Les commissaires scolaires supprimés sans aucun délai

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a déposé un amendement pour que les postes de commissaires soient supprimés dès l’entrée en vigueur du projet de loi 40. 
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a déposé un amendement pour que les postes de commissaires soient supprimés dès l’entrée en vigueur du projet de loi 40. 

La lettre du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, mal reçue par certains commissaires scolaires ne doit pas être perçue comme étant contraignante, selon son attaché de presse, Francis Bouchard. Le ministre a demandé mercredi aux commissaires de demeurer disponibles pour faire de sa réforme une réussite, quelques jours après avoir aboli leurs postes sans délai.

M. Bouchard a fait parvenir une déclaration au Devoir jeudi dans laquelle il souligne qu’« il n’a jamais été question de demander à qui que ce soit de “rentrer dans le rang”» et que cette lettre destinée aux ex-commissaires visait à « les remercier de leur implication des dernières années dans le réseau scolaire, et ce, malgré leurs divergences ».

La lettre, dont Le Devoir a obtenu une copie, souligne d’abord l’objectif de la réforme « de moderniser la gouvernance scolaire afin qu’elle soit davantage centrée sur les besoins des élèves » et « sur les nouvelles réalités du réseau scolaire ». Le ministre fait usage de plusieurs formules de politesse envers les commissaires, devenus des conseillers, en saluant leur « engagement envers le milieu scolaire » malgré leurs « points de vue divergents » sur la fin de leur mandat et les invite à collaborer avec les directeurs généraux des commissions scolaires qui ont pour tâche de piloter cette période de transition jusqu’au 15 juin. « Comme le prévoit la Loi, je vous invite à demeurer disponibles lors de cette période pour permettre une transition réussie, dans l’intérêt premier de nos élèves. »

La lettre a été mal reçue par certains commissaires qui ont été dépouillés de leurs pouvoirs du jour au lendemain après l’adoption de la loi 40 dans la nuit de vendredi à samedi, sous le bâillon. Cette procédure parlementaire d’exception limite la durée des débats. « Cette lettre vient ajouter l’insulte à l’injure, a affirmé l’ex-présidente de la commission scolaire des Grandes-Seigneuries, Marie-Louise Kerneïs, en entrevue au Devoir. Je trouve que c’est une façon cavalière de traiter les gens. »

D’autres y ont répondu pour dire qu’ils ne collaboreraient pas. La loi 40 prévoit que les commissaires scolaires continueront d’être rémunérés jusqu’au 30 juin et qu’ils doivent jouer le rôle de conseiller pour la mise sur pied des centres de services scolaires qui remplaceront les commissions scolaires.

Roberge maintient la ligne dure

Le ministre Roberge n’a pas l’intention de faire marche arrière, malgré la grogne des municipalités suscitée par un autre amendement de dernière minute pour les forcer à donner des terrains gratuitement aux nouveaux centres de services scolaires. Le gouvernement fait valoir qu’en échange des terrains les villes pourront utiliser les gymnases des écoles.

« Ce qui était à l’ordre du jour, ce n’était pas de réécrire la loi ou de suspendre la loi ou de compenser financièrement les municipalités », a affirmé le ministre au sortir d’une rencontre avec des représentants de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) jeudi en fin d’après-midi. « Ce qui était à l’ordre du jour, c’était de bien comprendre les tenants et aboutissants, de voir des éléments aussi qui sont à la faveur des municipalités et de regarder est-ce qu’il n’y a pas d’autres façons de s’entendre, d’autres façons de collaborer », a-t-il ajouté.

Les villes n’excluent pas de devoir augmenter les taxes municipales si elles perdent des terrains de grande valeur. « Donner un terrain qui vaut entre 8 et 10 millions de dollars, ça représente 3 % de taxation aux citoyens qui paient déjà par leur impôt provincial l’argent pour les écoles et l’éducation, a expliqué la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, en entrevue au Devoir. Le problème, c’est que les commissions scolaires n’ont plus de terrains, et que les villes — surtout les grandes villes — non plus ».

« Au centre-ville de Montréal, un terrain peut coûter jusqu’à 40 millions, a affirmé la mairesse Valérie Plante en mêlée de presse. Ça veut dire que pour un Montréalais, l’éducation va coûter plus cher que dans une municipalité qui n’a pas de flambée des prix. C’est inéquitable. »

Elle a indiqué qu’un front commun des villes s’organisait.

Les maires du caucus des grandes villes de l’UMQ feront le point jeudi à Montréal. Plusieurs élus comme la mairesse de Saguenay, Josée Néron, et le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ont déploré les façons de faire du gouvernement Legault dans ce dossier.

Pour leur part, le maire de Québec, Régis Labeaume, et son homologue de Lévis, Gilles Lehouillier, ont refusé de se prononcer sur le sujet. Une nouvelle rencontre est prévue entre l’UMQ, la FQM, les ministres Roberge et Laforest « dans moins de deux semaines » pour tenter de trouver un terrain d’entente.

Avec Jeanne Corriveau