D'après un sondage, le Québec aime Legault

Le premier ministre François Legault domine largement ce coup de sonde qui peut être vu à la fois comme un concours de popularité et une mesure de l’appréciation du travail fait.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre François Legault domine largement ce coup de sonde qui peut être vu à la fois comme un concours de popularité et une mesure de l’appréciation du travail fait.

Qu’on le lise à l’endroit ou à l’envers, le baromètre des personnalités politiques de la fin 2019 pose un constat sans équivoque : les Québécois aiment — vraiment — François Legault, selon ce sondage mené par Léger pour Le Devoir.

Le premier ministre domine ainsi largement ce coup de sonde qui peut être vu à la fois comme un concours de popularité et une mesure de l’appréciation du travail fait. Avec 63 % d’opinions positives, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) est dans une classe à part en cette fin d’année.

Pour une lecture précise de la popularité d’un politicien, il faut toutefois ajouter une composante à l’équation : celle des opinions négatives (Léger a demandé aux répondants s’ils avaient « plutôt une bonne opinion ou plutôt une mauvaise opinion » de chacun des 65 politiciens listés). En établissant la différence entre les bonnes et les mauvaises opinions, on obtient ainsi la réelle cote d’amour dont dispose un élu.

63%
C’est la proportion de Québécois qui ont «plutôt une bonne opinion» de François Legault.

Encore là, François Legault s’illustre avec un différentiel de +37 (un quart des répondants ont une opinion plutôt négative du premier ministre). Seule la ministre des Aînés et ancienne animatrice télé, Marguerite Blais, le dépasse avec +38.

 

Les deux sont des habitués des premiers rangs de ce type de palmarès. Depuis son retour en politique pour fonder la Coalition avenir Québec, M. Legault a toujours figuré en haut de liste. Sauf qu’il était jusqu’à l’an dernier dans l’opposition ; qu’il conserve une si forte cote d’appréciation comme premier ministre est autrement impressionnant, estime Christian Bourque, vice-président chez Léger.

« Normalement, les premiers ministres ont un solde négatif, relève-t-il. Mais François Legault échappe à ça : ça témoigne certainement de quelque chose de spécial à son égard. » En comparaison, Justin Trudeau obtient dans le même sondage 43 % d’opinions favorables et 51 % de défavorables, pour une appréciation globale de -7 points.

Autres constats de ce baromètre :

Des aimés.

Derrière M. Legault et Mme Blais, c’est le maire de Québec Régis Labeaume (+35 points), la députée péquiste Véronique Hivon (+33) et le chef bloquiste Yves-François Blanchet (+30) qui obtiennent le meilleur différentiel d’appréciation. Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, la ministre caquiste Sonia Lebel et le président de l’Assemblée nationale, François Paradis (qui a connu une session difficile, son autorité étant remise en cause) suivent de près, quelques points devant le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

Au seul chapitre des « bonnes opinions », Régis Labeaume (55 %), la mairesse de Montréal Valérie Plante (50 %) et Jagmeet Singh (50 %) obtiennent les plus hauts scores après François Legault. Suivent ensuite Mme Blais (49 %), la co-porte-parole solidaire Manon Massé (46 %), François Paradis (43 %) et Justin Trudeau.

 

Des mal-aimés.

L’ancien chef conservateur Andrew Scheer (qui vient de démissionner) et le député libéral Gaétan Barrette sont pour leur part imbattables à l’autre bout du spectre — au sommet de la liste de ceux qui récoltent le plus d’avis défavorables (64 % et 63 %).

Même en additionnant les opinions positives qu’ils reçoivent, leur solde d’appréciation est largement négatif, à -47 et -48 points. La députée solidaire Catherine Dorion (38 % d’avis défavorables, solde de -14 points), souvent impliquée dans des controverses, complète le trio de tête de cette catégorie des politiciens les plus polarisants.

 

Anglade et Cusson méconnus.

