Les enseignants sont mécontents des offres du gouvernement

La présidente de la FSE-CSQ, Josée Scalabrini, anticipe une mobilisation de ses 65 000 membres un peu partout au Québec.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La présidente de la FSE-CSQ, Josée Scalabrini, anticipe une mobilisation de ses 65 000 membres un peu partout au Québec.

Trois syndicats d’enseignants ont opposé une fin de non-recevoir aux offres du gouvernement en éducation déposées mardi. La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et l’Association provinciale des enseignantes et enseignants (APEQ-QPAT), qui négocient en tandem, ainsi que la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), accusent le gouvernement Legault d’être en contradiction avec ses promesses.

« On disait vouloir valoriser la profession ; on a le sentiment qu’on est venu mépriser la profession », a déclaré la présidente de la FSE-CSQ, Josée Scalabrini, en conférence de presse. Elle anticipe une mobilisation de ses 65 000 membres un peu partout au Québec.

« Je mets François Legault au défi de sortir dans le dépôt patronal un élément qui correspond à ses engagements. Il n’y en a pas », a affirmé le président de la FAE, Sylvain Mallette, qui ne voit pas comment cette offre pourrait régler la pénurie d’enseignants.

Les syndicats dénoncent certaines des propositions du comité patronal de négociation. Par exemple, l’augmentation des heures de présence à l’école, l’obligation de disponibilité pour répondre aux besoins, l’abandon de la moyenne d’élèves par classe et l’imposition de conditions supplémentaires pour l’obtention de services spécialisés.

On disait vouloir valoriser la profession ; on a le sentiment qu’on est venu mépriser la profession

Le document dont Le Devoir a obtenu copie porte sur les conditions de travail et ne contient aucune offre salariale. Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, avait annoncé la semaine dernière la création de forums pour discuter des offres différenciées, donc plus généreuses, pour les enseignants et les préposés aux bénéficiaires. Il proposait une augmentation de salaire de 7 % sur cinq ans aux autres employés des secteurs publics et parapublics et un montant forfaitaire de 1000 $ pour les employés au sommet de l’échelle salariale.

Proposition syndicale

« C’est aux tables de négociation que les conditions de travail vont se négocier, pas dans des lieux non définis qui ne sont pas prévus à la loi sur la négociation dans le régime public et parapublic », a signalé M. Mallette.

« On ne peut pas se servir de la période de négociation pour faire des devoirs qu’on n’a pas faits avant », a déploré Mme Scalabrini.

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) avait pris le premier ministre, François Legault, au mot lorsqu’il a proposé en campagne électorale d’éliminer les six premiers échelons salariaux des enseignants. Elle avait proposé en octobre une toute nouvelle grille salariale au gouvernement avec une hausse de 33 % du salaire d’entrée dans la profession, qui passerait de 42 431 $ à 56 415 $. L’augmentation serait moins marquée pour le dernier échelon, qui passerait de 82 585 $ à 91 894 $, soit environ 11 % de plus.

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) avait réclamé récemment un rattrapage salarial de 8 % pour atteindre la rémunération moyenne canadienne, en plus des augmentations de salaire qui seront consenties aux 475 000 employés de l’État. La moyenne canadienne du sommet de l’échelle serait de 94 000 $, selon la FSE.