Un demi-million par année pour briser la solitude des aînés

Fin novembre, Marguerite Blais présentait le concept des Maisons des aînés.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Fin novembre, Marguerite Blais présentait le concept des Maisons des aînés.

En ce jour de Noël, le gouvernement Legault a annoncé un financement de 500 000 $ par année à l’organisme Les Petits Frères pour briser l’isolement des personnes âgées.

C’est la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, qui en a fait l’annonce alors qu’elle participait à un dîner de Noël au centre-ville de Montréal.

Le financement devrait permettre à l’organisme de former de nouvelles équipes à Saint-Jérôme, Drummondville, Granby et Gatineau, en plus de bonifier les équipes des Petits Frères à Laval, Longueuil, Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières.

Pour la ministre Blais, Les Petits Frères sont un des plus précieux partenaires du gouvernement « en matière de gériatrie sociale ».

« Chez les personnes de 85 ans et plus, 50 % disent souffrir de solitude et l’oeuvre des petits frères est magnifique, car elle permet de tisser des liens intergénérationnels entre les plus jeunes et les personnes de plus de 75 ans », a indiqué la ministre en entrevue avec La Presse canadienne.

Avec l’appui de plus de 2000 bénévoles dans 11 régions du Québec, l’organisme accompagne plus de 1600 aînés, dont l’âge moyen est de 84 ans.

Le financement du gouvernement vise à repérer plus de 1800 nouvelles personnes et à recruter plus de 700 nouveaux bénévoles.

« Les études montrent qu’à travers le Canada, c’est au Québec que le taux d’isolement des personnes âgées est le plus élevé », a précisé la ministre.

Les Petits Frères existent depuis 57 ans. Grâce au jumelage avec des bénévoles, l’organisme permet aux aînés qui souffrent de solitude de faire des sorties, de recevoir des visites et même parfois de partir en voyage.