Il n’y a que deux candidats déclarés dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec… et les deux ont du travail à faire côté notoriété. La moitié (49 %) des répondants du sondage ne connaissent pas Dominique Anglade, qui a été ministre dans le gouvernement Couillard. C’est beaucoup, mais ça demeure mieux qu’Alexandre Cusson, inconnu pour… 83 % des gens.

Le maire de Drummondville obtient 10 % d’avis favorables, contre 7 % de mauvaises opinions. La perception de Mme Anglade est aussi mitigée : 27 % de bonnes opinions, et 24 % de mauvaises. N’empêche qu’à part le chef intérimaire du parti, Pierre Arcand, c’est la libérale la mieux classée au chapitre des bonnes opinions.

Qui ?

C’est une constance de ce type de sondage : la population connaît peu ses politiciens. Sur 65 politiciens nommés dans le coup de sonde, à peine un tiers étaient connus de plus de la moitié des répondants.

Simon Jolin-Barrette, ministre qui a dirigé les deux plus gros dossiers du gouvernement Legault (immigration et laïcité) ? Inconnu de 48 % des répondants. Steven Guilbeault, candidat vedette du Parti libéral du Canada et écologiste le plus connu au Québec ? Inconnu de 58 % des répondants. Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique ? Inconnue de 63 % des répondants (et c’est pire pour le reste du cabinet Legault).

« On fait toujours le constat que les gens, pour la plupart, ne savent pas qui sont les politiciens en poste, note Christian Bourque. Il y a une leçon d’humilité dans ces bulletins-là. »

Des leçons.

Si François Legault et ceux qui performent bien dans ce baromètre pourront s’en réjouir, il reste que ce genre de sondage ne présage de rien pour le futur. En juin 2015, par exemple, Le Devoir identifiait deux grands gagnants : Denis Coderre et Thomas Mulcair, qui avaient chacun plus de 60 % d’opinions positives et très peu d’opinions négatives.

Or, on s’en souviendra, la performance de M. Mulcair aux élections de l’automne suivant a incité les membres du Nouveau parti démocratique à lui montrer la porte. Quant à M. Coderre, il a été battu sans appel par Valérie Plante aux élections municipales de 2017.

Le sondage a été mené en ligne entre les 13 et 16 décembre 2019, auprès de 1010 Québécois. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.


 
23 commentaires
  • Joël Tremblay - Abonné 23 décembre 2019 05 h 47

    sondage réalisé auprès des résidents de la vile de Québec, gagnant 70 000$ par année ou plus, blancs et âgés de 55 ans et plus

    Je crois que ce sondage est plus une belle réalisation d'échantillonnage qu'un vrai reflet de l'opinion de la population. Il aurait été très intéressant de stratifier les résultats par âge et groupe linguistique. Pas pour rien que le PDG de la CAQ veut débarquer après 2020... il sait que son temps va être fait.

    La CAQ a juste parfaitement maîtrisé l'art de manipuler la procédure électorale pour gouverner en appliquant le divise et règne.

    Personnellement, il y a peu de gens que je méprise autant que notre actuel premier ministre... C'est un petit démagogue, et j'ai tendance à me méfier des gens qui me disent qu'ils savent ce qui est bon pour moi...

    Mais bon, les "Quéébécois" aiment Legault il semblerait... ça en dit plus long sur nous que sur le PM je crois...

    • Michel Lebel - Abonné 23 décembre 2019 08 h 14

      D'accord avec vous: ''ce sondage en dit plus long sur nous que sur le PM''. Le syle ''mon oncle'', ce n'est pas le mien! Mais les personnes ont élu le gouvernement Legault. Qui vivra verra pour le reste.

      M.L.

    • David Cormier - Inscrit 23 décembre 2019 10 h 19

      Oh la la, on sent beaucoup d'amertume dans votre message. Je vous souhaite de trouver un peu de sérénité durant la période des Fêtes.

    • Joël Tremblay - Abonné 23 décembre 2019 17 h 03

      M. Cormier, je ne sais pas de quelles fêtes vous voulez parler, il n'y a pas de fêtes. Si vous avez ce luxe, grand bien vous en fasse.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 23 décembre 2019 07 h 53

    La politique et les politiciens, pourquoi diable en parler?

