PLQ: racistes, les régions?

Ce qui s’est dit cette semaine au sujet de la candidature de Mme Anglade est «navrant et désolant», renchérit Claire Bolduc, qui cumule, elle aussi, une longue expérience dans le milieu régional.
Photo: Francis Vachon La Presse canadienne Ce qui s’est dit cette semaine au sujet de la candidature de Mme Anglade est «navrant et désolant», renchérit Claire Bolduc, qui cumule, elle aussi, une longue expérience dans le milieu régional.

Ainsi, le « Québec des régions » aurait un problème potentiel avec la candidature d’une femme noire à la chefferie du Parti libéral du Québec. C’est du moins ce que certains murmurent dans les coulisses de la course qui s’amorce. Des propos qui ont suscité une vive réaction de l’Estrie à l’Abitibi… et qui soulèvent une question : serait-ce la preuve de la déconnexion des libéraux avec ces régions ?

Voilà une vingtaine d’années que Jacques Demers s’implique en politique municipale régionale. Il est maire (de Sainte-Catherine-de-Hatley), préfet (de la MRC de Memphrémagog) et président (de la Fédération québécoise des municipalités). Autant de postes qui viennent avec d’innombrables échanges avec la population, et pourtant. « Je n’ai jamais entendu une seule histoire qui ressemblerait à ce qui s’est dit cette semaine. »

C’est-à-dire rien qui donnerait corps à cette idée voulant que les électeurs des régions du Québec soient réfractaires à voter pour une femme (1) montréalaise (2) issue des communautés culturelles (3). Ce sont des opposants de Dominique Anglade, qui brigue la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ) et qui a les trois caractéristiques précitées, qui avancent cette hypothèse.

Impossible de savoir ce qui, des trois éléments, serait problématique : les commentaires des personnes inquiètes restent anonymes. Mais les mêmes craintes diffuses ont été soulevées plus tôt cette année au sujet de la candidature de Marwah Rizqy. La députée québécoise aux origines marocaines a finalement décidé de ne pas se présenter à la succession de Philippe Couillard.

 Je connais toutes les régions du Québec et j’ai vu partout des gens qui faisaient carrière sans être le stéréotype caucasien

« J’aimerais vraiment savoir d’où ça sort, dit Jacques Demers. Si quelqu’un se base sur quelque chose pour accuser les régions de quoi que ce soit, j’aimerais ça, avoir un élément concret. » Tout ce que les régions souhaitent du futur chef du PLQ — ou du Parti québécois —, dit-il, c’est d’avoir « la meilleure personne pour les représenter et les défendre ».

Ce qui s’est dit cette semaine au sujet de la candidature de Mme Anglade est « navrant et désolant », renchérit Claire Bolduc, qui cumule, elle aussi, une longue expérience dans le milieu régional. Ancienne présidente de l’Ordre des agronomes du Québec et de Solidarité rurale du Québec, elle est préfète de la MRC de Témiscamingue. Et elle n’en revient pas de ce que les propos en question témoignent de préjugés sur les régions.

« Je prête ces propos à des gens de Montréal qui analysent ce que penseraient les régions — qui sont loin d’être un bloc monolithique — à partir de Montréal », avance-t-elle.

« Je connais toutes les régions du Québec et j’ai vu partout des gens qui faisaient carrière sans être le stéréotype caucasien, ajoute Mme Bolduc. Et partout, la constance [pour être élu], c’est d’être connu dans le milieu et de comprendre celui-ci. C’est tout. Et c’est pourquoi on a eu deux maires noirs [à Amos et à Mont-Laurier] pendant des années. »

Le racisme est marginal

Michel Adrien est l’un de ces deux maires : il a dirigé Mont-Laurier entre 2003 et 2017. « Si quelqu’un a cette perception au PLQ, c’est qu’il connaît bien mal la réalité régionale à cet égard », dit-il. Comme si la déconnexion des libéraux avec les régions — ils n’ont fait élire qu’un seul député en dehors de Montréal et de Québec en 2018 — s’incarnait dans ces bruits de corridor.

« Les gens sont parfaitement capables d’apprécier quelqu’un pour sa personnalité. En 2003, mon adversaire avait sorti un slogan qui demandait aux gens de voter pour quelqu’un qui leur ressemble. J’ai eu 70 % des voix. Parce que les gens me connaissaient, m’avaient vu évoluer. »

M. Adrien ajoute qu’il « ne faut pas être angélique non plus et penser que tous les résidents de partout au Québec n’ont pas de problème avec la couleur de peau de quelqu’un. Mais c’est très marginal », selon lui.

Pour le sociologue Simon Langlois, « il n’y a pas de bases sérieuses ou connues [par sondage ou enquête] » qui permettraient d’étayer le propos pour en faire un trait distinctif des régions du Québec. « Certains opposants à Mme Anglade auront peut-être la tentation de jouer cette carte en coulisses », écrivait-il au Devoir jeudi. Mais c’est un discours que la candidate pourra contrer avec « des idées emballantes », dit-il.

