McCann dévoilera sa solution à la pénurie d’employés

L'engagement a été pris à l’Assemblée nationale lors d’un vote sur une motion de Québec solidaire.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne L'engagement a été pris à l’Assemblée nationale lors d’un vote sur une motion de Québec solidaire.

À la suite de demandes répétées de l’opposition, le gouvernement Legault s’est engagé vendredi à présenter, d’ici la fin de la semaine prochaine, son plan d’action pour enrayer la pénurie de préposés aux bénéficiaires.

Cet engagement a été pris à l’Assemblée nationale lors d’un vote sur une motion de Québec solidaire. Déposée par le député Sol Zanetti avec le soutien de tous les partis d’opposition, la motion demandait à la ministre de la Santé, Danielle McCann, « de déposer un plan d’action à l’Assemblée d’ici la fin de la présente période des travaux ».

La motion a été adoptée à l’unanimité, les caquistes ne s’opposant pas au dépôt du plan d’action avant vendredi prochain. La motion faisait suite à un article du Devoir rapportant les efforts répétés de l’opposition libérale pour obtenir ledit plan d’action, sans succès.

Après avoir fait une demande d’accès à l’information pour obtenir le plan, la députée libérale Monique Sauvé avait obtenu un document tenant en une seule page, ce qui lui laissait croire que la stratégie gouvernementale manquait pour le moins d’ambition.

Les gens sont inquiets, on veut savoir ce qui va se passer

 

Or, en réponse aux questions du Devoir, le cabinet de la ministre McCann a dit jeudi qu’il avait en main un véritable plan d’action, plus volumineux. Ledit plan aurait fait l’objet d’une présentation au Conseil du trésor, mais le cabinet ne souhaitait pas le rendre public.

Dans ce contexte, l’adoption de la motion, vendredi, a agréablement surpris les partis d’opposition.

« C’est une bonne nouvelle pour tout le monde », s’est réjoui le député Sol Zanetti. « On est bien content que le gouvernement ait consenti à ça. » M. Zanetti, qui a lui-même travaillé comme préposé aux bénéficiaires dans le passé, a utilisé le mot « crise » pour parler de la pénurie. « Les gens sont inquiets, on veut savoir ce qui va se passer », a-t-il insisté.

Quant à la députée Monique Sauvé, elle s’est réjouie, elle aussi, de l’adoption de la motion, mais elle s’expliquait mal la séquence des événements. « Si au moment de ma demande d’accès à l’information, il y avait effectivement un plan d’action détaillé, comme le prétend la ministre, comment se fait-il que ce n’est pas le plan détaillé qu’on m’ait fourni ? » 

Jeudi, Le Devoir révélait que, sur les 4565 postes équivalant à du temps complet qui se sont ajoutés dans le réseau cette année, seulement 350 concernaient des préposés aux bénéficiaires. Or, le gouvernement révélait au printemps qu’il allait devoir en embaucher 33 036 d’ici cinq ans pour répondre aux besoins des Québécois.

La veille, on apprenait en outre que le programme de bourses créé par le gouvernement connaissait un succès tiède, avec seulement 645 bourses octroyées sur les 2000 offertes.