    Le sondage montre combien les citoyens sont devenus amorphes face à ceux et à celles qui ont choisi une voie particulière, celle de la politique. En effet, nous avons été bombardés d'informations vraies, fausses, souvent tronquées par les médias, que l'intérêt est dilué dans la masse des canaux de communication. Des commissions, des enquêtes, etc.. tant au fédéral qu'au Québec, nous avons retenu que les magouilles étaient et sont encore monnaie courante, que la justice et le politique usent de stratégies à qui mieux mieux pour mettre aux pas les francophones pressés d'aller plus vite pour quitter un rafiot dont les capitaines, élus par les anglophones, ne vivent pas au rthyme de la société qui en arrache. Bref, avoir les deux mains sur le volant, au sein d'un corpuscule d'initiés en vase clos est à l'antipode de cotôyer le monde ordinaire. Vivant en région, il apparaît que le mur de Montréal prend de plus en plus de place, avec les dominants de l'ouest et les autres de l'est!
    Le manque de main-d'oeuvre au Québec se fait sentir partout et la CAQ profite du bien-aller d'aujourd'hui. En cas de récession, ce sera un autre désastre Trudeau dans le Dominion, celui que l'on tente de camoufler plutôt que d'en étaler son ampleur! Au Québec, avec le manque de personnel en santé, en éducation, la situation va réveiller les citoyens, mais il sera trop tard! Le PM pourra prendre sa retraite, les jeux seront faits! Que des ministres soient peu connu(e)s par des québécois n'est pas une chose étonnante puisque c'est le chef qui mène tout, les deux mains...! C'est ça le pouvoir de faire et de décider quand il est faut quitter..

  • Jean-Paul Carrier - Abonné 23 décembre 2019 09 h 22

    Vieux modèle de statistique.

    « On fait toujours le constat que les gens, pour la plupart, ne savent pas qui sont les politiciens en poste, note Christian Bourque. Il y a une leçon d’humilité dans ces bulletins-là. » Le Devoir.

    Est-ce une leçon d'humilité ou un désintéressement de la politique par la cité?

    Plusieurs des ministres mentionnés dans votre sondage ont fait la manchette régulièrement cette année.
    À titre d'exemple, le ministre Simon Jolin-Barette qui a fait amplement parler de lui cette année.
    C'est incroyable que si peu de gens le connaisse.

    Avez-vous posé la question? Suivez-vous assidûment la scène politique du Québec et du Canada?
    Pourquoi?
    J'ose penser que vous auriez eu un taux négatif.

    Il serait intéressant d'avoir un récapitulatif du tableau des sondés.
    Des statistiques sur 1010 personnes ne prouvent rien et occultent la vraie nature de la politique de la cité.
    Année après année, surtout lors d'élection, nous avons la preuve que vos statistiques ne démontrent absolument rien de valide.
    Je crois qu'il est temps que vous changiez votre vieux modèle qui date de la préhistoire des statistiques.
    Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20. Le Devoir.
    Selon le résultat des sondages des dernières années et l'expérience vécue que la primauté repose sur le 1 cas sur 20.

    Jean-Päul Carrier

  • Gilles Théberge - Abonné 23 décembre 2019 10 h 04

    C'est une coquetterie de sondeur, pour faire vendre de la copie.

    À mon avis, cela ne sert qu'à ça...!

  • Guy LeVasseur - Abonné 23 décembre 2019 10 h 08

    Et Québec Solidaire aussi replacé à son réel plancher !

    Et Québec Solidaire aussi replacé à son réel plancher !

    Et en bonus, un des plus beaux cadeaux de cette fin d’année, ce sont les intentions de vote de Québec Solidaire confirmées par sondage, qui retombent à leur réel poids malgré une surmédiatisation artificielle patentée par une certaine faune journalistique montréaliste.

    Québec Solidaire qui a fait élire 10 députés sous fausse représentation de laicité lors de la dernière élection puis qui a fait un 180 degrés sur ce sujet pour confirmer son idéologie multiculturaliste communautariste anti-laicité quelques semaines plus tard.

