Legault promet un plan pour la consigne du verre en 2020

Dans son rapport, la commission recommandait d’appliquer la consigne aux bouteilles de vin et de spiritueux pour qu’elles soient recyclées.
Photo: iStock Dans son rapport, la commission recommandait d’appliquer la consigne aux bouteilles de vin et de spiritueux pour qu’elles soient recyclées.

Le premier ministre, François Legault, a confirmé mardi que son gouvernement annoncerait un plan sur la consigne des bouteilles de verre et des bouteilles de plastique « au début de 2020 ». Il avait affirmé en octobre que le plan serait dévoilé « d’ici quelques semaines », malgré les critiques de certaines entreprises qui s’y opposent.

« C’est une priorité pour nous, a-t-il indiqué depuis la Californie, où il effectue une mission économique. Je travaille très fort. J’ai eu plusieurs rencontres. On veut idéalement consigner les bouteilles de plastique et les bouteilles de verre, incluant [celles] de la SAQ. »

« Pourquoi ?, a-t-il ajouté. On a vu beaucoup de reportages sur le plastique qui se retrouve dans nos océans. Du côté du verre, c’est important d’avoir une qualité de verre en le séparant des autres matières qui sont recyclées pour mieux travailler dans les centres de tri, puis mieux recycler. »

La Société des alcools du Québec (SAQ), qui était traditionnellement opposée à la consigne des bouteilles de vin, s’était montrée ouverte lors de la commission parlementaire sur le sujet en août, à la condition qu’elle n’ait pas à collecter le verre. La SAQ estime à 200 millions le nombre de bouteilles qu’elle vend chaque année.

Dans son rapport, la commission recommandait d’appliquer la consigne aux bouteilles de vin et de spiritueux pour qu’elles soient recyclées.

« Il faut que le montant de la consigne soit suffisant pour que ce soit efficace et que les gens rapportent réellement leurs contenants, a rappelé la députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal. Il faut aussi que ce soit facile et c’est pour ça qu’on disait qu’il fallait que ce soit à la SAQ, parce que les gens de toute façon allaient y retourner. » Elle avance un montant de 20 cents par bouteille.

« Il faut que la SAQ participe de façon importante, donc qu’on puisse aller y porter nos bouteilles de vin, a acquiescé le député péquiste, Sylvain Gaudreault. Et le fait que la SAQ dise qu’elle ne peut pas le faire, pour moi, ce n’est pas une raison. Ce n’est pas suffisant. »

Le gouvernement penche pour des dépôts où les Québécois pourront rapporter leurs contenants. M. Legault n’a pas voulu préciser « combien il y a aura de dépôts au Québec, comment ça va fonctionner, qui va payer quoi », en ajoutant que le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, en ferait l’annonce « éventuellement ».

Même lorsqu’elles sont déposées dans le bac de recyclage, les bouteilles de verre se retrouvent dans les sites d’enfouissement puisqu’il est moins cher pour les centres de tri de les jeter.