée 13 février 2020 11 h 19

      On parle d'un chef de parti, aspirant à devenir premier ministre... Vous trouvez vraiment que le sens de l'humour et de la répartie sont suffisant? Pour ma part, je trouve plutôt inquiétant qu'il veuille devenir chef avant même d'être député ou encore avoir participé sérieusement au débat politique. Il a lui-même démontré son inexpérience en ignorant des règles connues de quiconque s'intéresse à la politique. De toute évidence c'est un junior imbu de lui-même.