Paul St-Pierre Plamondon se porte candidat à la chefferie du PQ

Paul St-Pierre Plamondon avait publié un rapport intitulé «Osez repenser le PQ» en février 2017.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Paul St-Pierre Plamondon avait publié un rapport intitulé «Osez repenser le PQ» en février 2017.

Paul St-Pierre Plamondon a décidé de mettre fin aux spéculations. Le Devoir a appris qu’il lancera sa campagne pour devenir le prochain chef du Parti québécois (PQ) le 28 janvier au Lion d’Or à Montréal. Il deviendra ainsi le deuxième candidat à faire connaître officiellement ses intentions après le député Sylvain Gaudreault.

« La grosse thématique, c’est le rassemblement », a indiqué une source qui participe activement à son organisation et qui a accepté de parler sous le sceau de la confidentialité.

Paul St-Pierre Plamondon présentera un programme plus étoffé que celui qu’il avait proposé aux militants péquistes en 2016 avec des positions de compromis pour rallier tant les sociaux-démocrates que les nationalistes.

« Il faut additionner ces deux forces vives là pour atteindre notre objectif qui est de faire du Québec un pays », a-t-elle ajouté.

La « démarche vers la souveraineté » de Paul St-Pierre Plamondon sera connue « sans ambiguïté » dès le lancement de sa campagne. Dans une publication sur Facebook en novembre, l’homme de 42 ans écrivait qu’il était « possible de réhabiliter l’idée d’indépendance en en faisant un objectif concret à atteindre et non un idéal lointain », sans la réduire « à une discussion de calendrier référendaire ». Cela laisse donc présager une position différente de celle qu’il avait adoptée lors de la dernière course à la direction.

Il suggérait alors de reporter un référendum sur la souveraineté du Québec au deuxième mandat d’un gouvernement péquiste à certaines conditions, soit un registre avec les signatures favorables de 20 % de la population et un sondage avec 45 % d’appuis des Québécois à l’indépendance.

L’indépendance

Le Parti québécois avait remis en novembre l’indépendance au coeur de son action politique pour mettre fin à l’ambiguïté qui l’avait caractérisé au cours des dernières années.

Le chef intérimaire péquiste, Pascal Bérubé, avait indiqué en mêlée de presse qu’il reviendrait au prochain chef de concrétiser l’orientation que les militants venaient de donner au parti.

« Après le congrès de refondation, on sent qu’il y a un esprit de réforme et on sent que Paul, c’est un peu l’aboutissement de ça », a expliqué notre source.

Avocat de formation et détenteur d’un MBA, Paul St-Pierre Plamondon travaille actuellement comme directeur des finances et des opérations au cabinet Letellier, Gosselin, Duclos à Gatineau.

L’auteur du rapport « Osez repenser le PQ » avait tenté de se faire élire dans la circonscription de Prévost en 2018, mais il avait été défait par la ministre caquiste Marguerite Blais. Il aurait réussi à recruter des organisateurs dans chacune des régions du Québec, selon son équipe.

Candidats en réflexion

Le député et ancien chef intérimaire Sylvain Gaudreault est le premier à s’être lancé dans la course à la direction péquiste en novembre. Ses responsabilités parlementaires ont d’ailleurs été allégées jeudi pour qu’il puisse y consacrer plus de temps.

D’autres candidats intéressés sont toujours en réflexion. Il s’agit de l’humoriste Guy Nantel, de l’historien Frédéric Bastien et de l’avocat en droit de l’immigration Stéphane Handfield. Les trois attendent de connaître les règles de la course qui seront fixées le 1er février avant de prendre une décision.

L’exécutif national du parti propose d’ouvrir le vote aux sympathisants sans qu’ils soient des membres en règle de la formation, a rapporté La Presse. Cette information a été confirmée au Devoir.

Chaque candidat devrait verser en tout 25 000 $ et recueillir 2000 signatures dans au moins 50 circonscriptions réparties dans neuf régions administratives. Une conférence de coordination formée des neuf membres de l’exécutif national, des neuf membres du comité national des jeunes et des 18 présidents de région déterminera les règles finales.

Le nom du prochain chef du Parti québécois qui succédera à Jean-François Lisée sera connu le 19 juin.