Paul St-Pierre Plamondon lance sa campagne en attaquant le Canada

Selon Paul St-Pierre Plamondon, les aspirations de la nation québécoise sont étouffées par le carcan du « multiculturalisme » canadien.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon Paul St-Pierre Plamondon, les aspirations de la nation québécoise sont étouffées par le carcan du « multiculturalisme » canadien.

Paul St-Pierre Plamondon s’attelle déjà à préparer le Québec de « l’après-CAQ » qu’il voit hors du Canada. « C’est une question de survie linguistique et culturelle », a-t-il soutenu devant un parterre de plus de 200 personnes de tous âges rassemblées au cabaret Lion d’Or mardi soir.

Porté par le slogan « Oui », l’avocat de 42 ans a donné le coup d’envoi de sa campagne à la direction du Parti québécois en tendant la main tant aux « conservateurs » qu’aux « sociaux-démocrates », tant aux « jeunes » qu’aux « vieux », pourvu qu’ils veuillent bâtir le pays du Québec avec lui.

À ses yeux, le Canada constitue un « obstacle » à l’« émancipation » des Québécois, autant de souche que d’adoption.

En raison de son poids démographique déclinant au sein de la fédération, le Québec « n’est plus dans l’équation » des décideurs politiques fédéraux, a-t-il dénoncé devant des sympathisants gonflés à bloc.

Selon lui, les aspirations de la nation québécoise sont étouffées par le carcan du « multiculturalisme » canadien.

« C’est une machine à ghettoïser en fonction de notre couleur de peau et de notre religion alors que nous sommes tous des Québécois », a-t-il mentionné, soutenant que la classe politique fédérale a dit « non au modèle de laïcité québécoise », « non à la capacité de percevoir nos propres impôts », « non à notre droit de gérer nos frontières », « non à notre volonté d’avoir des énergies renouvelables, puis se débarrasser du pétrole qui vient d’un autre siècle », « non à la spécificité québécoise ».

M. St-Pierre Plamondon s’est aussi dit las mardi soir d’entendre les opposants politiques du PQ accuser périodiquement le parti politique fondé par René Lévesque de racisme.

« Dans l’histoire du Parti québécois, il y a eu Jean Alfred, le premier député noir de l’Assemblée nationale. Alexis Wawanoloath, premier député membre des Premières Nations. Il y a eu Maka Kotto. Il y a eu David Levine. Et là il y a Dieudonné Ella Oyono qui est notre président », a rappelé le père d’un enfant — bientôt deux —, avant de s’engager à faire « plus et mieux » pour accueillir la diversité au sein du PQ.

Séduire de nouveaux membres

Face au député de Jonquière Sylvain Gaudreault, au professeur d’histoire Frédéric Bastien, et possiblement à l’humoriste Guy Nantel et à l’avocat Stéphane Handfield, M. St-Pierre Plamondon a tenté de s’imposer comme le candidat du « rassemblement » celui qui saura recruter de nouveaux membres et sympathisants actuellement hors de l’orbite du PQ.

« Qui peut parler à un jeune militant de Québec solidaire en lui disant : “Je partage ta conviction pour l’environnement, mais viens travailler avec nous à un plan qui est intelligent, rigoureux, qui est bien travaillé”. Qui va parler à quelqu’un qui a voté CAQ mais un peu à contrecoeur ? […] Qui va parler aux orphelins politiques ? Qui va parler aux jeunes qui n’ont jamais entendu parler d’indépendance ? » a-t-il demandé plus de 15 mois après la débâcle électorale du PQ du 1er octobre 2018.

L’« orphelin politique » avait grossi les rangs du PQ en 2016. Il avait pris part à la course à la succession de Pierre Karl Péladeau, qui a quitté la barre du PQ précipitamment.

« PSPP » avait mordu la poussière, terminant derrière Jean-François Lisée, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet. « Il était déjà intéressant par ses idées », a fait valoir l’ex-député de Saint-Jérôme Marc Bourcier mardi soir. « Il est capable de faire des choses extraordinaires. C’est un passionné. C’est un vrai », a poursuivi l’ex-élu péquiste.

M. Bourcier est convaincu que Paul St-Pierre Plamondon saura faire mentir les « cyniques » et les « prophètes de malheur » en ravivant la flamme des indépendantistes du Québec vu comme « carpette » sur laquelle le reste du Canada « s’essuie les pieds ».{