Ghislain Picard dénonce l’attitude de Québec envers les Premières Nations

Ghislain Picard réclame la reconnaissance du droit et la capacité des Premières Nations à s’autogouverner.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Ghislain Picard réclame la reconnaissance du droit et la capacité des Premières Nations à s’autogouverner.

Le chef de l’Assemblée des Premières nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, demande au gouvernement québécois de « reconnaître l’autorité, la capacité et la responsabilité entière des gouvernements des Premières Nations à l’égard de leurs populations », ce à quoi il s’est toujours refusé.

Le premier ministre François Legault est prêt à en discuter lors d’une rencontre au cours du printemps. Il compte aussi « faire le point » sur les initiatives gouvernementales entreprises — et à entreprendre — dans la foulée du dépôt des rapports de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (juin 2019) et de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec (septembre 2019).

Dans une lettre acheminée à M. Legault jeudi, M. Picard s’est plaint de la décision du gouvernement caquiste de contester devant la Cour d’appel la Loi fédérale concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis (C-92), qui vise à « reconnaître et [à] confirmer » la compétence des Autochtones en matière de services à l’enfance et à la famille.

Même s’il « partage l’objectif de la loi fédérale », le gouvernement Legault a dit chercher à ce que l’autonomie promue dans C-92 « s’exerce en harmonie avec le régime québécois de protection de la jeunesse ».

« [T]ant que votre gouvernement continuera de nier le droit fondamental et la capacité des Premières Nations à s’autogouverner, tant que votre gouvernement s’opposera formellement aux initiatives du gouvernement fédéral qui viennent enfin confirmer le droit fondamental et la capacité des Premières Nations de prendre soin de leurs populations, tout progrès, toute relation significative entre nos gouvernements sera gravement compromise », écrit M. Picard dans un document de deux pages dont Le Devoir a obtenu copie.

Réponse de Legault

M. Legault y a répondu sur-le-champ. Dans sa missive, il réitère sa « ferme volonté de travailler conjointement avec [lui] afin de soutenir la prospérité et le bien commun de nos nations » avant de l’inviter à une rencontre après le 21 mars prochain.

« C’est une réponse en dedans de quatre heures, moi, je n’ai jamais vu cela », a fait remarquer M. Picard au cours d’une entrevue téléphonique avec Le Devoir vendredi soir. « Est-ce que ça laisse présager une ouverture qu’on n’avait pas vue avant ? Les tests sont là. Le gouvernement Legault a ses preuves à faire », ajoute-t-il.

Parmi eux, la mise en oeuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, dont le droit à l’autodétermination. L’Assemblée nationale s’y était engagée, par le biais d’une motion, le 8 octobre dernier.

Confiance en D’Amours

Par ailleurs, dans sa lettre, M. Legault prend soin de réitérer sa pleine confiance envers la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours. Celle-ci rencontrera les chefs autochtones lors d’une réunion dans le centre-ville de Montréal lundi.

Québec solidaire se désole de l’absence de M. Legault à cette deuxième réunion d’importance depuis le dépôt du rapport de la commission Viens.

« Depuis le début de l’année, vous avez eu le temps de vous asseoir avec Jim Illich, le grand boss de GNL Québec, de vous rendre jusqu’en Suisse pour frayer avec le gratin de l’élite mondiale. Vous avez toujours le temps de rencontrer les premiers ministres des provinces canadiennes, même ceux qui ne nous portent guère dans leur coeur […] Pour vos homologues des Premières Nations, par contre, vous manquez de temps », déplore la porte-parole Manon Massé dans une lettre ouverte à l’intention de M. Legault publiée dans Le Devoir.

Même si elle « insiste » pour un dialogue entre chefs de nations, l’APNQL participera « de bonne foi » aux travaux de lundi prochain même si M. Legault brillera encore une fois par son absence.

« On a une responsabilité de faire en sorte que les deux rapports ne soient pas recouverts de poussière trop rapidement. Le statu quo ne sert pas nos populations », conclut M. Picard.

Le chef dit espérer un « rapprochement significatif entre les gouvernements des Premières Nations et celui de la province de Québec » au cours de l’année 2020.