    Et QS poursuit dans la fourberie, la désinformation et la manipulation typiques des gauches radicales occidentales totalement déconnectées de la réalité et méprisantes envers la population du Québec.

    Les récentes projections donnent déjà Sol Zanetti, Christine Labrie et Émilise Lessard-Therrien perdants à la prochaine élection au Québec et ce n’est qu’un début.

    Appui actuel de QS :

    Québec Total : 10 %
    Montréal : 12 %
    Région de Québec : 10 %
    Régions : 8 %

    18-34 ans : 18 %
    35-54 ans : 11 %
    55 + ans : 5 %

    À 18 % chez les 18-34 ans, QS est mathématiquement mort hors de son réduit territorial multiculturaliste communautariste montréaliste de 4 à 5 circonscriptions.

    • Christian Montmarquette - Abonné 23 décembre 2019 12 h 46

      "Québec Solidaire qui a fait élire 10 députés sous fausse représentation .." - Guy LeVasseur

      C'est en charrier large sur la laïcité, alors que la laÏcité ne faisait même pas partie du programme de Québec solidaire en 2018.

      Le PQ vient de changer de position sur l'indépendance..

      S'était-il lui aussi fait élire sur sous de fausses représentations?

      La CAQ a trahi ses propositions 1 - sur le scrutin proportionnel; 2- la réduction du salaire des médecins 3- la remise des trop perçus d'Hydro-Québec.. S'était-elle lui aussi fait élire sur sous de fausses représentations?

      - Pourquoi ne les dénoncez-vous pas?

    • Sylvain Rivest - Inscrit 23 décembre 2019 13 h 40

      Ça c'est ce que j'appelle, faire lever le gibier.
      Y en a un qui vient de sortir de son terrier

      Vous savez vous y prendre M. LeVasseur

    • Christian Montmarquette - Abonné 23 décembre 2019 18 h 33

      "Ça c'est ce que j'appelle, faire lever le gibier." - Sylvain Rivest

      La CAQ et le PQ ont aussi changé de positions?

      - En quoi ça répond aux arguments?

    • Sylvain Rivest - Inscrit 24 décembre 2019 12 h 18

      @Christian Montmarquette

      Je n'argumentais pas, je soulignais tout simplement la qualité de m. Levasseur à vous faire réagir. Depuis le temps que je lis Le Devoir et remarque vos commentaires, toujours alimentés par une haine viscérale du nationalisme québécois et surtout du Parti Québécois, c’est votre opinion. Vous et Michel Lebel vous vous rejoignez tellement sur ce point. Mais si j’ai bien saisie votre profile, musicien boomer des années 70, vous semblez à contre courant de votre génération, auquel on doit tant de liberté et d’ingéniosité. Vous êtes l’exception qui confirme la règle. À l’image de la gauche que veut représentée QS. C’est à dire tellement à gauche... Là où les gens de la gauche, comme moi, n’écoutent plus. M. Legault est un nationaliste de droite, pas d’extrême droite. On pourrais dire d’une gauche américaine. Je n’ai pas voter pour la CAQ mais, comme vous le devinez, pour le PQ de Jean-François Lisée et de cette institution qui a toujours bien représentée le Québec, sa diversité d’opinion et ses chicanes de famille. Malgré tout, je suis fière de notre premier ministre car il se tient debout, pour le moment, face au ROC. Les quelques erreurs qu’il a fait sont sans importance majeur et pour un parti de novices il faut avouer qu’ils s’en sortent très bien. Si on compare avec le PLC qui a manqué plusieurs belles occasions de se réconciliées avec le Québec, les autochtones, l’environnement, la culture canadienne.... par chance pour eux, ils n’ont aucun adversaire. Alors, pour le temps des fêtes je vous souhaites de profiter d’instruments de musique et partager de bons moments avec vos amis et famille. Je vous souhaites, également, de faire la paix avec le Québec et son peuple qui est aussi le vôtre.