« Je pense que l’enjeu véritable sera plutôt celui de briser l’image d’un Parti libéral devenu trop exclusivement montréalais, associée à Mme Anglade comme à ses collègues de la métropole. Mais c’est un enjeu différent de celui de l’ethnicité. »

Alexandre Cusson condamne

En théorie, ce discours anti-Anglade devait pousser la candidature d’Alexandre Cusson, actuel maire de Drummondville, qui est aussi sur les rangs dans la course au leadership du PLQ. Sauf que ce dernier s’est dit « abasourdi » par la thèse controversée. « Je n’en reviens pas, honnêtement, disait-il jeudi soir. Qu’on suscite encore ce genre de questionnement en 2019, plutôt que de se demander ce que les gens ont à apporter ? »

« Ces propos sont insultants pour tous, écrivait-il dans une lettre ouverte mercredi. Ils le sont pour les Québécois en les qualifiant pernicieusement de racistes. Ils le sont pour Dominique Anglade en la réduisant à la couleur de sa peau. […] Ils le sont à mon égard, comme si mes seules qualités étaient d’être un homme blanc et de provenir d’une région du Québec qui n’est pas Montréal. »

En entretien, Alexandre Cusson dit qu’il n’y « avait aucun calcul politique dans sa réaction ». « La grande majorité des gens ne sont pas là au Québec. Mais un commentaire raciste ou discriminatoire, c’est un commentaire de trop. C’est pour ça que j’ai réagi. »

Il fait valoir que la seule question qui doit importer « est celle de la compétence. Ça, c’est d’intérêt public. Mais pas l’orientation sexuelle ni la couleur de la peau ». Dominique Anglade a dit essentiellement la même chose cette semaine à Qub radio. « La question fondamentale, c’est « quel leader on veut avoir pour le Parti libéral du Québec » […], beaucoup plus que de savoir la couleur [de sa peau] ou son orientation sexuelle. »

Et les gais ?

Si les deux font référence à l’orientation sexuelle, c’est que la question a surgi lundi au lancement de la campagne de Sylvain Gaudreault pour la chefferie du Parti québécois : le Québec est-il prêt pour un premier ministre gai ? Sa réponse fut sans équivoque — oui, bien sûr. « Je suis entièrement d’accord avec lui », confiait plus tard au Devoir André Boisclair, qui est gai et qui a dirigé le PQ de 2005 à 2007.

« C’est la première question qu’on m’avait posée quand je me suis lancé dans la course au leadership, rappelle-t-il. Mais j’ai fait 20 ans de politique et, à une exception près, je n’ai jamais vécu d’attaque par rapport à ça. […] À ma connaissance, il n’y a aucun débat qui a cours » sur l’acceptabilité des homosexuels en politique, souligne M. Boisclair — en rappelant que Kathleen Wynne a été élue première ministre en Ontario et que Manon Massé est co-porte-parole de Québec solidaire.

10 commentaires
  • Serge Bouchard - Abonné 30 novembre 2019 09 h 33

    Question d'un(e) journaliste ?

    Si on me pose la question, d'où ça sort ? Je répondrai que, en ce qui me concerne, c'était quand un(e) journaliste a posé la question à Mme Anglade.

    Serge F. Bouchard

  • Robert Beauchamp - Abonné 30 novembre 2019 10 h 14

    Faux débat

    Pourquoi persiste-t-on à dire qu'un enfant issu d'un mariage mixte est noir?
    Ne serait-il pas autant blanc que noir non? Au moins une famille sur deux au Québec a un (ou une dans la plupart des cas) ascendant autochtone. Et alors? La meilleure façon de tuer ce débat dans l'oeuf serait d'ignorer la question lorsqu'elle est posée. Au suivant...

  • Gilles Théberge - Abonné 30 novembre 2019 13 h 58

    À qui profite ce ...crime ?

    C'est une rumeur stupide.

    Peut-être que les journalistes pourraient faire un meilleur usage de l'espace disponible... N'est-ce pas ?

  • Marc Therrien - Abonné 30 novembre 2019 17 h 32

    Comme dirait le ou la commère du village, ça a l'air que...


    Il est possible que le PLQ qui connaît bien le goût des médias pour le colportage de commérages s'amuse tout simplement à chuchoter en coulisses pour voir "ce que ça va faire". L'opinion publique ou le "on" du qu'en dira-t-on ne demande pas mieux que d'être manipulée pour se faire une idée et ensuite changer d'idée selon les aléas de ses humeurs ou encore, des sondages.

    Marc Therrien

  • Jean Thibaudeau - Abonné 30 novembre 2019 17 h 33

    Surprise?

    "Ces propos sont insultants pour tous (...).. Ils le sont pour les Québécois en les qualifiant pernicieusement de racistes."
    Alexandre Cusson

    Mais c'est EXACTEMENT ce que Couillard a fait pendant tout son mandat... sans que personne ne réagisse au PLQ!