François Legault en mission de quatre jours en Californie

Le premier ministre, François Legault, amorce dimanche une mission de quatre jours en Californie.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre, François Legault, amorce dimanche une mission de quatre jours en Californie.

Le premier ministre, François Legault, amorce dimanche une mission de quatre jours en Californie, qui l’amènera de Los Angeles à Sacramento, en passant par la Silicon Valley.

Mercredi, il fera bloc avec le gouverneur de l’État de la Californie, Gavin Newson, contre la Maison-Blanche, qui tente de faire voler en éclats le marché du carbone.

En octobre, le président Donald Trump a demandé aux tribunaux d’invalider l’entente conclue il y a plus de six ans entre la Californie et le Québec pour lier leur système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (GES) respectif. M. Newsom avait vivement dénoncé l’initiative de Washington qui vise, selon lui, à émasculer la stratégie de réduction des émissions de GES de la Californie. « Divulgâcheur : ça ne finira pas bien », avait-il averti sur les réseaux sociaux.

M. Legault et M. Newson discuteront aussi d’autres moyens d’intensifier la lutte contre les changements climatiques pendant que les travaux de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP25 battront leur plein à Madrid, en Espagne.

Hollywood et la Silicon Valley

D’ici à son tête-à-tête avec son homologue californien, M. Legault fera la tournée des grands studios d’Hollywood. Lundi, il s’arrêtera dans ceux des géants de la diffusion en continu, qui font aujourd’hui la pluie et le beau temps à Los Angeles. En effet, Netflix, Hulu et Amazon Prime, Disney +, Apple TV et prochainement HBO Max et Peacock (NBC Universal) misent gros pour maintenir ou tailler leur place dans une industrie en pleine effervescence. Le premier ministre veut inciter les joueurs de l’industrie de la diffusion en continu à tirer davantage profit du talent québécois ― dans les effets spéciaux et l’animation notamment. Comme ses prédécesseurs, il essayera d’attirer des méga productions à Montréal. M. Legault tentera également de convaincre les créateurs de contenu destiné aux plateformes de diffusion en continu à produire ou, à tout le moins, diffuser davantage de contenu québécois à travers le globe.

Moins de deux semaines après le dévoilement de la Politique internationale du Québec, à laquelle il a fait prendre un sérieux virage économique, M. Legault veut « labourer le terrain » de la Californie pour y favoriser les échanges commerciaux entre le Québec et la cinquième économie mondiale.

Dans cet esprit, le chef du gouvernement québécois traversera mardi la Silicon Valley : un modèle de zone d’innovation réussie, selon lui, où « les organismes publics et privés, les universités et les entreprises y soutiennent ensemble la recherche et le développement ». En quête d’idées pour créer de la richesse, le chef du gouvernement québécois y rencontrera de « potentiels investisseurs importants pour des projets au Québec ». « Dans notre monde transformé par l’économie du savoir et de la connaissance, la recherche assure la croissance à travers la capacité des divers partenaires, investisseurs et chercheurs à trouver des applications commerciales aux avancées scientifiques et techniques. La recherche, créatrice de valeur, est la pierre angulaire de ces grands projets, et c’est ce que nous devons encourager et développer ici », écrivait-il dans Cap pour un Québec gagnant : le Projet Saint-Laurent.

En prévision de la mission de quatre jours de M. Legault, l’équipe du premier ministre s’affairait à baisser les attentes : il n’y aura pas de promesses d’investissements faites en sol californien. Toute annonce sera faite après coup, au Québec, a-t-elle souligné à gros traits.